Mobilier urbain : le banc en acier Lia de chez Univers & Cité

Mobilier urbain : le banc en acier Lia de chez Univers & Cité

Marcher, jouer, s’asseoir sur un banc … Partager l’espace urbain ou habité, autant de postures qui renforcent et créent des liens et ce, sous toutes les latitudes. Le mobilier et l’éclairage participent de cette appropriation de l’espace qui en devient hospitalier, convivial, confortable et rassurant. Polyvalent, le mobilier incite au partage et génère de nouveaux habitus urbains.

Retrouvez notre dossier mobilier outdoor – S’approprier l’extérieur – dans le numéro 383 d’Architectures CREE

 

La ligne Lia de chez Univers & Cité est réalisée entièrement en acier. Le dossier et l’assise de ce banc en tôle acier de 3 mm d’épaisseur sont soudés sur piétement en tube acier de 120 x 120 et U 120 x 60 mm, scellé sur 4 points. Le banc fait 2000 millimètres de longueur par 690 millimètres de profondeur et 775 millimètres de hauteur totale. Il est aussi disponible en version fauteuil, avec des dimensions de 580 x 690 x 775 mm. Le tout avec une hauteur d’assise a 45 cm. Ses finitions sont en zingage et poudre polyester cuit au four. Il est disponible dans des teintes standard comme le gris 900 sablé et le noir 200 sablé, ou dans d’autres teintes d’aspect texturés ou toutes couleurs RAL (aspect lisse) au choix.

Mobilier urbain : la gamme Atlantique explore le concept de salon d’extérieur

Mobilier urbain : la gamme Atlantique explore le concept de salon d’extérieur

Marcher, jouer, s’asseoir… Partager l’espace urbain ou habité, autant de postures qui renforcent et créent des liens et ce, sous toutes les latitudes. Le mobilier urbain et l’éclairage participent de cette appropriation de l’espace qui en devient hospitalier, convivial, confortable et rassurant. Polyvalent, le mobilier incite au partage et génère de nouveaux habitus urbains.

 

Retrouvez notre dossier mobilier outdoor – S’approprier l’extérieur – dans le numéro 383 d’Architectures CREE

 

La gamme Atlantique de chez Area décline le concept de salon d’extérieur … en bord de mer

La gamme de mobilier urbain Atlantique de chez Area décline le concept de salon d’extérieur … en bord de mer. Explorant le concept de salon d’extérieur, ces 3 modules déclinés en 2 tailles sont combinables en une sorte de vague immobile accueillant le chaland : divan, chaise longue et banc sont polyvalents et générateurs  de rencontre. Conçue pour résister aux intempéries, y compris marines, cette gamme mise sur des matériaux de qualité, déclinés en deux versions, sans entretien : acier galvanisé et pin ou acier thermolaqué et frêne. Un concept low tech à l’épreuve du temps, déclinant du mobiliers urbains coordonnés, sobres et fonctionnels. De 295 € à 1210 €.

Mobilier urbain : Tree Bench, un banc conçu par Rogier Martens

Mobilier urbain : Tree Bench, un banc conçu par Rogier Martens

Marcher, jouer, s’asseoir… Partager l’espace urbain ou habité, autant de postures qui renforcent et créent des liens et ce, sous toutes les latitudes. Le mobilier et l’éclairage participent de cette appropriation de l’espace qui en devient hospitalier, convivial, confortable et rassurant. Polyvalent, le mobilier incite au partage et génère de nouveaux habitus urbains.

