CNSA : Appel à projet 2018 « Handicap et perte d’autonomie : innovation sociale par le design »

CNSA : Appel à projet 2018 « Handicap et perte d’autonomie : innovation sociale par le design »

La CNSA lance un appel à projets pour encourager des collaborations entre acteurs du champ du handicap et de la perte d’autonomie et designers. La CNSA souhaite ainsi faire émerger des solutions innovantes qui amélioreront la qualité de vie des personnes âgées en perte d’autonomie et des personnes handicapées, puis en évaluer la pertinence.

Repenser un accueil de jour gériatrique, améliorer l’organisation d’une maison départementale du handicap (MDPH) pour faciliter les démarches des usagers…L’innovation sociale par le design consiste à élaborer collectivement une organisation, un service, un produit ou encore une application numérique ayant vocation à répondre à des besoins sociaux. Selon les principes du design, les designers s’immergent sur le terrain pour identifier les points à améliorer. Leurs propositions sont ensuite testées grâce à la réalisation de prototypes puis modifiées en fonction des remarques des utilisateurs afin d’aboutir à une solution qui convienne aux différentes parties prenantes.

La CNSA entend ainsi :

  • acculturer le secteur aux approches de design
  • intéresser les designers aux enjeux du handicap et de la perte d’autonomie
  • faire émerger des réponses innovantes à partir de constats de terrain
  • vérifier / donner à voir le potentiel du design comme mode de construction de solutions, de services et de politiques publiques dans le champ de l’autonomie.

Afin de capitaliser sur les résultats, la CNSA organisera un séminaire de restitution en juin 2020.

Comment participer ?

Les dossiers sont attendus entre le 3 et le 28 septembre 2018 sur la plate-forme de dépôt : sélectionnez la télé-procédure « Appel à projets thématique 2018 ».

Pour toute demande de renseignement, contactez : innovation2018@cnsa.fr

Tout projet innovant destiné à améliorer l’accompagnement des personnes handicapées ou des personnes âgées en perte d’autonomie – vivant à domicile ou en établissement – du champ de compétence de la CNSA est susceptible d’être éligible. Il doit impérativement reposer sur un partenariat entre un porteur de projet acteur du secteur médicosocial et un acteur du monde du design.

Pour connaitre les détails, consultez les instructions aux candidats.

PARI Biennale 2018 – appel à projets

PARI Biennale 2018 – appel à projets

Dans le cadre du commissariat de l’exposition, le Réseau des maisons de l’architecture lance un appel à projets sur le thème du PARI. Son objectif : collecter des propositions qui abordent autrement l’architecture, des projets d’espace réels ou imaginaires, matériels ou immatériels qui relèvent les défis du 21e siècle — nouveaux usages, nouvelles urbanités, nouveaux médias, nouvelles cultures, nouveaux futurs, nouvelles transversalités, nouveaux modes, etc. Appel à projet ouvert jusqu’au 15 septembre 2018 à télécharger avec les gabarits de candidature sur PARI biennale.

https://www.facebook.com/christopher.dessus/videos/10216491228250897/?t=30Après Strasbourg, Marseille et Nantes, la Biennale du Réseau des maisons de l’architecture se tiendra en novembre prochain à Paris. Cette 4e édition entend explorer les grands défis du 21e siècle et témoigner d’une « nouvelle architecture » qui fait le PARI de la transversalité, de la collaboration, de la sensibilisation, de la résidence, ou encore de la co-construction. Durant cinq jours, curieux, amateurs, étudiants, professionnels, scolaires et familles pourront expérimenter la culture architecturale sous toutes ses formes. Grande exposition, conférence inaugurale, tables rondes, forum des Maisons de l’architecture, films, débats, restitutions de résidences, actions et ateliers pédagogiques, balades d’architecture, performances et soirées festives : avec du IN et du OFF égrenés dans les différents lieux partenaires, cette programmation affiche l’hybridité pour attirer des publics diversifiés autour d’une vision augmentée de l’architecture.

Le Réseau

Les 32 Maisons de l’architecture constituées en Réseau organisent tous les deux ans un événement national qui prolonge et amplifie leur mobilisation sur tous les territoires et met en lumière la transversalité de l’architecture. Après le succès rencontré par les trois premières éditions, à la Manufacture des Tabacs de Strasbourg en 2012, à la Friche la Belle de Mai de Marseille en 2014 et à l’École d’architecture de Nantes en 2016, et au vu des 25 000 visiteurs accueillis, la Biennale du Réseau des maisons de l’architecture fait cap en 2018 sur la capitale.

Les Lieux

La Biennale PARI se déroulera du 15 au 19 novembre 2018 dans quatre lieux-phares : la Maison de l’Architecture Île‑de‑France, l’École nationale supérieure d’architecture Paris–Belleville, le DOC et l’Espace Niemeyer — ainsi que dans de nombreux lieux OFF. Une déambulation urbaine tour à tour réflexive, créative, pédagogique et festive invitera les visiteurs à la découverte de ces hauts lieux de l’architecture à Paris mais aussi de lieux culturels émergeants contribuant au renouveau des pratiques artistiques et culturelles dans le nord-est parisien.

