Les fresques de Giotto sous les feux des LED

Les fresques de Giotto sous les feux des LED

Après la mise en valeur de la Cène de Léonard de Vinci en 2015, iGuzzini poursuit son engagement dans la valorisation du patrimoine culturel mondial. Le concepteur d’éclairage entreprend une intervention de « restauration perceptive » autour des fresques de Giotto de la chapelle Scrovegni, à Padoue, en Italie. Il y inaugure un système d’éclairage IdO (InternetdesObjets ou IoT pour InternetofThings) intégrant des dispositifs LED, des capteurs environnementaux et des applications logicielles sur protocole Internet.

Scrovegni Chapel_giotto_iguzzini

La chapelle des Scrovegni, datée du début du XIVème siècle, est une simple nef à voute cintrée, terminée par un grand arc ouvrant sur l’abside. La paroi de droite est percée de six fenêtres, et une triple baie ogivale s’ouvre sur le mur principal. Reste une large surface qui s’offre librement aux fresques de Giotto, peintes en 855 jours de 1302 à 1305. Les scènes, du Vieux et du Nouveau Testament se déroulent sur les deux parois latérales de la chapelle et sont découpées en tableaux par des cadres en trompe-l’œil. S’en distinguent celles du Jugement Dernier, qui recouvrent l’entièreté de la façade ouest. Cette composition suit une logique chronologique, de la vie d’Anne et de Joachim, les parents de la Vierge Marie à celle du Christ, dans le sens horizontal et de haut en bas, dans une séquence narrative. La voute est tapissée d’un ciel bleu étoilé, avec en son centre deux médaillons, l’un du Christ, l’autre de la Vierge. Chef d’œuvre d’art absolu, la chapelle Scrovegni fait partie des visites incontournables de Padoue, jusqu’à être comparée au sublime de la Chapelle Sixtine de Rome.

Scrovegni Chapel_giotto_iguzzini Scrovegni Chapel_giotto_iguzzini Scrovegni Chapel_giotto_iguzzini

Les fresques, dans un état de conservation remarquable, sont pour autant difficilement lisible car mal éclairées. C’est une « restauration perceptive » qu’entreprend alors le fabricant de systèmes d’éclairages iGuzzini. « Dans la première phase, les capteurs, conçus expressément pour la chapelle, mesureront les variations de la lumière naturelle. Les données recueillies permettront ensuite d’activer dans une deuxième phase, grâce à un algorithme spécifique, un système dynamique de lumière intelligente, capable d’adapter la lumière artificielle aux conditions environnementales changeantes et d’apporter des améliorations de nature visuelles et conservatoires. La lumière artificielle interagit donc de façon dynamique avec la lumière naturelle et réglera en autonomie la température de couleur et l’intensité jusqu’à atteindre les valeurs nécessaires pour permettre en tout moment la meilleure perception possible de l’œuvre » explique l’entreprise iGuzzini

L’installation d’appareils Palco COB* et Laser Blade*, assure notamment une meilleure perception des tons chauds (jaune-orange-rouge), sublimant les auréoles et les dorures intérieures. Non emissif dans le spectre UV et IR, ils minimisent les risques d’altération de la peinture. L’utilisation d’une technologie Tunable White permet d’ajuster, la température de la lumière blanche de façon dynamique en fonction des variations d’intensité de la luminosité naturelle. Par ailleurs, la répartition asymétrique des six fenêtres à l’intérieur de la chapelle, concentrées sur la façade sud, produit une répartition inégale de la lumière du soleil, ce qui créé un effet de contre-jour gênant pour l’observateur qui n’a que quelques minutes pour apprécier les peintures. Grâce à cette nouvelle installation, les variations de lumière seront détectées et transmises au système de contrôle, qui régulera le flux lumineux des appareils. « Le système fonctionne sur protocole Internet. Chaque capteur est accessible à distance pour afficher les données mesurées ou modifier les paramètres afin de mettre au mieux le site en valeur ». précise l’entreprise iGuzzini, avant d’ajouter : « désormais, le système assurera un meilleur rendu chromatique et une économie d’énergie d’environ 60 % par rapport à l’installation précédente ».

