Chantier Pyramide : 12 pour 1

En juin 2014, le musée du Louvre a entamé un chantier qui devait s’étaler sur 2 ans. Relancé par Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre, et mené par l’agence d’architecture SEARCH, le projet Pyramide a pour volonté de replacer les visiteurs au cœur des collections.

Pyramide_Charlie Abad
Pyramide © Charlie Abad

 

Affluence croissante

Inauguré en 1989, l’accueil central souterrain du musée du Louvre surmonté de la pyramide de verre et d’acier d’Ieoh Ming Pey était pensé pour 4,5 millions de visiteurs. Aujourd’hui, cette institution culturelle de premier rang en accueille 10 millions par an.

Chaque jour, le public et les agents subissent les désagréments lié au sous-dimensionnement des infrastructures d’accueil : allongements des files d’attente, difficulté de repérage, sous-dimensionnement des vestiaires et de la bagagerie, toilettes en nombre insuffisant, nuisances sonores…

Belvédère-doublement du controle d'accès
Belvédère : doublement du controle d’accès
Entrée Pyramide
Entrée Pyramide © Antoine Mongodin

 

Visibilité augmentée

« Comment rendre le Louvre plus lisible ? » demande Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre, qui a décidé de mettre le projet Pyramide au cœur de ses priorités dès sa prise de fonction en avril 2013. La réorganisation des accès et de l’accueil sous la pyramide apporte des solutions en déplaçant les fonctions logistiques (billetterie, vestiaires, toilettes…) à la périphérie de celle-ci. Le projet est mené depuis sa conception en 2011 par l’agence d’architecture SEARCH, notamment lauréate des Nouveaux Albums des Jeunes Architectes (NAJA 2006).

Hall Napoléon libéré de sa banque d'information
Hall Napoléon libéré de sa banque d’information

 

Opération tiroir

Débuté en juin 2014, le chantier du projet Pyramide vise à minimiser les impacts sur le public et à assurer la continuité des services sans incidence sur les horaires d’ouverture, pour ce musée ouvert 6 jours sur 7. Ainsi, l’emprise du chantier ne doit pas dépasser 7% de celle du hall Napoléon. Les gros travaux se font de nuit, du lundi soir au mercredi matin. Les parois de chantier, à la fois acoustique, coupe-feu et anti-poussière, minimisent les nuisances. Mais surtout, ce chantier fragmenté rythme la vie du musée, en toute discrétion. Le Louvre héberge une dizaine de micros-lots, chacun avec son propre niveau d’avancement. « L’organisation du chantier en site occupé est le premier des défis techniques (…) Il est ainsi prévu d’organiser les travaux en 12 chantiers qui s’articulent dans le temps en un « jeu de chaises musicales » permettant de maintenir le site ouvert au public. » précise Caroline Barat, architecte.

Point d'information
Point d’information

Par exemple, tandis que les nouvelles portes d’accès à la pyramide sont livrées, l’allée du Grand Louvre entame tout juste sa restructuration. Les Algeco de l’entrée Richelieu, à l’origine temporaire, sont enfin remplacés par des auvents « immatériels » en inox poli miroir. L’actuel point d’information, noyé sous la foule, sera bientôt logé dans deux piliers, dits « trièdres ». Des parois minimisant les nuisances acoustiques, amélioreront notablement l’accueil des visiteurs et les conditions de travail des agents. La billetterie aura son propre espace, concentré au rez-de-chaussée de l’ancienne librairie.

Billetterie dans l'espace protégé de l'actuelle librairie
Billetterie dans l’espace protégé de l’actuelle librairie

Le nouveau complexe bagagerie/vestiaire, regroupé d’ores et déjà en une zone unique permet l’autonomie du visiteur et une plus grande capacité de stockage. La signalétique est également entièrement repensée, en collaboration avec Philippe Apeloig. Au centre du hall, un dispositif de projection permet de s’orienter. A l’entrée de chaque aile, seront reproduits des détails d’œuvres célèbres sur de grandes bannières, laissant place à l’image plutôt qu’à l’écrit, peu accessible en raison de la diversité des langues. Quant à la signalétique des espaces d’accueil, elle sera placée en hauteur et en lettres noires, facilitant sa visibilité, y compris les jours d’affluence.