Appel à projets

L’appel à candidatures est ouvert à toutes et à tous, avec pour seule condition : la présence dans l’équipe d’un(e) architecte ou d’un(e) étudiant(e) en architecture. Vous pouvez travailler précisément ou globalement, à l’échelle du micro ou du macro, et en croisant des disciplines connexes : la sociologie, l’anthropologie, l’ethnologie, la pédagogie, l’enseignement, la science, l’art, la performance, le graphisme, la littérature, etc.

Une dizaine de projets seront sélectionnés par un comité scientifique et artistique, puis produits avec les moyens de la Biennale et exposés au DOC durant la Biennale. Cette exposition fera l’objet d’une itinérance.

  • 15 septembre 2018 : date limite d’envoi des dossiers (à télécharger ci-dessus), comprenant :
    1. Un texte de présentation de votre projet de 1000 mots maximum.
    2. Une expression libre de votre PARI : dessin, collage, peinture, maquettes, photo, film, vidéo, son, expression corporelle…
    3. Une illustration de la spatialisation de votre projet dans le cadre de l’exposition : axonométrie, plans, coupes, élévations, représentation filaire…
  • 1er octobre 2018 : Annonce des sélectionnés
  • Du 2 octobre au 15 novembre : Tous les candidats dont le travail est sélectionné pour la Biennale 2018 seront amenés à collaborer avec le comité de production et le commissaire de la Biennale pour la réalisation de leur projet.
SML imagine une suite vert citron au design complètement futuriste !

SML imagine une suite vert citron au design complètement futuriste !

L’agence coréenne SML a imaginé une suite d’hôtel unique en son genre destinée à faire vivre à ses usagers une expérience spatiale hors du commun et hors du temps.

© Chanson Yousub
© Chanson Yousub
© Chanson Yousub

Les architectes ont misé sur la couleur vert citron apportant ainsi à l’espace des teintes rafraîchissantes et lumineuses. Ils ont également joué sur des matériaux tout en transparence pour pimenter cette aventure sensorielle. En effet, les architectes de SML ont décidé d’aller à contre courant et ont eu l’idée l’originale de séparés les espaces intimes -salle de bain et wc – dans des bulles de verre transparent. Ces zones de service sont pourvues de rideaux placés le long des contours pour plus d’intimité une fois à l’intérieur de ces capsules verdoyantes.

 

© Chanson Yousub

Pour la partie nuit, on retrouve un lit en lévitation posé sur un podium suspendu illuminé en sous face et des éclairages aux lignes organiques et futuristes ondulant sur le plafond.

© Chanson Yousub
© Chanson Yousub
© Chanson Yousub
© Chanson Yousub

De plus, la suite semble sortie tout droit d’un vaisseau spatial et trompe la perception du visiteur en raison de l’absence de coins anguleux.

© Chanson Yousub

       
« La construction est une tâche qui implique des possibilités. Les vraisemblances sont généralement visualisées dans la forme et dans l’espace, mais elles sont ressenties dans la texture et la couleur du matériau, parfois dans de subtiles vibrations de la lumière et du son. Notre travail consiste à créer des compositions en combinant et en construisant  soigneusement des possibilités sans être fixé sur un ensemble de conditions données mais en posant des questions sur les alternatives présentes et parfois en renversant les codes. Notre architecture englobe tous ces possibilité en considérant les interactions entre les conditions environnementales, les théories scientifiques, l’espace et les fonctions, les facteurs sociaux et humains. »

 

FAIRE 2018 : qui sont les lauréats de cette deuxième édition ?

FAIRE 2018 : qui sont les lauréats de cette deuxième édition ?

Il y a quelques temps nous vous parlions du concours de design urbain FAIRE 2018 lancé par le Pavillon de l’Arsenal et la Ville de Paris, en collaboration avec MINI et le soutien de la Caisse des Dépots. Le 26 juin 2018, les 12 projets lauréats de cette deuxième édition d’appel à projets innovants ont été annoncés par l’adjoint à la Maire de Paris, Jean-Louis Missika.

Sur 261 projets reçus, 12 propositions explorant et interrogeant les usages et stratégies de l’espace urbain parisien ont été sélectionnées par un jury d’experts présidé par Jean-Louis Missaka. Selon lui, « les nouveaux usages et les nouvelles contraints dans l’espace public sont ds défis tant pour les designers que pour les élus. FAIRE DESIGN permet d’explorer de nouvelles manières de travailler ensemble. »

STRIES ET COMPAGNIE AIRE DE JEUX , Matali Crasset, designer

Matali Crasset propose un projet, entre sculpture et installation, qui n’interroge pas le monumental mais une échelle plus réduite et propose une vision du jeu expérimentale et inattendu. Le lien entre les différents espaces de jeu ne tient pas à une thématique mais à un effet d’optique combiné à l’utilisation d’une forme conique. Ces rythmes permettent de faire un équilibre subtil entre des formes suffisamment fermées pour se sentir à l’intérieur et assez ouvertes pour voir ce qui s’y déroule et rester au grand air.