Amélie Luquain

 

Retrouvez nos fiches produits :  *Palco COB, 2012 et *Laser Blade, 2015

Un foyer de travailleurs migrants habillé de terre cuite

Rénové par l’agence Périphériques Architectes, un ancien foyer de travailleurs migrants construit en 1978 prend pleinement ses fonctions de résidence sociale derrière son bardage de terre cuite.

Les foyers de migrants, créés par l’Etat français pendant la guerre d’Algérie, deviennent dans les années 1960 et 1970, le logement des immigrés isolés issus des anciennes colonies. La politique architecturale et administrative de l’Etat visait à limiter la fixation durable de ces résidents, une main d’œuvre qui n’était pas censée s’installer dans le pays qui l’employait.  Sur les 700 foyers existants, beaucoup souffrent d’avoir été construit à moindres frais et d’abriter de fortes densités de population. Mal entretenus, vétustes et insalubres, ils sont dans l’attente d’une réhabilitation. Pour palier à leurs dégradations, le plan de traitement des foyers de travailleurs migrants, lancé en 1997 initialement pour une durée quinquennal, a pour objectif d’améliorer les conditions d’habitat et de vie des résidents à travers la transformation des foyers en résidences sociales modernes et autonomes. Le foyer de la rue de Lorraine (Paris 19e), géré par Coallia, ex Aftam, qui a permis de reloger en partie des résidents du foyer alors dégradé de la rue Saint Denis (2e), est l’un de ceux qui en bénéficie.

Périphériques habille de terre cuite le foyer de la rue de Lorraine à Paris 

Rue de Lorraine, l’agence Périphériques a su démontrer qu’une réhabilitation serait plus économique qu’une opération de démolition / reconstruction. Le budget économisé en démolition reconstruction du gros oeuvre a été utilisé en façade. Coûteuse, certes, l’enveloppe fait le pari de la pérennité, avec un matériau qui ne nécessite ni entretien ni reprise, tout en bénéficiant d’une image hautement qualitative pour du logement social.

Lors d’un précédent projet, les architectes avaient déjà utilisé la terre cuite émaillée qu’ils avaient expérimentée sur une crèche rue Frémicourt, Paris 15e  L’industriel Terreal accompagne de nouveaux les architectes pour revêtir de bardeaux de terre cuite émaillée et irisée le foyer de la rue de Lorraine.

Périphériques et Terreal ont développé un produit sur mesure, à partir d’une référence standard de la gamme du fabricants : le Zéphir Évolution. Trois profils de bardeaux « crantés » ont été développés : tous de même hauteur, soit 22.5 cm, ils comprennent une, deux ou trois inclinaisons en surface. Accrochant la lumière, ces reliefs participent d’une impression de vibration, amplifié par une finition émaillée et irisée de la terre cuite, né d’une collaboration avec un artisan-émailleur. Les bardeaux, à base d’éléments terre cuite à simple paroi, comportent sur leur face arrière des barrettes longitudinales permettant leurs suspensions à des rails horizontaux. Posés à l’avancement de bas en haut, ils sont suspendus au rail supérieur par leur barrette haute et bloqués avec 2 points de mastic, par la barrette basse. Les crochets de la face arrière ont été spécialement dimensionnés afin laisser un jeu de quelques millimètres pour recouvrir plus ou moins les bardeaux ; on peut ainsi s’adapter aux différentes hauteurs des cadres avec une seule hauteur de bardeaux.

 

 

Ainsi, reliefs et émaillages créent des façades aux reflets changeants, tour à tour bleutés ou ivoires métallisés, constituant un rendu « atmosphérique », selon les architectes.

Amélie Luquain

 

 

 

En chiffre :

1900 m2 de façade / 27 000 pièces / 3 profils de bardeaux (1, 2 ou 3 crans) / 1 hauteur : 22.5  cm / 3 longueurs : 22.5 cm, 57 cm et 72 cm / 2 couleurs : ivoire et bleu émaillé irisé

 

Fiche technique :