Bagagerie
Bagagerie

 

Détails urbains

Les architectes ont donc dû s’implanter dans une architecture forte par le biais d’intervention minimale ne nécessitant aucune intervention sur l’édifice. Chaque action, bien que largement contemporaine, doit donner l’illusion d’avoir toujours été là. « La pyramide d’I.M. Pei, désormais iconique, implique pour notre équipe de trouver une écriture architecturale juste, sans surenchère tout en assumant sa propre identité en évitant l’écueil de l’imitation. » nous dit Thomas Dubuisson, architecte.

 

Le projet Pyramide, oscillant entre micro-architecture et échelle urbaine, sera inauguré le 5 juillet 2016 en présence du Président de la République.

Amélie Luquain

 

Calendrier :

septembre 2013 : présentation du projet aux personnels

automne 2013 : commission ministérielle des programmes immobiliers

novembre 2013 : dépôt du permis de construire

mai 2014 : consultation d’ I.M. Pei

2ème semestre 2014 : démarrage des travaux de la future bagagerie et des points d’information.

1er semestre 2015 : Démarrage des travaux de la future billetterie, des sanitaires et de la future librairie dans l’allée du Grand Louvre. Ouverture de la nouvelle bagagerie.

2ème semestre 2015 : Poursuite des chantiers de la billetterie et de la librairie. Pérennisation des contrôles d’accès du passage Richelieu. Livraison de 22 sanitaires.

1er semestre 2016 : Démarrage des travaux des boutiques au nord de l’allée du Grand Louvre. Ouverture de la nouvelle billetterie, des nouveaux points d’information, de la librairie et de 33 sanitaires. Reconfiguration des contrôles d’accès de l’entrée de la pyramide.

2ème semestre 2016 – 2017 : réfection et agrandissement de l’accueil des groupes pour la réalisation d’un espace d’accueil des visiteurs sur deux niveaux.

 

Fiche technique

Surface impactée par le projet : 7 000 m2 environ

Maîtrise d’ouvrage : Musée du Louvre

Maîtrise d’oeuvre :

Agence Search – Architecte Mandataire

Sylvain Dubuisson – Architecte designer

Philippe Apeloig – Signalétique

OPC : PLANITEC – Groupe SETEC

Budget : 53,5 millions d’euros

 

 

Courtesy Musée du Louvre / SEARCH

 

Chantier du Bordeaux Métropole Arena, signé Rudy Ricciotti

Le projet du Bordeaux Métropole Arena, une grande salle de spectacle imaginée par l’architecte français Rudy Ricciotti, auteur du MUCEM à Marseille et lauréat du Grand Prix national de l’architecture en 2006, vient d’entrer en construction. Il doit être livré en 2018.

©Bordeaux Metropole
© Bordeaux Metropole

La première pierre de l’Arena a été posée le 11 avril, en présence d’Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole. Située dans la ZAC des Quais, à Floirac, l’Arena fera face au futur pont Jean-Jacques Bosc, conçu par l’agence OMA Rem Koolhaas et Clément Blanchet architectes au-dessus de la Garonne, pour relier Bordeaux et Floirac, en offrant un large espace aux piétons (livraison prévue en 2020).