Retrouvez notre dossier mobilier outdoor – S’approprier l’extérieur – dans le numéro 383 d’Architectures CREE

© Wiebke Wilting

Tree Bench, un banc sanglé aux arbres conçu par Rogier Martens

Le designer Rogier Martens, membre du studio hollandais Aandeboom, a conçu un urbain astucieux et pratique. Ce « banc d’arbre » est installé dans douze espaces verts autour de la ville d’Amersfoort (Pays-Bas). Inspiré par les caractéristiques de croissance des champignons, et mettant à profit les capacités de charge des arbres, ce banc en acier laqué époxy et chêne s’accroche à l’arbre par un système d’arrimage sanglé. Ce banc public pas comme les autres ne se trouve pas planté à même le sol, mais repose plutôt en lévitation, fermement sanglé aux troncs des arbres. « J’ai activement utilisé l’environnement en concevant le banc Tree Bench pour la municipalité d’Amersfoort et j’ai travaillé avec les éléments que le parc avait à offrir : arbres, murs de la ville, sentiers et herbe. Il n’est pas difficile de creuser un trou et d’installer un banc. Un banc idéal a besoin de l’environnement et l’environnement a aussi besoin du banc. Pour atteindre ce but, un banc contribue au parc en tant que marche, assis, repos, baiser, mentir, rencontrer, regarder, promener le chien, rêver, s’étirer, courir, penser, décider, fumer et déjeuner « , explique le designer. Son inspiration « De Stijl » s’inscrit dans le cadre de l’évènement « Stijljaar » et « Beelden van Banken », un projet dans lequel vingt artistes et designers ont réalisé des bancs urbains contemporains. L 160 x 45 x 45 x 45 cm.

 

 

 

Kebony Character revêtent une promenade conçue par ARCHITECTE DE + ARCHITEKTEN


Kebony Character revêtent une promenade conçue par ARCHITECTE DE + ARCHITEKTEN


Marcher, jouer, s’asseoir… Partager l’espace urbain ou habité, autant de postures qui renforcent et créent des liens et ce, sous toutes les latitudes. Le mobilier et l’éclairage participent de cette appropriation de l’espace qui en devient hospitalier, convivial, confortable et rassurant. Polyvalent, le mobilier incite au partage et génère de nouveaux habitus urbains. Les lattes de bois Kebony Character habillent une promenade en bord de mer en Allemagne. 

Retrouvez notre dossier mobilier outdoor – S’approprier l’extérieur – dans le numéro 383 d’Architectures CREE

©Mike Haran

Les lattes de bois Kebony Character revêtent une promenade conçue par ARCHITECTE DE + ARCHITEKTEN


Cette promenade s’étend sur 5 km entre Ahlbeck et Bansin à Usedom en Allemagne, faisant partie d’un total de cinq promenades rénovées avec un platelage en Kebony Caracter : du pin sylvestre certifié FSC® traité avec un additif liquide issu de composants végétaux.
Il a une apparence de caractère avec des nœuds marqués et une profonde couleur brun foncé qui, après exposition au soleil et à la pluie, se patine en gris-argent naturelle. Certaines de ces promenades servent de routes, empruntées par les pêcheurs locaux et les véhicules de maintenance, et nécessitent un sol résistant dans un climat plutôt rude. Kebony Caracter : passerelle lattes de 34 x 145 et poutre de 48 x 198 mm.

 

Mobilier urbain : la chaise longue Harpo conçue par Milá, père et fils

Mobilier urbain : la chaise longue Harpo conçue par Milá, père et fils

Marcher, jouer, s’asseoir… Partager l’espace urbain ou habité, autant de postures qui renforcent et créent des liens et ce, sous toutes les latitudes. Le mobilier et l’éclairage participent de cette appropriation de l’espace qui en devient hospitalier, convivial, confortable et rassurant. Polyvalent, le mobilier incite au partage et génère de nouveaux habitus urbains.

Retrouvez notre dossier mobilier outdoor – S’approprier l’extérieur – dans le numéro 383 d’Architectures CREE

La chaise longue Harpo, conçue par Miguel et Gonzalo Milá, éditée par Santa & Cole

A la demande de Santa & Cole, Miguel et Gonzalo Milá (père et fils), deux auteurs d’éléments urbains contemporains, ont accompli la difficile tâche de dessiner un banc pour le marché international du XXIème siècle qui peut voyager à plat, démonté, à l’allure humble, multiculturelle, confortable et sobre, et se produire sans complexité dans des économies simples, y compris avec des matériaux locaux. En somme, un banc urbain global. Le résultat est la gamme Harpo, un banc, une banquette et une chaise longue « comme dans un jardin » offrant une approche plutôt généreuse de détente dans un lieu public. Ces mobiliers sont constitués de lattes de bois d’essence européenne (robinier) ou tropical FSC étroites (35 x 35 mm) ou larges (90 x 30 cm), avec finition huile monocouche. La structure est en acier laqué RAL 9007 ou 7024.