Programme : restructuration, démolition et extension d’une résidence et restaurant social. Résidence composée de 173 appartements Localisation : 13/15 rue de Lorraine, Paris 19 Maîtrise d’ouvrage : COALLIA Habitat Maîtrise d’œuvre : Périphériques Architectes Jumeau + Marin + Trottin Fournisseur produits de façade : Terreal, bardage sur mesure dérivé du produit Zéphir Evolution Emaillé irisé bleu et irisé ivoire Emailleur : Boutal J-P Roy Entreprise générale : GTM Bateg Entreprise de pose de bardage : Lucas Reha Superficie : 4 222 m2 SHON (résidence sociale) 255 m2 SHON (restaurant social) Coût : 10,8 M (Hors TVA, valeur de 2012) Calendrier : Appel d’offre : juin 2012. Chantier : avril 2015. Livraison : juin 2017

Retrouvez tous les produits du fabricants Terreal 

Courtesy Terreal / Luc Boegly

 

 

Les verres de Bernard Pictet décorent des spas prestigieux

Les verres de Bernard Pictet décorent des spas prestigieux

Les verres de Bernard Pictet décorent les spas de l’hôtel Crillon à Paris et celui de la Tour Odéon à Monaco, deux spas prestigieux.

 

Communiqué

 

SPA de l’hôtel Crillon à Paris

Réalisée par l’Atelier la porte d’entrée devait, pour l’architecte d’intérieur Chahan Minassian, évoquer une pluie précieuse et une douce translucidité : des lignes verticales avec un rythme et des éclats irréguliers ont donc été gravées sur un dépoli acide clair. Certains de ces éclats ont été réparés de feuille d’or brillante et l’ensemble a été monté en double vitrage, ce qui lui confère une très bonne isolation phonique et une grande facilité d’entretien.

[masterslider id= »176″]

 

SPA de la Tour Odéon à Monaco

Cet espace, situé en sous-sol de la Tour a été conçu par l’Agence Alberto Pinto.
Il fallait donner à ce lieu presque aveugle une atmosphère calme et lumineuse, l’agrandir visuellement, faire ressentir aux hôtes une sensation apaisante en interprétant de manière contemporaine des éléments naturels tels que la pluie, la brume, les stalactites, les entrelacs de branchages, la mer…
L’ensemble des verres choisis est de ton clair, blanc, argenté ou miroir.
Les 85 parements de murs et portes réalisés sur un miroir maté à l’acide avec un motif d’entrelacs dépolis réfléchissent délicatement la lumière. Leur entretien est facile et ils résistent à l’humidité.
Le parement de la piscine d’une longueur de 12 m représente un motif très stylisé de stalactites sur fond miroir qui trouble sa réflexion. Fait pour dédoubler l’espace, il semble le prolonger tout en le séparant.
Les portes et cloisons du Hammam et des bains turques révèlent une sorte de pluie miroitée. Fabriqués en triple vitrages, ils assurent une parfaite isolation thermique et acoustique.
L’Atelier a aussi réalisé quinze douches ainsi que les portes des espaces de danse, de gymnastique et de coiffure avec un motif de lignes cinétiques verticales qui atténue leur transparence.
Une cloison en verre buriné argenté évoquant une mer calme sépare la réception du Hammam.

[masterslider id= »177″]

 

Centre de recherche EDF à Saclay : éléments remarquables

Centre de recherche EDF à Saclay : éléments remarquables

Pour la conception du Centre de recherche et de développement d’EDF à Saclay, Francis Soler emprunte la figure du cylindre comme réponse au territoire plat et vide, à la diversité de la programmation digérée dans un tout homogène, et à la nécessaire flexibilité. Ce choix génère la conception de quatre volumes à la courbure continue, augmentés d’éléments remarquables.

 

Auvent de verre et d’acier

Au cœur du dispositif rayonnant du bâtiment du centre de recherche et développement, le patio extérieur est abrité sous un auvent de verre et d’acier. Des colonnes en inox supportent un plateau circulaire en verre qui s’incurve en son centre, découpé d’un carré. Servant d’abri aux intempéries et donnant une échelle de proximité, cet auvent a pour originalité de ne recourir à aucune structure horizontale en tête de mât. Les carrés de verre d’une épaisseur de 22 mm suffisent à eux-mêmes pour franchir la distance entre deux colonnes, sans recourir à aucune structure. Effet visuel étonnant, se dégage une impression de double courbure alors que chacun des éléments verriers est parfaitement plat.