STRIES ET COMPAGNIE AIRE DE JEUX , Matali Crasset, designer

INVENTER UNE SIGNALÉTIQUE MÉTROPOLITAINE, Enlarge your Paris, Magasins généraux

Afin de promouvoir le périmètre du Grand Paris, l’équipe propose d’implanter une signalétique métropolitaine dans les quartiers parisiens pour indiquer une série de destinations franciliennes remarquables et facilement accessible à vélo ou en transports en commun mais qui ne figurent pas aujourd’hui dans l’imaginaire des Parisiens.

 

INVENTER UNE SIGNALÉTIQUE MÉTROPOLITAINE, Enlarge your Paris, Magasins généraux

AIR DES CARRIÈRES, Emma Lelong et Rémi Nguyen, designers / Frédéric Blaise, Guillaume Duranel et Julia Lenoir, architectes

Réinterprétant le principe du puits canadien, le banc climatique, en terre crue, exploite l’air frais disponible dans les carrières parisiennes pour rafraîchir ponctuellement l’espace public parisien en période estivale.

 

AIR DES CARRIÈRES, Emma Lelong et Rémi Nguyen, designers / Frédéric Blaise, Guillaume Duranel et Julia Lenoir, architectes

BOSSAGE, h2o architectes – Charlotte Hubert, Jean-Jacques Hubert et Antoine Santiard GGSV (Gaëlle Gabillet & Stéphane Villard)

Utilisant la pierre du bassin parisien, le projet «Bossage» propose de reproduire, par usinage numérique sur des rochers, certains fragments du paysage architectural parisien pour adoucir la massivité des éléments protecteurs des monuments et leur inscription esthétique et psychologique dans le paysage urbain.

BOSSAGE, h2o architectes – Charlotte Hubert, Jean-Jacques Hubert et Antoine Santiard GGSV (Gaëlle Gabillet & Stéphane Villard)

EMBELLIR LES COINS, Leslie Gesnouin, designer

Cette étude propose de ré-investir les retraits d’alignements des rues de Paris, sortes de bugs urbanistiques délaissés, en y installant des formes sculpturales souples et ainsi proposer de nouvelles ambiance urbaines et une nouvelle relation au corps.

EMBELLIR LES COINS, Leslie Gesnouin, designer

PODOPHONE TERRAIN DE JEU GRAPHIQUE & SONORE, Pierre Charrié, designer industriel / Sandrine Nugue, designer graphique / Roland Cahen, compositeur, designer sonore et enseignant chercheur en musique AC3, studio de création visuelle

Pour réinventer l’espace public, l’équipe propose un moyen ludique pour les habitants de se le réapproprier, le détourner pour lui donner une tonalité plus humaine et musicale. Le podophone, est un jeu urbain dynamique basé sur la traduction visuelle du son et sa spatialisation qui reflète l’identité plurielle d’un quartier.

PODOPHONE TERRAIN DE JEU GRAPHIQUE & SONORE, Pierre Charrié, designer industriel / Sandrine Nugue, designer graphique / Roland Cahen, compositeur, designer sonore et enseignant chercheur en musique AC3, studio de création visuelle

OURHUB MADE FOR SHARING, Ourhub, start-up

Convaincu que lien social et résilience urbaine vont ensemble, la start-up danoise Ourhub propose une plateforme numérique de partage d’objets pour jouer dans la ville. Combinée avec des coffres qui contiennent des jeux «à partager», Ourhub a pour ambition de développer un quartier sociable, actif et jouable.

OURHUB MADE FOR SHARING, Ourhub, start-up

AÉRO-SEINE, Isabelle Daëron, designer / Ogi, bureau d’études / CSTB

Conçu par Isabelle Daëron, Aéro-Seine est une bouche de rafraîchissement qui, reliée au réseau d’eau non potable, permet en période de forte chaleur de contribuer à rafraîchir l’air ambiant grâce a un dispositif par débordement favorisant le contact entre l’eau et l’air.

AÉRO-SEINE, Isabelle Daëron, designer / Ogi, bureau d’études / CSTB

MIEL IN PARIS, Miel Factory & Silteplait

«Miel in Paris» a une ambition simple: ramener les abeilles dans l’espace urbain afin de faire prospérer l’éco-système parisien.