Mobilier urbain : Le Plus Petit Gradin du Monde conçu par Jean Couvreur

Mobilier urbain : Le Plus Petit Gradin du Monde conçu par Jean Couvreur

Marcher, jouer, s’asseoir… Partager l’espace urbain ou habité, autant de postures qui renforcent et créent des liens et ce, sous toutes les latitudes. Le mobilier et l’éclairage participent de cette appropriation de l’espace qui en devient hospitalier, convivial, confortable et rassurant. Polyvalent, le mobilier incite au partage et génère de nouveaux habitus urbains. Jean Couvreur dessine l’assise LPPGM, acronyme de Le Plus Petit Gradin du Monde.

Retrouvez notre dossier mobilier outdoor – S’approprier l’extérieur – dans le numéro 383 d’Architectures CREE

©Matthieu Gauchet

LPPGM, un gradin en acier perforé dessiné par Jean Couvreur et édité par Tôlerie Forézienne

Présenté à la dernière Biennale de design de Saint-Etienne, au sein de l’exposition Banc d’essai, LPPGM – acronyme de Le Plus Petit Gradin du Monde – est la stricte transposition d’un gradin réduit à sa plus simple expression : trois marches équivalent à trois assises, suffisamment profondes. Mais ici, le petit îlot de sociabilité en acier thermolaqué perforé, en légère suspension, prend une forme non pas traditionnellement concave mais convexe, superposant les cylindres qui s’élèvent en rétrécissant, déplaçant la scène à l’espace public. Son design minimaliste participe d’un marquage graphique dans l’espace urbain. Le banc LPPGM est dessiné par Jean Couvreur et édité par Tôlerie Forézienne. Dimensions : 240 x 105 cm. 290 kg.

©Matthieu Gauchet
Sammode lance la collection Lö

Sammode lance la collection Lö

Pour sa nouvelle collection, Sammode, l’entreprise française spécialiste de l’éclairage, a fait le choix de collaborer avec l’artiste français Yann Kersalé spécialiste de la lumière.

  

Sammode et Yann Kersalé : une nouvelle collaboration

L’entreprise Sammode a sorti une nouvelle ligne de luminaires, la collection Lö. Depuis quelques années, la cabinet de design Normal Studio développe pour la société des produits destinés plus particulièrement aux prescripteurs et aux particuliers. Cette année, ils ont décidé de faire appel à une personne extérieure pour travailler sur la nouvelle collection, l’artiste Yann Kersalé.  L’inspiration lui est venue au cours de deux voyages qu’il effectua dans la région Arctique. Dans ce paysage immaculé, il découvre une nouvelle forme de lumière, la glace, qu’il décrit comme de la « lumière solidifié ». Cette découverte, il va tenter de la retranscrire avec cette nouvelle collection Sammode. Il reprend le tube emblématique de la marque et travaille sur la pellicule pour obtenir un résultat novateur. Le luminaire offre une lumière étincelante qui reproduit l’éclat de cette réflexion de la lumière sur la glace mais une fois éteint, il agit comme une surface réfléchissante où le monde extérieur se reflète. Les différents produits de cette nouvelle gamme, utilisable en intérieur comme en extérieur, reprend d’ailleurs les mots de langue inuit inuktitut de Nilak, Qanik et Qinu, qui sont autant de termes pour désigner différents états de la glace et donc, ici, de la lumière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sammode : une entreprise familiale

Sammode est une entreprise spécialiste de l’éclairage technique industriel et architectural. Dans cette société familiale qui a fêtée ses 90 ans en 2017, la chaîne de production des luminaires est maîtrisée de bout en bout, de la conception à la réalisation. En 1967, elle dépose son brevet pour l’appareil baptisé TFH, Tube fluorescent hermétique, qui sera son plus grand succès et qui reste encore aujourd’hui associé à la marque. Aujourd’hui, avec à sa tête Emmanuel Gagnez, 4ème génération de dirigeants, l’entreprise se lance désormais dans une nouvelle gamme de luminaires à usage plus domestique, direction que l’on retrouve dans cette nouvelle collection Lö issue de la collaboration avec Yann Kersalé.