Centre de recherche et de développement EDF | auvent verre acier | Nicholas Green #ingénieur #francissoler #architecte @paris_saclay

Une publication partagée par Architectures_CREE (@archi_cree) le

Poutre-poisson

Le forum du bâtiment d’accueil est recouvert par une membrane percée par toute une série de lanterneaux circulaires qui conduisent la lumière naturelle au centre du dispositif. Ici, une étonnante poutre-poisson de 35 m de portée vient suspendre par câble la toiture horizontale. Avec un mécanisme proche de celui utilisé par les marionnettistes, les suspentes traversent, non pas les parties pleines de la couverture, mais paradoxalement les oculi vitrés, en leur centre. Une fois la couche de verre traversée et l’épaisseur du cylindre passée, elles suspendent le grill horizontal au droit des croisements de la charpente acier. En dessous encore, flotte dans l’espace supérieur du hall une suite de lustres circulaires dessinés sur-mesure. Ainsi, le forum est dégagé de toutes contraintes porteuses, par ce choix technique qui a son économie de matière, bien que nécessitant un temps de conception plus long.

 

Centre de développement et de recherche EDF | poutre-poisson | Nicholas Green #ingenieur #francissoler #architecte @paris_saclay

Une publication partagée par Architectures_CREE (@archi_cree) le

 

Amélie Luquain

Lire aussi : Centre de Recherche EDF à Saclay, ou de l’usage du cylindre

Campus EDF par ECDM : le ductal projeté

Campus EDF par ECDM : le ductal projeté

Si Rudy Ricciotti exploite le béton fibré ultra-hautes performances (BFUP) pour ses capacités structurelles, l’agence ECDM préfère travailler sur son potentiel en second-œuvre.

campus-edf-ecdm-saclay

Après l’avoir exploité dans deux autres projets – le bâtiment administratif du centre bus de la RATP de Thiais livré en 2007 et une crèche dans le 18eme arrondissement de Paris livrée en 2011 – elle poursuit ses recherches avec l’industriel LafargeHolcim qui a déposé son BFUP sous la marque Ductal. Renforcé par des fibres organiques, métalliques, à base d’acier inoxydable ou de verre, ce matériau propose des constructions plus légères ou plus fines à résistance égale avec les bétons traditionnels. Il est apprécié pour sa résistance, sa ductilité, et sa durabilité. Emmanuel Combarel et Dominique Marrec l’apprécient pour son fort dosage en ciment et en adjuvants, ses granulats de faible dimension, sa porosité réduite et sa plasticité.

campus-edf_ecdm_saclay_detail-beton campus-edf_ecdm_saclay_detail-beton

Si d’ordinaire le Ductal est coulé entre deux moules, il a été projeté sur un seul pour revêtir le campus EDF de Saclay. Cette méthode de préfabrication autorise des éléments monobloc de très grande dimension – en l’occurrence 7 m de haut et 2,70 m de large – avec des épaisseurs en parties courantes réduites – seulement 15 mm. La pièce finie vient absorber les anfractuosités au droit des menuiseries, des coulisses ou des coffres de stores, n’affichant en façade que la rencontre du verre et du béton. Par ce procédé, la peau répond au logique d’isolation par l’extérieur en procurant un capotage étanche désolidarisé de la structure. L’ensemble, sur le campus EDF, fut posé en seulement 15 jours, réduisant largement les temps de chantier. L’innovation est validée d’une Appréciation Technique d’Expérimentation (ATEx).

L’agence ECDM justifie de cette innovation en prônant un travail sur la masse et interroge : « comment retravailler la massivité, ce fantasme collectif perdu aujourd’hui par l’isolation extérieur ?  » Mais l’image de massivité est-elle si nécessaire ? Ne s’impose-t-elle pas plutôt comme un faux-semblant ?

Courtesy ECDM / Jérémy Bernier 

 

Lire aussi : Campus EDF à Saclay : empilement sur un plateau

Piscine miroir, une rénovation signée Carré Bleu

Piscine miroir, une rénovation signée Carré Bleu

Carré Bleu présente la rénovation d’un bassin en une piscine miroir à débordement, conçue sur-mesure.

piscine-miroir-carre-bleu

Repensant le bassin originellement en L, Carré Bleu a su proposer une piscine à la forme plus épurée et mieux adaptée à la maison existante. Entièrement conçue sur-mesure, elle répond aux besoins de ses propriétaires et devient une énième pièce à vivre. En faisant le choix d’une piscine miroir, les clients ont aussi fait celui de la sérénité, permise par tous les aspects techniques engendrés. Lesquels s’associent à des équipements de confort : système de nage à contre-courant, de chauffage par pompe à chaleur pour une eau à 28° ou d’éclairage immergé pour profiter des belles nuits d’été… Une réalisation signée Carré Bleu à découvrir en image.