VUE DEPUIS COULEE VERTE©Lagardere Unlimited - Agence Rudy Ricciotti
Vue du projet depuis la coulée verte © Lagardere

Le projet de Rudy Ricciotti se présente comme une enveloppe en béton blanc, régulièrement perforée de baies, mises en lumière par un système de LED rappelant un égaliseur numérique. L’espace, modulable et mutifonctionnel, accueillera une centaine d’événements par an (concerts, spectacles, évènements d’entreprise, évènements sportifs…). Les jauges pourront varier de 2500 à 11000 places. Les salons offriront une vue imprenable sur la Garonne. L’ouverture de l’Arena est prévue pour début 2018.

©Bordeaux Metropole-2
Alain Juppé devant la maquette du projet ©Bordeaux Metropole
©Bordeaux Metropole
©Bordeaux Metropole
©Lagardere Unlimited - Agence Rudy Ricciotti
Bordeaux Métropole Arena © Lagardere Unlimited
NUIT ©Lagardere Unlimited - Agence Rudy Ricciotti
Le projet, de nuit ©Lagardere Unlimited
PARVIS AVENUE ALFONSEA©Lagardere Unlimited - Agence Rudy Ricciotti
Parvis, avenue Alfonsea ©Lagardere Unlimited
SALLE SPECTACLE©Lagardere Unlimited - Agence Rudy Ricciotti
Salle de spectacle ©Lagardere Unlimited
SALLE SPORT©Lagardere Unlimited - Agence Rudy Ricciotti
Salle de sport ©Lagardere Unlimited


Architecte du groupement de conception-construction :  Agence Rudy Ricciotti
Mandataire du groupement de conception-construction : Bouygues Bâtiment Centre Sud-Ouest
Exploitant : Lagardère Live Entertainment

Astrid Avédissian

Bêka & Lemoine entrent au MoMa

Le Museum of Modern Art de New-York (MoMa) vient de faire l’acquisition de l’ensemble de l’œuvre des vidéastes Bêka & Lemoine.

 

Architectures vivantes

Beka & Lemoine's complete work acquired by MoMA

Le duo d’artistes franco-italien, Louise Lemoine et Ila Bêka, nous plonge dans des situations d’une grande intimité au sein d’espaces que l’on ne connaissait alors qu’en surface. Les représentations habituelles de l’architecture contemporaine sont bouleversées, replaçant l’homme et les usages au centre de l’image.

Koolhaas_Houselife
Koolhaas Houselife

Dans leur premier film, Koolhaas HouseLife, remarqué à la Biennale d’architecture de Venise en 2008, les portes de l’intimité quotidienne de la Maison à Bordeaux de l’architecte star néerlandais Rem Koolhaas nous sont ouvertes par le biais du personnage caractéristique de la femme de ménage, Guadalupe.

24 Heures sur Place
24 Heures sur Place

Les films réalisés par la suite explorent les autres échelles du bâtiment, jusqu’à s’ouvrir à la ville. On y découvre par exemple la messe de Noël en l’église de Richard Meier à Rome, un ingénieur du son qui raconte comment il est resté piégé à l’intérieur d’une salle acoustiquement hermétique de l’Ircam de Renzo Piano à Paris ou le repas des vendangeurs du château Petrus signé Herzog & de Meuron à Pomerol.

The_Infinite_Happiness
The Infinite Happiness

Ila Bêka et Louise Lemoine ont aujourd’hui à leur actif une série de 16 films réalisés entre 2008 et 2015 qui sont des invitations « à entrer dans les bulles invisibles de l’intimité quotidienne de quelques icônes de l’architecture contemporaine », comme ils l’expliquent sur leur site Web, Living-architectures.com. Entre documentaire et art vidéo, ce travail inverse notre regard sur des architectures iconiques contemporaines, offrant une nouvelle vision du patrimoine.

ila_beka_louise_lemoine
Ila Bêka et Louise Lemoine

L’acquisition de la collection « Living Architectures » par le MoMa, qui l’intègre à ses collections permanentes, couronne un parcours d’une grande cohérence.