MIEL IN PARIS, Miel Factory & Silteplait

HIGH FIVE, Quentin Vaulot, designer

L’objectif est de proposer un mobilier offrant de multiples services pour les citoyens, un éco système support d’opportunités, tout en permettant de protéger les citoyens des nombreuses contraintes afférentes aux lieux. Maîtriser les flux, organiser la mobilité, réguler la circulation, interdire le stationnement, stopper les véhicules lourds à la manière des plots en béton pour assurer la sécurité des usagers.

HIGH FIVE, Quentin Vaulot, designer

SMART VÉLO PARKING, Vraiment vraiment

Le collectif Vraiment Vraiment propose d’engager une étude expérimentation pour densifier le maillage de stationnement vélo et mieux adapter les espaces de stationnement aux usages que rendent possibles et visibles les free float (“porte-à-porte intégral”).

SMART VÉLO PARKING, Vraiment vraiment

RÉSERVOIR D’EAU DE FAÇADE, Faltazi, Laurent Lebot et Victor Massip

Le duo des Faltazi propose la création de réservoirs de façade qui se substituent aux descentes d’eaux pluviales. L’eau de pluie, stockée dans ces citernes-tampons d’un nouveau genre ne rejoint plus directement les égouts. Elle est collectée et stockée pour une valorisation in situ: arrosage des balcons, des jardins en pied d’immeuble et des murs végétalisés.

RÉSERVOIR D’EAU DE FAÇADE, Faltazi, Laurent Lebot et Victor Massip

 

L’expérience de l’horizontalité vue par Jean Nouvel avec l’ouverture d’un nouveau bureau européen des brevets aux Pays-Bas

Les ateliers Jean Nouvel en collaboration avec l’agence Dam & Partners Architecten, viennent d’inaugurer le nouveau bâtiment de l’office européen des brevets (EPO) dans la ville néerlandaise de Rijswijk près de La Haye.

© Ossip Van Duivenbode

Considéré comme la «construction de verre et d’acier la plus mince et la plus haute du genre en Europe», le bâtiment de 85 000 m² abrite environ 2.000 employés et a coûté 205 millions d’euros. Visuellement, la structure s’inspire du paysage hollandais, avec sa surface de verre réfléchissante reproduisant le ciel, la terre et l’eau qui l’entoure. Si le bâtiment vient d’être livré, il reste cependant un aménagement paysager à terminer d’ici 2020, composé d’un plan d’eau sur lequel l’édifice semblera flotter.

© Ossip Van Duivenbode

Avec ses 156m de long, 107m de haut, 12,6m de large et ses 27 étages le design du bâtiment offre un réel sentiment de transparence et de légèreté, chargé de mystère.

© Ossip Van Duivenbode

« La poétique de situation née de l’immensité de ce territoire strictement horizontal qui éloigne les horizons, étend un ciel sans fin. L’envie naît d’être dans les airs, de flotter dans ce vide, dans l’épaisseur de l’air, des embruns, des brumes de pluie, sous les nuages blancs ou dans le bleu d’un ciel sans plafond… La proposition est, dans cet univers portuaire terrestre, d’introduire un navire amiral d’une échelle et d’une proportion noble, d’une matérialité troublante et d’une abstraction géométrique totale. Ce bâtiment est serein, calme, rien ne saurait l’atteindre, il appartient au ciel. Il prend la couleur du ciel par les verres clairs légèrement miroitant de ses façades et l’acier inoxydable des lignes horizontales qui le rythment. » écrit Jean Nouvel pour raconter l’histoire de ce projet.

© Ronald Tilleman

« L’architecture n’est pas une accumulation de mètres carrés de plancher, de fenêtres et de portes. Il faut se faire un film, aller chercher une poésie pour donner du plaisir aux gens. Je me sers d’un édifice pour donner plus de sens au paysage. Ici, tout est plat et parallèle : la mer, la terre, le ciel. La vue depuis le toit-terrasse offre donc une expérience de cette horizontalité. » explique Jean Nouvel.

© Ronald Tilleman

En plus des bureaux, le programme du bâtiment comprend également des salles de réunion, un centre de formation, un café et un jardin ciel. Les façades longitudinales sont dotées d’un écran acoustique et thermique grâce à une enveloppe rappelant celle de la Fondation Cartier réalisé en 1994 à Paris.  « Chaque projet m’aide pour concevoir le suivant, indique Jean Nouvel. Ici, le jeu d’échelle est différent. »

© Ronald Tilleman

« Nous recherchons ici les sentiments de privilège et de plaisir. Le privilège de pouvoir s’approprier le ciel et les horizons comme matériau premier de l’architecture. Le plaisir de travailler dans un univers clair, ouvert, précis qui peut aussi devenir protégé, fermé, familier… Et tout cela situé dans ce rectangle de ciel qui a juste pour ambition de faire prendre conscience des variations de l’atmosphère. »

 

Ateliers Jean Nouvel
Ateliers Jean Nouvel
Ateliers Jean Nouvel

Le Museum Garage de Miami : un cadavre exquis architectural !