 

Photos : Stéphane Berdin et Vidéo : Laurent André

Laufen : bespoke (sur-mesure) prestigieux

Laufen : bespoke (sur-mesure) prestigieux

Lors du dernier salon de Milan, sur la partie consacrée au Bain, la société Laufen exposait sur une partie de son stand aménagé par le studio oï, son savoir-faire de contractant sur de prestigieux projets. Intitulé Bespoke (sur-mesure), cet espace mis en scène par Beda Achermann à l’aide de grandes images surexposées posées en toile de fond dévoilait 4 projets associés à de grands noms de l’architecture. Une superbe démonstration de sa capacité à accompagner et personnaliser des projets d’envergure. Laufen_Bespoke

            Depuis 120 ans, Laufen réalise des produits céramiques sanitaires alliant qualité, design et fonctionnalité. En 1999 Laufen rejoint le Groupe Roca (le deuxième plus grand producteur de matériel sanitaire dans le monde à cette date). Innovant sans cesse, elle a lancé en 2013 le SaphirKeramic renouvelant complètement l’image de la céramique qui rivalise désormais avec d’autres matériaux contemporains. Ce dernier associe la dureté du Corindon (composant du saphir) à la céramique permettant d’étirer les lignes et les profils à 3 mm d’épaisseur comparables à l’acier émaillé et au solid surface. Présentées en proto en 2013, les lignes des 2 designers Constantin Grcic et Toan Nguyen réalisée à partir de ce nouveau matériau ont connu le succès que l’on sait et sont désormais en fabrication, augmentées de nouvelles propositions.

            Afin de répondre à toutes les sollicitations créatives des prescripteurs, la marque a développé un solid surface, le Sentec doté de nombreuses qualités : mat, blanc dense, antidérapant, antibactérien et doux au toucher. Il permet de réaliser des formes sur mesure, galbées pour les baignoires, des receveurs de douche et bien sûr des vasques pour composer un total look sur les chantiers de prestige.

Bien plus qu’un industriel, Laufen se positionne en partenaire des prescripteurs, les accompagnant par une étroite collaboration dans la finalisation de leurs projets quelle qu’en soit l’envergure ; petite ou grandes séries sont produites avec la même passion et rigueur. Le sur-mesure, c’est à chaque fois un banc d’essai vers le meilleur et l’expression de l’excellence industrielle.

Pour illustrer ces savoir-faire, 4 projets étaient dévoilés sur le stand, balayant un large spectre stylistique.

 

  • La Villa Tugendhat, héritage culturel de 1930, situé dans la ville de Brno (rep. Tchèque) signé Ludwig Mies Van der Rohe est classée au patrimoine de l’Unesco. La villa a été restaurée et rouverte au public en 2012 après une minutieuse restauration. Cette vaste maison iconique de la période glorieuse de son auteur exprimait jusqu’aux salles de bains, la vision méticuleuse et rigoureuse de chaque détail auquel s’attachait son créateur. Les 8 pièces sanitaires d’époque très endommagées ont pu être recrées d’après les photos et dessins d’époque grâce à l’expertise de Laufen, sous la supervision du designer Daniel Pirsc. Elles avaient été réalisées par Ditmar Urbach la première usine de sanitaires d’Europe qui est une branche de Laufen. Même pour une production atypique et réduite, le challenge a été relevé haut la main par la société.

Laufen_Bespoke_Tugendhat

Laufen_Bespoke_Tugendhat

 

  • 56 Leonard, New York ; dans l’emblématique tour de 60 étages dessinées par les architectes suisses Herzog et de Meuron et réalisée par Alexico group, ce sont pas moins de 1130 pièces qui ont été conçues et réalisées en étroite collaboration entre la marque et les maître d’œuvre. Ces derniers ont dessiné les modèles des vasques simples ou doubles et la baignoires destinées aux salles de bains de ce projet que Laufen a réalisé en Sentec, son Solid Surface. Les céramiques des toilettes ont reçu lune finition satinée assortie au Sentec dans une harmonie parfaite. Le logo 56 Leonard figure sur chaque pièce.