Amélie Luquain

Courtesy MoMa / Bêka & Lemoine

Un musée en fabrique pour Beyrouth

Un musée en fabrique pour Beyrouth

L’Association pour la Promotion et l’Exposition des Arts au Liban (APEAL) dévoile sa « shortlist » d’architectes pour le concours du nouveau musée d’art moderne et contemporain de Beyrouth, prévu en 2020.

Beyrouth-musée
@Roger Moukarzel

Les architectes présélectionnés sont invités à imaginer des stratégies sur un site historique et symbolique en face du musée national dans le centre de Beyrouth et à développer des systèmes adaptables et fonctionnels pour le futur musée d’art.

 

La première étape de la compétition ouverte aux architectes libanais du monde entier a recueilli 66 candidatures. Parmi elles, 13 agences sont retenues en vue du second tour, dont le gagnant sera dévoilé à l’automne 2016. Les 13 équipes reflètent une sélection très accomplie d’architectes primés qui ont construit a travers le monde :

109 Architectes
Bernard Khoury / DW5 
Hashim Sarkis Studios, LLC 
HW architecture 
ibda design 
IDC / Verner Johnson / ETEC SA 
L.E.FT Architects 
Lina Ghotmeh / DGT Architects 
Najjar Najjar Architect 
Raëd Abillama Architects / Nadim Khattar 
WORK Architecture Company (WORKac)
Yatsu Chahal Architects (YCa) / Said Jazari Consulting Office (SJCO) 
Youssef Tohme Architects and Associates (YTAA) 

 

Le jury, quant à lui, présidé par Peter Palumbo, comprend des personnalités de renom tel que Richard Rogers, Hans Ulrich Obrist, Julia Peyton-Jones, Rodolphe Khoury, Lamia Joreige, Fares Al Dahdah et George Arbid. Honoré d’avoir travaillé avec Zaha Hadid, qui était elle aussi un membre actif du projet, l’APEAL vise à perpétuer sa mémoire grâce à l’aboutissement de ce projet.

musée Beyrouth
@Roger Moukarzel

Le musée est conçu comme une plaque tournante multidisciplinaire d’art et de design dédiée à la présentation de la culture libanaise moderne et contemporaine. Dans les prochains mois, le musée annoncera son nom officiel, des détails sur ses collections, sa programmation et son personnel de conservation.

Amélie Luquain

 

www.amuseuminthemaking.com

Les Tours Duo résistent

Les Tours Duo résistent

En fin de semaine dernière, les Tours Duo (Paris XIIIe) ont tremblé. Jeudi 14 avril, le premier recours déposé par l’association Monts 14 contre les tours a été rejeté par le tribunal administratif.

Tours Duo_Ateliers Jean Nouvel
Les Tours Duo (Paris XIIIe) ont tremblé

Prévu dans le XIIIe arrondissement, cet amphisbène parisien imaginé par les Ateliers Jean Nouvel et mené par Ivanhoé Cambridge, la filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec, est prévu pour 2020. Il est composé de deux tours asymétriques d’usages mixtes, devant s’élever à 180 et 122 mètres, abritant 100 000 m2 de surface. Selon le texte du recours, consulté par l’AFP, l’association estime que « l’enquête d’évaluation environnementale n’a pas été menée correctement » et de ce fait, qu’elle « n’a pas permis d’apprécier la gravité de l’impact des tours Duo » sur le paysage de la capitale. Elle dénonce un photomontage erroné, destiné à séduire le maître d’ouvrage.

Tours Duo_Ateliers jean Nouvel
L’association Monts 14 dénonce un photomontage erroné

Les Tours Duo qui s’inscrivent dans la lignée d’autres gratte-ciel dessinés par des « starchitectes »– la Cité Judiciaire de Renzo Piano prévue en 2017 et la tour Triangle d’Herzog & de Meuron pour 2020, pour ne citer que celles-ci – risquent-elles aussi de se retrouver face à d’autres obstacles : prochainement, un second recours qui conteste le permis de construire sera étudié.