Un bâtiment, 5 artistes et des façades uniques au monde voilà comment définir en quelques mots le Museum Garage de Miami. Après deux ans de planification et de construction, le bâtiment de sept étages fait maintenant partie du paysage urbain du célèbre design district de Miami. La façade de l’édifice, élément central du projet, se compose de cinq pièces individuelles et radicalement singulières, chacune d’elles étant conçue par un artiste ou un architecte différent : WORKac , Nicolas Buffe, Clavel Arquitectos, K / R (Keenen / Riley) et J. Mayer H.

Situé dans le Miami Design District – un quartier dédié à l’art, au design et à l’architecture – le Museum Garage accueille un programme mixte réparti sur sept niveaux avec entre autres des espaces de vente au rez-de-chaussée et une capacité de 800 véhicules. C’est en 2015 que Craig Robins, promoteur du Design District, a sélectionné cinq concepteurs pour créer les façades du bâtiment.

En réunissant ces designers du monde entier, Riley s’est inspiré du concept de « Cadavre Exquis ». Un cadavre exquis se définit comme une collection d’images rassemblées par plusieurs artistes sans savoir ce que les autres artistes ont pu produire de leur côté, le tout formant une oeuvre originale, unique et ludique avec des composants n’ayant pas forcément de similitudes. C’est ainsi que, sous la direction de Riley, chaque architecte participant, une fois avoir été assigné à une zone de la façade, a été invité à concevoir une pièce architecturale sortie tout droit de leur imagination. Le résultat est une version architecturale contemporaine du Cadavre exquis.

WORKac : Ant Farm

Le travail de l’agence new-yorkaise WORKac, prend place au coin de NE 1st Avenue et NE 41st Street dans le Design District. Intitulée Ant Farm, la façade de WORKac fait face à la 1ère Avenue et traduit la célébration de l’interaction sociale, la durabilité, l’art, la musique et le paysage. A l’intérieur, derrière cette façade haute en couleurs, on retrouve un large éventail de programmes tels qu’un bar, un lave-auto, une aire de jeux pour enfants, un salon d’écoute, une bibliothèque, un espace d’art. Abrités par un écran métallique perforé, véritable contraste visuel, les espaces de circulation apparaissent et disparaissent comme un jeu d’ombres.

WORKac : Ant Farm
WORKac : Ant Farm
WORKac : Ant Farm

J. MAYER. H. : XOX (Hugs and Kisses)

La façade imaginée par J.MAYER.H. se nomme XOX (Hugs and Kisses). Elle se caractérise par de gigantesques pièces de puzzle imbriquées et nichées au coin de la façade de Workac.  Décorées avec des rayures et des couleurs vives, les éléments énigmatiques de XOX, rappellent les formes aérodynamiques du design automobile et semblent flotter au-dessus du trottoir.

J. MAYER. H. : XOX (Hugs and Kisses)
J. MAYER. H. : XOX (Hugs and Kisses)

Nicolas Buffe : Serious Play

La façade epnsée par l’artiste français Nicolas Buffe, se déploie le long de la 41e rue. Servant d’entrée et de sortie du garage, elle est construite avec un fond en métal perforé sombre et présente une variété d’éléments 2D et 3D fabriqués à partir de métal découpé au laser et de résine plastique. Au niveau de la rue, la façade dispose de quatre cariatides en bois, hautes de 23 pieds, se tenant à cheval sur l’entrée et les sorties du garage. La composition de ces cariatides reflète la passion d’enfance de Buffe pour les jeux vidéo et l’animation japonaise couplée à l’autre passion de Buffe : l’architecture rococo et baroque.

Nicolas Buffe : Serious Play
Nicolas Buffe : Serious Play
Nicolas Buffe : Serious Play
Nicolas Buffe : Serious Play
Nicolas Buffe : Serious Play
Nicolas Buffe : Serious Play

Clavel Architectos: Urban Jam

Urban Jam, de l’agence espagnole Clavel Arquitectos, s’inscrit dans l’espace entre la façade de Nicolas Buffe et celle de K / R. Cet élément s’inspire de la renaissance de la vie urbaine dans le Miami Design District. Dans cet réalisation, les structures anciennes et les espaces abandonnés ont été ravivés par des designs architecturaux et urbains. Avec l’utilisation de 45 carrosseries de voiture prises dans un embouteillage vertical surréaliste et défiant la gravité, Urban Jam ré-utlise des éléments très familiers pour leur offrir une seconde vie en tant qu’objets sculpturaux de luxe.

Clavel Arquitectos : Urban Jam

K / R: Barricades

Juste en face de l’Institut d’Art Contemporain, la partie la plus à l’ouest sur la 41ème rue et intitulée Barricades est le fruit de l’agence K / R. Le design fait référence au paysage automobile de Miami avec la ré-interprétation des barrières de circulation à rayures orange et blanc. Ici, les fausses barrières sont tournées vers le ciel et forment un écran coloré ponctuée d’une quinzaine de « fenêtres » encadrées en acier inoxydable miroir, à travers lesquelles des jardinières en béton surgissent au-dessus du trottoir.