Laufen_Bespoke_56 Leonard

Laufen_Bespoke_56 Leonard

 

 

  • Impressoes (Impressions en portugais) est un projet dédié à une plateforme d’artistes appelés à exprimer leur créativité… sur une vasque. Chaque motifs est appliqué sur la vasque puis cuit en même temps que celle-ci, assurant la pérennité du décor. En 2015, le thème était “Brazil : verse and reverse”. 5 exemplaires de chaque ont été réalisés seulement : 1 pour l’artiste, 1 pour Laufen, 1 pour un l’organisme choisi par l’artiste et 2 pour des expositions autour du monde. La vasque de 38 cm de diamètre en SaphirKeramic a été déssinée par Andreas Dimitriadis. Ce projet unique et limité fait la synthèse des Arts décoratifs et de la technologie.  

Laufen_Bespoke_Impressoes

Laufen_Bespoke_Impressoes

 

  • La dernière démonstration de Laufen se déroule sur le colossal chantier de rénovation de Battersea à Londres qui s’étalera jusqu’en 2025. Les 16 ha de l’ancienne usine électrique vont être convertis en un vaste complexe urbain avec hôtel de luxe, logements, centre commercial, équipements culturels, etc. Dans cette première tranche de logements, comptant 866 appartements, les salles de bains arrivent en modules pré-équipés et montés en Allemagne par l’entreprise allemande DEBA puis livrés sur place « prêts-à-brancher » ; c’est à Laufen que DEBA a confié l’équipement sanitaire haut de gamme. 1241 toilettes suspendues de la série Kartell by Laufen, 1241 plan-vasques sur mesure en solid surface, 750 receveur… Laufen a par ailleurs proposé 96 variantes portant sur la dimension des vasques en Sentec et des receveurs en Marbond (composite minéral). Ce mode de fabrication par module est particulièrement adapté aux projets sur une grande échelle, hospitaliers, résidence publique ou privé, étudiantes…. Il génère un gain de temps à la pose considérable et le soin apporté à la réalisation en amont est un gage de qualité pour une pièce aussi complexe que la salle de bains et requérant plusieurs corps de métiers. La qualité de l’agencement est poussée très loin dans des modules d’environ 4,5m2 où chaque détail compte. Par exemple le choix d’un siège en cône avec accès par le haut, receveur avec finition antidérapante, et bonde décalée selon la configuration… Le bespoke n’a jamais si bien porté son nom.

Laufen_Bespoke_Battersea Laufen_Bespoke_Battersea

 

Laufen_Bespoke_Battersea

Françoise Marchenoir

Courtesy Laufen

Le cuivre sublime des bâtiments insolites

L’Institut Européen du Cuivre (ECI) propose un tour d’horizon pour rappeler les qualités intrinsèques du cuivre en architecture, au travers de quatre réalisations.

Centre Culturel Bastia_cuivre
Centre Culturel Bastia (c) J. Bracco & C. Septet

Entre patrimoine historique et modernité, le cuivre était affectionné par les artistes pour sa malléabilité, depuis la mise en œuvre des pièces de monnaies jusqu’à la Statue de la Liberté d’Auguste Bartholdi, en passant par les sculptures de la Renaissance. Aujourd’hui, les architectes redécouvrent le métal rouge, apprécié pour sa durabilité, sa malléabilité, ses propriétés acoustiques, antibactériennes et sa patine élégante.

 

L’Institut Européen du Cuivre est un réseau international financé par l’industrie du cuivre, qui a pour mission de développer l’utilisation de ce métal en se fondant sur ses performances techniques et son esthétisme. Il se réunit sous une marque et une identité visuelle, Copper Alliance, et présente un tour d’horizon en regard de quatre bâtiments, tous de cuivre vêtu.