Amélie Luquain

 

Courtesy MSL France / Ateliers jean Nouvel

Yana Peel au commande de la Galerie Serpentine

Yana Peel au commande de la Galerie Serpentine

La philanthrope et entrepreneur Yana Peel a été nommée comme nouveau Chief Executive Officer des Galeries Serpentines à Londres, succédant à Julia Peyton-Jones.

 

Chaque année, la commission de la Serpentine invite un architecte renommé qui n’a jamais bâti en Angleterre à concevoir un pavillon d’été. Depuis son lancement en 2000, la commission a mis la barre très haute avec le « chapeau » de Zaha Hadid et en a fait l’un des évènements les plus attendus du calendrier de l’architecture britannique.

Hans Ulrich Obrist and Yana Peel
Hans Ulrich Obrist and Yana Peel © Kate Berry

Yana Peel, qui s’est fait connaître comme co-fondatrice de l’Outset Contemporary Art Fund puis PDG du forum Intelligence Squared, a été nommée CEO de la Galerie Serpentine de Londres par les administrateurs de la galerie et par l’ancien maire de New York, Michael Bloomberg. Elle travaillera au coté du directeur artistique Hans Ulrich Obrist, qui assurera la continuité du travail déjà mis en place tout en lui offrant sa vision artistique.

Yana Peel prend la suite de Julia Peyton-Jones, directrice de la Serpentine depuis plus de 25 ans, laissant derrière elle un héritage haut en talent, avec des pavillons de Daniel Libeskind (2001), Oscar Niemeyer (2003), Franck Gehry (2008), Peter Zumthor (2011), Sou Fujimoto (2013)… pour ne citer que ceux là.

Nul doute que cette nomination aura un impact sur les futurs architectes sélectionnés, qu’elle ouvrira de nouvelles voies et poussera plus loin les limites.

 

D’ici là, le pavillon de 2016 laissera place au « mur décompressé » de Bjarke Ingels Group (BIG) doté d’une structure de « brique » constituée de cadres de fibres de verre, empilés les uns sur les autres.

Pavillon 2016 - BIG
Pavillon 2016 – BIG
Pavillon 2016 - BIG
Pavillon 2016 – BIG

Courtesy Galerie Serpentine

 

Amélie Luquain

Les lauréats du concours Mini Maousse 6

Pour sa sixième édition, le concours Mini Maousse invitait les étudiants en architecture et en design à concevoir “La nouvelle maison des jours meilleurs”, une unité d’habitation temporaire, modulable, empilable, démontable et transportable de 45 m2 maximum, permettant de répondre à différentes situations : accueil d’individus en grande précarité, habitat en zone dense pour pallier le manque de logements, habitat saisonnier… Le thème de cette édition s’inspire d’un prototype imaginé par l’architecte Jean Prouvé en 1956, en réponse à l’appel de l’abbé Pierre pour aider les sans-abri. La Fondation Abbé Pierre est d’ailleurs partenaire du concours.

Huit projets ont été retenus sur près de 200. Les maquettes des 25 projets lauréats de la phase 1 du concours seront exposées au VIA (120 avenue Ledru-Rollin, Paris 11e) du 20 avril au 18 mai 2016, puis à la Cité de l’architecture & du patrimoine en 2017.
www.minimaousse6.fr

Les huit projets primés :
– « Contre-plaque-moi, l’histoire de ceux qui plaquent tout, pour mieux recommencer ». Camille Chevrier & Thomas Enee / Ensa Nantes & Ensa Val de Seine

APM.BVH - coupe
Camille Chevrier & Thomas Enee
APM.VAC - plan coupe commune
Camille Chevrier & Thomas Enee
MNM-COMMUN FERME
Camille Chevrier & Thomas Enee