K/R : Barricades

 

Photos de Museum Garage par Subliminal Image

Début de la construction du port d’innovation de MVRDV à Hambourg, un projet à usage mixte de 70 000 m2

Début de la construction du port d’innovation de MVRDV à Hambourg, un projet à usage mixte de 70 000 m2

La première pierre de fondation du nouveau port d’innovation de Hambourg a été posée, marquant ainsi le début de la construction de ce plan directeur à usage mixte étendu sur environ 70 000 m2 dans le hub high-tech du sud de la Hanse. Conçu par MVRDV, le projet relie les typologies portuaires existantes à la dynamique urbaine du site dans le but de faire émerger une diversité architecturale fédératrice d’innovation. 

C’est en 2016, que MVRDV, en collaboration avec l’agence berlinoise morePlatz pour le groupe HC Hagemann – l’une des plus anciennes entreprises de construction en Allemagne avec une tradition et une histoire remontant à 1869 – avait remporté le concours pour la conception du plan directeur du projet Hambourg Innovation.Localisé sur les rives de l’ancien Harburger Schloss, le projet du Hambourg Innovation Port offre une certaine flexibilité programmatique répondant aux besoins futurs. En effet, le plan directeur se compose entre autres de 6 300 m2 d’espace hôtelier, 5 400 m2 de salles de conférence, 26 000 m2 de bureaux, 9 600 m2 de laboratoires, 7 100 m2 de recherche et 7 800 m2 de parking intégré. Selon MVRDV, «le projet offre une grille de 1,35m qui offre suffisamment de flexibilité pour changer le programme et permet aux entreprises de toutes tailles d’occuper les différents bâtiments». En somme, environ 60 000 m2 de surface brute seront édifiés sur plusieurs phases de construction avec la création de 2 500 emplois et l’expansion de l’Université de technologie de Hambourg (TUHH). Le parc d’innovation développé par HC Hagemann  ambitionne de faciliter la mise en réseau des entreprises et de la science afin d’offrir les meilleures conditions préalables pour la mise en oeuvre d’une scène dynamique de start-up.

La densité et la mixité programmatique du plan urbain proposé par MVRDV garantit le développement d’une nouvelle zone urbaine vivante. Un accent particulier est mis sur la diversité du projet, à la fois d’une manière esthétique et typologique. La stratégie de phasage permet de réaliser Hambourg Innovation Port en différentes parties, de mandater différents architectes pour les bâtiments et de modifier le projet, car le programme pourrait changer dans les années à venir.

« Une partie du plan est l’idée d’un espace public diversifié dans lequel chaque section a son propre caractère« , explique Jacob van Rijs, co-fondateur de MVRDV. « Il y a un parc, un boulevard, une place, des espaces partagés et une promenade au bord de l’eau qui invite les employés de bureau à participer à des réunions extérieures et à des déjeuners en plein air créant un quartier animé au bord de l’eau. »

Reliés grâce à des passerelles et des ponts, les quatre bâtiments auront un léger revêtement de façade donnant une apparence cohérente à l’ensemble du projet tout en préservant l’identité de chaque volume. De plus, certains toits seront aménagés et partiellement équipés de terrasses et de panneaux solaires. Le plan comprendra également une piscine extérieure «flottante», selon les architectes.

Durant la traditionnelle cérémonie marquant le début du chantier, en plus des plans, d’un journal quotidien et quelques pièces de monnaie, un mini-réacteur et un tube à essai contenant le matériau le plus léger au monde ont été posés dans la première pierre de l’édifice. L’achèvement de la première étape est prévue pour le printemps 2019.

La tradition inuite mise à l’honneur avec le nouveau centre culturel de Nunavik

Peuple de chasseurs nomades bien que devenus sédentaires pour la plupart, les Inuits forment un groupe partageant des similarités culturelles et une origine ethnique commune vivant dans les régions arctiques de l’Amérique du Nord. Les Inuits du Nunavik, territoire situé au Nord de la région québécoise autrefois appelé Nouveau Québec, peuvent se regrouper dans un nouveau centre culturel situé dans le village nordique de Kuujjuaraapik depuis l’automne 2017. Conçu à l’origine comme une vitrine pour les très populaires Jeux inuits, l’installation contemporaine maintient en vie la richesse des traditions inuites et permet d’accueillir  toutes sortes d’événements.

Situé près de l’embouchure de la rivière Great Whale sur une dune de sable d’une beauté exceptionnelle, le bâtiment de 680 mètres carrés s’inscrit par son architecture singulière dans ce territoire nordique. Ses concepteurs, Blouin Orzes architectes, ont été inspirés par la forme des icebergs pour imaginé ce volume s’élevant sur un étage et demi, légèrement déséquilibré, et qui semble avoir été façonné par les vents forts de l’hiver. La légèreté de la structure signale le portique d’entrée, faisant écho au porche de l’église voisine, la structure la plus ancienne du village.