 

 

Red Bull Studio, Berlin (Allemagne)

Installé dans une ancienne centrale électrique, le studio d’enregistrement Red Bull est modelé selon les exigences acoustiques, procurant le meilleur environnement possible aux musiciens. L’agence Optimist Design a choisi le cuivre pour sa malléabilité et sa couleur changeante ; le bardage est réalisé avec une bande de cuivre d’un kilomètre de long qui ondule, se pliant et se retournant ici ou là. Tino Schaedler, fondateur d’Optimist Design, explique que ces bandes créent un « rythme visuel » représentant le flow naturel de la musique et du son.

RedBullStudio_cuivre

RedBullStudio_cuivre

Red Bull studio_cuivre

© Jan Bitter

 

Alb’Oru, Bastia (France)

Ayant engagé un vaste programme de rénovation urbaine des grands ensembles des quartiers sud de Bastia, la municipalité souhaite offrir à ses habitants un lieu d’échanges autour de pratiques sociales et culturelles. DDA Architectes construit un centre culturel, associant un bardage ajouré en alliage de cuivre pour la médiathèque au niveau haut, à un socle de béton encastré dans la pente pour la salle de spectacle au niveau bas, séparé par un rez-de-chaussée de verre. La façade en métal a été choisie pour sa couleur, qui se patine dans le temps laissant place à une surface dorée satinée. Par ailleurs, cette solution a l’avantage de ne nécessiter aucun entretien et de ne pas se corroder, même en bord de mer.

Centre Culturel Bastia_cuivre

Centre Culturel Bastia_cuivre

Centre Culturel Bastia_cuivre

© J. Bracco & C. Septet

 

Lahti Travel Center, Lahti (Finlande)

Au cœur de la ville de Lathi, un « hub » conçu par JKMM Architects relie la ville aux réseaux de train et de bus. Il prend la forme d’un auvent de 60 m de long, recouvert d’un bardage en métal perforé. Les piliers obliques, les ascenseurs et un tunnel passant sous la gare sont également bardés de métal rouge. Le cuivre est utilisé pour ses vertus de réflexion de la lumière, illuminant les espaces même durant les courtes journées d’hiver. Ses qualités acoustiques sont également appréciées, atténuants les bruits ambiants de la gare.

Lahti Travel Center_cuivre

Lahti Travel Center_cuivre

Lahti Travel Center_cuivre

© Mika Huisman

 

Canalla Disco, Pampelona (Espagne)

Vaillo+Irigaray transfigure une discothèque de la ville en utilisant la teinte éclatante du cuivre dans un intérieur à dominante noir. Les alcôves sont recouvertes de laiton sur l’ensemble des surfaces (sols, murs et plafonds) reflétant les lumières si particulières aux ambiances de la nuit. Des rideaux de laiton perforés isolent des salles de la musique, aménageant des espaces plus tranquilles.

CANALLA DISCO_cuivre

CANALLA DISCO_cuivre

CANALLA DISCO_cuivre

© Ruben P. Bescos

 

Le cuivre, donc, dans tous ses états.

 

A voir aussi : Ma maison mérite du cuivre est une campagne européenne d’information consacrée aux applications du métal dans la maison. Lancée en septembre 2011, sa vocation est de faire connaître les atouts du cuivre aux utilisateurs finaux. 

http://copperconcept.org/.

 

Amélie Luquain

 

Rénovation de la façade de l’hôpital Saint-Jean à Bruxelles

Rénovation de la façade de l’hôpital Saint-Jean à Bruxelles

Situé dans une rue très fréquentée et bruyante, l’hôpital Saint-Jean avait besoin de rénover sa vieille façade en pierre en améliorant, d’une part son acoustique, et de l’autre, son isolation. De plus il fallait la préserver de la pollution tout en lui redonnant esthétique et cachet.

hôpital Saint-Jean à Bruxelles

 

Neolith by TheSize & Altiplan Architects

Ce sont les dalles de Neolith qui furent choisies pour leurs qualités de durabilité, afin de moderniser la façade extérieure de l’hôpital mais aussi l’équipement intérieur et l’aire de  stationnement.