– « Kyubu ». Virginie Vazquez & Ludovic Geraerts / Institut Supérieur des Arts Appliqués

kyubu-1
Virginie Vazquez & Ludovic Geraerts
kyubu-2
Virginie Vazquez & Ludovic Geraerts
kyubu-3
Virginie Vazquez & Ludovic Geraerts

– « Light colombage ». Mégane Hentzen / Institut Supérieur des Arts Appliqués

Light colombage-1
Mégane Hentzen
Light colombage-2
Mégane Hentzen
Light colombage-3
Mégane Hentzen

– « Maison 280 ». Lukas Saint Joigny / Esad Reims

17m2
17m2. Lukas Saint Joigny
25m2
25m2. Lukas Saint Joigny
45m2
45m2. Lukas Saint Joigny
Habitation 17m2
Habitation 17m2. Lukas Saint Joigny
incustation rue des marchandises
Lukas Saint Joigny

– « Moving roof ». Arnaud Ribière, Diana Pinheiron & Manon Merceron / Esam Design

Moving Roof
Arnaud Ribière, Diana Pinheiron et Manon Merceron
Site 1 vue sur les potagers
Vue sur les potagers. Arnaud Ribière, Diana Pinheiron et Manon Merceron

– « La Tente ». Élise Sanner / Ensad Nancy

Tente-1
Élise Sanner
Tente-2
Élise Sanner
Tente-3
Élise Sanner

– « Wood Stock ». Fabien Le Goff & Cédric Jenin / Ensa Nantes

wood stock-1
Fabien Le Goff & Cédric Jenin
wood stock-2
Fabien Le Goff & Cédric Jenin

– « Wood UP ». Lauren Germain / Institut Supérieur des Arts Appliqués

Horizontale 924LA-compressed
Lauren Germain
Verticale 924LA-compressed
Lauren Germain

 Astrid Avédissian

Les universalistes, 50 ans d’architecture portugaise

Les universalistes, 50 ans d’architecture portugaise

L’exposition Les universalistes, à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, sous le commissariat de Nuno Grande, offre un regard prospectif sur les cinquante dernières années d’architecture portugaise, qui ont vu naître deux Pritzker, Alvaro Siza et Eduardo Souto de Moura, ainsi que bon nombre d’architectes portugais talentueux.

Lire plus

La légendaire passerelle de Tintagel

Ney & Partners et William Matthews Associates remportent le concours international lancé par English Heritage, pour la conception de la passerelle du Château de Tintagel (UK)

Ney&Partners_WilliamMatthews_Tintagel Bridge

 

English Heritage

Le comté des Cornouailles est connu pour la beauté de ses côtes rocheuses et de ses paysages vallonnés. Cette contrée à la beauté primaire et sauvage est aussi liée à la légende du roi Arthur qui, selon les écrits, a été conçu au château de Tintagel. Attirant près de 200 000 visiteurs par an, le château est l’un des sites faisant partie des plus spectaculaires du patrimoine anglais, le « English Heritage ».

Ney&Partners_WilliamMatthews_Tintagel Bridge

La nouvelle passerelle, qui remplace un ouvrage placé 28 m en contrebas – lui même suivant les traces du château qui s’est effondré avec l’érosion – a pour but de transcender la visite du lieu en récréant le lien qui existait autrefois et en comblant le vide actuel. English Heritage a lancé un concours international pour une mission d’architecture et d’ingénierie auquel ont participé 136 équipes. Parmi elles, 6 ont été retenues en septembre 2015 :

 

– Dietmar Feichtinger Architectes et Terrell (FR)

– Marks Barfield Architects et Flint and Neill (UK)

– Ney & Partners et William Matthews Associates (Belgique)

– Niall McLaughlin Architects et Price and Myers (UK)

– RFR et Jean-François Blassel Architecte avec Engineers HRW et WSP (FR)

– Wilkinson Eyre et Atelier One (UK)

 