Ce portique est accessible par une rampe en béton pourvue d’une pente douce venant créer une zone de rassemblement et de jeu supplémentaire pour la communauté.  A l’intérieur du bâtiment, les lignes fortes de la façade avant sont projetées et animent le hall d’entrée de l’édifice. Cet espace lumineux est la seule zone du bâtiment disposant de grandes ouvertures en raison des coûts de chauffage élevés.

Il dessert directement le hall principal, un espace pouvant accueillir jusqu’à 300 personnes grâce à des sièges escamotables et à un équipement scénique dernier cri. Les installations de traduction et de vidéoconférence permettent également à la communauté de tenir des assemblées. Une petite plate-forme flottant au-dessus sert de cabine de contrôle de la salle.

Pour le revêtement extérieur, des planches de bois pré-peintes ont été utilisées ainsi que des panneaux d’acier. La couleur chaude des planches visait à rappeler la dune de sable sur laquelle le village est construit, une situation inhabituelle puisque la plupart des communautés nordiques sont assises sur le pergélisol.

Construire à Kuujjuaraapik s’avéra être un véritable défi. En effet, une planification à long terme est nécessaire pour toute réalisation de projet dans le Grand Nord. Il s’agit pour les architectes de faire face à de nombreuses contraintes comme par exemple la consultation et l’accompagnement de la communauté au cours d’un processus qui peut durer des années. Le financement du projet représente un autre défi de taille puisque les coûts de construction dans les régions du Nord sont souvent trois fois plus élevés que dans les régions urbaines du Canada. Enfin, une planification millimétrée est d’une importance cruciale quant à l’importation de matériaux et d’éléments de construction qui ne peuvent être expédiés que pendant une brève saison estivale. Habituellement, les envois quittent Montréal en juin pour atteindre des villages comme le village nordique de Kuujjuaraapik environ un mois plus tard. Les navires remontent le fleuve Saint-Laurent et le golfe du Saint-Laurent, puis la côte ouest de Terre-Neuve, le Labrador, la baie d’Ungava, la côte du Nunavik, atteignent la baie d’Hudson et se dirigent vers le sud pour livrer des marchandises.

Le bâtiment a reçu la Mention spéciale du Grand Prix du Design en février 2018.

L’agence Blouin Orzes architectes travaille dans le territoire du Nunavik depuis bientôt 20 ans et a construit divers projets au sein de plusieurs villages du nord avec entre autres des petites structures hôtelières, des structures commerciales et quelques bâtiments institutionnels. Grâce à son engagement et à sa présence dans la région, l’agence a acquis une connaissance intime de la terre, de ses habitant, de leurs besoins et de leurs valeurs. Elle a également développé une expertise unique lui permettant de travailler dans des conditions sévères dues à l’éloignement et à un climat extrêmement rigoureux.

Ritz & Ghougassian : ambiance terracotta pour le design intérieur du café Bentwood

Bentwood est situé dans l’ancien showroom Thonet au 237 Napier Street, dans la banlieue de Fitzroy, une zone de Melbourne bien connue pour sa sélection éclectique de restaurants et de bars. Imaginé par l’agence australienne Ritz & Ghougassian, le projet rend hommage au patrimoine industriel brutaliste de Fitzroy à travers l’utilisation d’un revêtement mural en acier et d’un plafond dans des teintes terracotta. La façade usée du café, recouverte de briques rouges, marque le point de référence pour la conception du design intérieur du lieu.

© Tom Blachford

Au cours du siècle dernier, le bâtiment avait tout d’abord accueilli les fabricants de meubles en bois CF Rojo & Sons, avant de devenir un showroom de la marque allemande Thonet pour finalement être transformé en un café unique.

© Tom Blachford

Les architectes ont ainsi décidé d’intégrer la palette de couleurs et de matériaux de l’extérieur du bâtiment dans le décor de ses espaces intérieurs.

© Tom Blachford
© Tom Blachford

« Il ne restait pas grand-chose d’autre que la façade en brique rouge d’origine, mais je pense que l’essentiel de son passé est toujours là« , déclare Jean-Paul Ghougassian.

© Tom Blachford

L’un des murs du café a été recouvert de panneaux d’acier roux, dont certains sont perforés pour apercevoir la cuisine. D’autres plaques d’acier toujours dans les mêmes teintes ont ensuite été utilisées pour former un plafond en treillis, destinées à créer «des poches de lumière et d’ombre, de volume et d’intimité».

© Tom Blachford

Pour obtenir ce plafond tout en légèreté Ghougassian explique le processus laborieux de cet élément principal du projet.  «Une combinaison de prototypage et de travail en étroite collaboration avec les ingénieurs et notre entrepreneur pour créer un plafond sans effort, apparemment flottant».