L’architecte Philip de Roos tenait absolument à trouver un matériau de revêtement qui résisterait à l’épreuve de la pollution due à la circulation dans le centre ville de Bruxelles : “Dans une zone aussi fortement polluée, la composition minérale et la nature non poreuse des dalles Neolith les rendent résistantes, hygiéniques et évitent l’apparition des bactéries et moisissures : elles sont par conséquent idéales pour cet environnement médical” a-t-il déclaré. Faciles à nettoyer, ces dalles – modèles Nieve et Nero –  peuvent être débarrassées de la saleté, des polluants et des graffitis tout en résistant aux agents de nettoyage chimique. En plus de ces qualités de résistance, la minceur et le grand format des dalles Neolith facilitent également la réalisation d’une façade ventilée.

hôpital Saint-Jean à Bruxelles

 

Philippe de Roos déclare aussi : “L’isolation thermique pour les bureaux et les zones de l’hôpital était également essentielle pour créer un environnement confortable à la fois pour les patients et les employés. L’utilisation des dalles minces Neolith sur un système VM a créé un espace de 15 cm entre le bâtiment et la façade, ce qui permet non seulement une isolation thermique plus importante, mais aussi une isolation  acoustique et une perméabilité plus grandes. Grâce à cet écart, la façade ventilée peut améliorer l’économie d’un bâtiment et, dans ce cas particulier, améliorer l’efficacité énergétique de l’hôpital.” La multiplicité des couches d’une façade ventilée est parfaite pour réduire de manière significative les fluctuations thermiques, tout en limitant le bruit.

parking

 

La société TheSize©, fondée en 2009, a son siège social à Castellon en Espagne. Elle est spécialisée en matériel de construction intérieure et extérieure. La marque Neolith – qui signifie nouvelle pierre – a été lancée en 2011. Le matériau constitutif est 100% naturel et recyclable : exclusivement composé d’argile, feldspath, silice et d’oxydes de minéraux naturels. Léger et facile à installer, résistant à l’usure et à la chaleur –  ses couleurs ne virent pas –  ces dalles sont parfaites pour toutes les surfaces intérieures ou extérieures et existent en format 30 x 60 à 320 x 150 cm.

Sepalumic pose ses menuiseries à Montreuil

Sepalumic pose ses menuiseries à Montreuil

L’agence LA Architectures qui dépose son premier permis de construire, fait appel à la technologie de Sepalumic pour ses menuiseries.

 

A Montreuil (93), 35 logements sociaux sont en construction. L’agence LA Architectures, fière de voir son premier projet sortir de terre, réalise une opération complexe et atypique. Les logements ossatures bois devaient être réalisés dans les plus brefs délais. En plus d’offrir une réponse urbaine sur deux parcelles distinctes contextuellement opposées, ils devaient proposer un nouveau modèle d’habitation.

Pari tenu pour LA Architectures. Travaillant sur une belle séquence d’entrée et des fenêtres toute hauteur pour une large ouverture sur l’extérieur, ils ont choisi les menuiseries Sepalumic.

En charge de la pose des menuiseries extérieures sur chantier, Filipe Lopes de la société AMTB revient sur les atouts de la série choisie : « Nous avons opté pour cette gamme 52 mm (Frappe 5200 et Porte 4500 TH) en raison des contraintes thermiques du projet qui se voulait BBC. »

Sepalumic
Porte 4500

Ainsi, la porte d’entrée aluminium série 4500 est disponible dans une gamme traditionnelle ou équipée de la technologie Duotherm®. Prévue pour des passages férquents, cette porte lourde de grande dimension est parfaite pour un usage intensif. Idéale dans le logement collectif, elle est dotée d’excellentes finitions et d’un grand nombre d’accessoires de fermeture.

Sepalumic
Fenêtre 5200 Advance 44

A ses cotés, la fenêtre aluminium à frappe série 5200, largement engagée dans les enjeux de la RT 2012, affiche une performance thermique et phonique exceptionnelle. Cet ouvrant traditionnel pour le logement se fabrique aisément par les professionnels de la menuiserie, artisans comme industriels. Dotée d’une gorge standard de 16 mm, l’ouvrant visible Advance 44 est compatible avec les accessoires standards du PVC et permet d’industrialiser son processus de fabrication. Son vitrage peut quant à lui atteindre 44 mm.

 

LA Architectures et Sepalumic ont su concevoir ensemble un beau projet qui s’est vu récemment distingué.

Courtesy Sepalumic