Double porte-à-faux

Ney & Partners (Bruxelles), cabinet d’architecture et d’ingénierie qui conçoit des structures spéciales, des ouvrages d’art et des bâtiments, associé à William Matthews Associates (Londres) remportent la compétition pour l’intégration réussie et harmonieuse de la nouvelle passerelle dans la composition paysagère. Tel un fil de funambule entre les deux côtes rocheuses, la passerelle vient souligner le paysage et encadrer l’horizon. L’originalité du projet consiste en la confrontation de deux porte-à-faux indépendants de 28,50 m qui se rejoignent au milieu sans se toucher, ou presque… La structure haute de 4,50 m là où elle jaillit de la roche, atteint une épaisseur de 170 mm a mi-travée, avec un joint-ouvert entre les deux parties de 80 à 100 mm (la dilatation pouvant atteindre 20 mm pour des températures allant de 40° à -10°). C’est par cette absence de matière au milieu de la traversée que le vide est mis en valeur ; le visiteur prend alors pleinement conscience de la transition d’un monde à l’autre, du territoire à l’île, de la réalité à la légende.

Ney&Partners_WilliamMatthews_Tintagel Bridge

 

Montage séquentiel

Ney & Partners redouble d’habileté en alliant le concept de la passerelle à sa méthode de montage. Dans ce chantier difficile d’accès, le système de construction en encorbellement permet d’avancer de manière séquentielle dans le vide à partir des culées, sans avoir besoin de supports temporaires. Ce procédé réduit également les risques : la structure est statiquement déterminée et, par conséquent, les forces sont contrôlées, prévisibles et ceux, indépendamment de tout mouvement potentiel des fondations. La passerelle est composée d’une structure principale en acier auto-patinable. La surface de la plateforme est recouverte d’étroites bandes d’ardoises fixées verticalement sur un lit de sable et une couche drainante. La main courante, agréable au contact du passeur, est en chêne.

Ney&Partners_WilliamMatthews_Tintagel Bridge

A la fois contemporain et intemporel, l’inauguration de cet ouvrage d’art est prévue pour 2019 pour un coût de 4 millions de livres sterling. La dimension précise du joint ouvert entre les deux porte-à-faux est en cours de discussion.

 

Ney&Partners_WilliamMatthews_Tintagel Bridge

Ney&Partners_WilliamMatthews_Tintagel Bridge

Ney&Partners_WilliamMatthews_Tintagel Bridge

Lieu : Tintagel, UK

Etudes : 2016

Réalisation : 2019

Architectes : Ney & Partners – William Matthews Associates

Maître d’ouvrage : English Heritage

Bureau d’études structure : Ney & Partners

Budget : 4 millions de livres sterling

 

Longueur totale du pont : 66,70 m

Portée du porte-à-faux : 28,50 m

Largeur utile : 2,5 m (entre les gardes-corps)

Largeur totale : 3,00 m

Hauteur maximale : 4,40 m (sous la culée)

Hauteur minimale : 0,175 m

Poids total de la structure acier : 66 tonnes

Poids total du pont : 112 T

 

Courtesy Ney & Partners et William Matthews Associates

 

Amélie Luquain

2/2 : Parachèvement de la rénovation du campus de Jussieu

2/2 : Parachèvement de la rénovation du campus de Jussieu

Un des points remarquables du travail d’Architecture-Studio pour la rénovation du Secteur Est du campus de Jussieu (Vème) concerne la reconversion des patios, entièrement déposés, remplacés par des éléments architecturaux dont la singularité offre des nouveaux signaux au campus.

 

Partie 2 : Singularité des patios

campus jussieu par architecture studio
Courtesy A-S / Luc Boegly

 

Émergeant ponctuellement de la dalle, les éléments architecturaux singuliers font le lien avec le niveau Saint-Bernard, en contrebas, dont les activités sont rendues visibles et l’éclairage naturel est augmenté.