© Tom Blachford

Alors que la plupart des murs de briques ont été laissés dans leur état original, quelques colonnes en béton au diamètre assez imposant ont été insérées comme un subtil clin d’œil visuel au patrimoine industriel de Fitzroy.

© Tom Blachford

Des chaises, des tables et des étagères en bois massif apparaissent également dans tout le café en référence aux anciens occupants du bâtiment. Des coussins en cuir couleur argile ont été utilisés pour habiller les banquettes.

De nouveaux locaux « instagramables » pour la société éponyme signés Gehry Partners

La célèbre application Instagram qui a désormais atteint le milliard d’utilisateurs, vient de déménager dans un nouvel espace de travail au coeur de la Big Apple. Conçus par l’ agence d’architecture de Frank Gehry, les bureaux sont dotés de plusieurs décors où les employés et les visiteurs pourront prendre des photos et utiliser un studio de médias insonorisé.

© Jonathan Pilkington

C’est au 440 Broadway, l’ancien grand magasin Wanamaker près de l’Astor Place de Manhattan que la société de partage d’images a repris les étages supérieurs, où sa société mère Facebook a également des bureaux. Après son siège social à San Francisco, il s’agit des deuxièmes bureaux les plus importants d’Instagram. La société – lancée en 2010 – a ouvert un bureau à New York avec trois employés en 2015 et compte maintenant 290 employés dans la ville, avec des projets d’expansion.

© Jonathan Pilkington
© Jonathan Pilkington

« Quand nous avons commencé il y a huit ans, nous étions dans un tout petit bureau« ,explique le co-fondateur d’Instagram, Kevin Systrom.  « Au fur et à mesure que nous grandissions, nous avons commencé à réaliser que l’artisanat était une partie importante de ce que nous faisions, non seulement construire des produits, mais construire notre espace et construire notre équipe. »

© Jonathan Pilkington
© Jonathan Pilkington

Basée à Los Angeles, l’agence Gehry Partners était responsable de l’aménagement et des éléments structurels des bureaux, les architectes ont travaillé en étroite collaboration avec une équipe interne sur la conception des intérieurs et des installations.

Avec un plan d’étage expansif, de grandes hauteurs sous plafond et de grandes ouvertures, l’équipe a créé une séquence d’espaces autour d’un atrium central. Bien entendu, plusieurs espaces scénographiés ont été mis en oeuvre pour offrir des opportunités de photos.

Lorsqu’on entre dans les bureaux, on retrouve dans le lobby un mur d’accueil numérique, présentant une sélection d’images provenant des flux Instagram et les histoires des utilisateurs de l’application.

© Jonathan Pilkington
© Jonathan Pilkington
© Jonathan Pilkington
© Jonathan Pilkington

On retrouve également dans le couloir une sculpture organique réalisé en verre et changeant de couleur grâce à un éclairage contrôlé par l’utilisateur, un endroit idéal pour les selfies.

Un mur recouvert d’un dégradé coloré et un mur vert à côté de l’escalier sont également prévus comme toile de fond pour les photographies.

« Autour de l’espace, vous verrez des œuvres d’art de nos différents membres de la communauté, et nous les avons intégrés dans l’espace en toute transparence pour vraiment représenter qu’il s’agit d’une société d’art« , ajoute Systrom.

Divers espaces où s’alimenter sont regroupés au centre, on y retrouve un large choix allant d’un comptoir à jus et gelato « inspiré de l’esthétique cubaine-Miami des années 1930 » à un bar bien approvisionné appelé le Thirsty Flamingo décoré de surfaces couleur pêche.

© Jonathan Pilkington
© Jonathan Pilkington

En retrait des espaces de travail aux extrémités est et ouest, un coin bibliothèque a été prévu pour travailler au calme. De plus, des espaces dédiés aux réunions privées sont également proposés, ainsi qu’un studio insonorisé permettant d’enregistrer des interviews audio et filmées.

Les salles de conférence portent le nom de comptes Instagram populaires et de termes de recherche fréquemment utilisés, notamment Old Fashioned, Rainbow Bagel, Blair Waldorf, Rich Dogs d’Instagram et All Black Everything.

« C’est tellement spécial de pouvoir entrer dans un espace qui est vraiment Instagram, c’est conçu et spécial« , s’enthousiame Systrom.

© Jonathan Pilkington
© Jonathan Pilkington

L’impact d’Instagram sur l’architecture et les intérieurs a considérablement augmenté depuis le lancement de l’application en 2010. Il y a quelques temps, lors de notre rencontre avec S’il te plait, les membres du groupe étaient relativement unanimes sur la relation entre l’architecture et Instagram, ainsi que sur l’attrait des projets dans leur représentation graphique et la photogénie des constructions pour une meilleure communication via l’application.

Mike Krieger, co-fondateur de l’entreprise, a également déclaré avoir remarqué que la plateforme influence le design d’intérieur.