 

« Tipi »

A l’origine, un seul édicule, La Coupole, émergeait de ces patios placés au centre de la mosaïque d’André Beaudin. A-S conserve et accentue cette singularité avec un bâtiment signal, surnommé d’ores et déjà par les étudiants « le Tipi ». Ce pôle culturel, destiné aux expositions et aux événements, est entièrement vitré, associé à une résille en tubes d’aluminium rectilignes inclinés en gerbe. Générer ce bâtiment a permis de monter une gaine de ventilation avec une sortie à 8 m des façades. Tout autour de ce tipi, les laboratoires sont éclairés par la lumière naturelle et un bardage en acier poli miroir créé des reflets interagissant avec l’œuvre colorée au sol.

jussieu architecture studio coupe tipi
Courtesy A-S / Coupe Tipi

 

campus jussieu par architecture studio
Courtesy A-S / Luc Boegly

 

Bibliothèque

Dans un autre patio, la toiture de la Bibliothèque des Licences se soulève en pente douce, dans l’alignement du projet du Secteur Ouest de Reichen et Robert. Le toit végétalisé rappel l’ancien patio et donne la sensation d’une simple bascule de la toiture. En plus de donner de la visibilité aux activités et leur offrir un éclairage naturel sur les 100 m de long, la pente permet de préserver les transparences d’Est en Ouest sur le niveau de la dalle.

 

jussieu architecture studio bibliotheque
Courtesy A-S / Coupe Bibliothèque

 

campus jussieu par architecture studio
Courtesy A-S / Luc Boegly

 

Agora

Concernant le Centre de Conférences, il est suggéré en surface par la déformation topographique de la dalle : celle-ci dessine un damier d’emmarchement extérieur tout en augmentant les qualités acoustiques en sous-face. Cet espace gradiné est abrité d’une toiture en coussins ETFE, pour le plus grand plaisir des étudiants qui prennent plaisir à se retrouver au sein de cette nouvelle agora. L’entrée de l’auditorium de 500 places, destiné aux manifestations d’envergure internationale, est signalée par un édicule vitré dont la structure porteuse en inox (nœud moulé) forme un origami en écho aux facettes de la toiture. Cet édicule assure l’éclairage du foyer, tamisé d’un plafond en staff dont les trompes lumineuses sont reliées entre elles par un plan continu, créant un effet matelassé. L’auditorium, quand à lui, est habillé d’un écrin cylindrique de tasseaux de bois, tandis que le plafond intérieur, également réalisé en staff, s’entrouvre pour créer des ouïes, dans lesquelles l’ensemble des terminaux d’éclairage et de ventilation se niche discrètement. Pour cette partie du projet, le patio a été entièrement démoli et un niveau de sous-sol a été créé. La coque en béton totalement étanche a été réalisée et posée sur ressort, ce qui la rend parfaitement insensible aux nuisances sonores souterraines comme celles des vibrations de la ligne de métro.

 

jussieau architecture studio auditorium
Courtesy A-S / Coupe Amphitéatre

 

campus jussieu par architecture studio
Courtesy A-S / Antoine Duhamel

 

Quant aux niveaux de superstructure, les différents laboratoires de recherche sont organisés en étoile autour des rotondes d’accès de chaque entités. Les locaux, standard et flexibles, sont conçus pour intégrer des modifications futures dues aux évolutions rapides de la recherche. Des systèmes de baffles lumino-acoustiques disposés au plafond des laboratoires ont été spécifiquement créés pour le plus grand confort des chercheurs.

 

Ainsi, dans la continuité du projet d’Édouard Albert, Architecture Studio assure un renouveau architectural pour ce campus par le biais d’interventions aussi exemplaires que justes. Non pas la démonstration d’un geste architectural, non pas une simple restauration, mais une rénovation complexe, répondant à des besoins précis pour un effet maximum, et dont la justesse est particulièrement remarquable.

Amélie Luquain

 

Voir la partie 1 : Rénovation du Campus de Jussieu