Dans  la vidéo ci-dessous, Emmanuel Gagnez explique la nouvelle direction que prend la société Sammode et revient sur la collaboration avec le duo de designers Normal Studio._David Kabla

Mobilier urbain : les Croco de ville de Pablo Reinoso

Mobilier urbain : les Croco de ville de Pablo Reinoso

Marcher, jouer, s’asseoir… Partager l’espace urbain ou habité, autant de postures qui renforcent et créent des liens et ce, sous toutes les latitudes. Le mobilier et l’éclairage participent de cette appropriation de l’espace qui en devient hospitalier, convivial, confortable et rassurant. Polyvalent, le mobilier incite au partage et génère de nouveaux habitus urbains. A Bordeaux, Pablo Reinoso conçoit des salons de ville dont les assises en béton imitent la peau des crocodiles.

Retrouvez notre dossier mobilier outdoor – S’approprier l’extérieur – dans le numéro 383 d’Architectures CREE

© O. Panier des Touches/Dolce Vita

Fauteuil Croco de ville en béton Lafarge conçu par Pablo Reinoso

Suite à une commande de la biennale d’architecture, d’urbanisme et de design Agora à Bordeaux en 2014, le designer franco-argentin Pablo Reinoso adapte des sièges de sa création à l’espace public. Une série d’assises en béton Ductal® (béton fibré ultra haute performance) de l’entreprise Lafarge imite la texture d’une peau de crocodile. Colorés dans la masse, ils se déclinent en vert, rouge et marron par incorporation direct des pigments dans la matière. Chacun est doté d’un programme différent par Qr code : proposition musicale, détails sur les transformations du quartier, etc. Installés dans différents lieux publics dans le quartier du Grand Parc, sur le Miroir d’eau, aux Bassins à Flot et rive droite, ces fauteuils « croco de ville » nomades et urbains peuvent être disséminés dans la ville par petits ensembles pour former des salons de ville. Ils forment un mobilier urbain identifiable pour des quartiers en chantier, en mutation. Leur matériau les rend à la fois durable dans le temps et 100% recyclable. L 53,2 x H 84,9 x P 86,1 cm. 260 kg.

Mobilier urbain : le Banc frais de Jean Couvreur

Mobilier urbain : le Banc frais de Jean Couvreur

Marcher, jouer, s’asseoir… Partager l’espace urbain ou habité, autant de postures qui renforcent et créent des liens et ce, sous toutes les latitudes. Le mobilier et l’éclairage participent de cette appropriation de l’espace qui en devient hospitalier, convivial, confortable et rassurant. Polyvalent, le mobilier incite au partage et génère de nouveaux habitus urbains. Le designer Jean Couvreur conçoit un banc rafraichissant, baptisé « Banc frais. »

Retrouvez notre dossier mobilier outdoor – S’approprier l’extérieur – dans le numéro 383 d’Architectures CREE

©Matthieu Gauchet

Banc Frais : un banc rafraichissant dessiné par Jean Couvreur

Le designer français Jean Couvreur est à l’origine de ce banc public original baptisé « Banc frais ». Conçu dans le cadre du Festival Lyon City Demain, ce banc en béton blanc réalisé par GCC Rhône-Alpes étonne déjà par ses caractéristiques dimensionnelles : 3 mètres de long pour 1,7 mètre de large et un poids de 3,5 tonnes. Le bloc monolithique, comme taillé dans la masse et néanmoins en légère suspension. Mais ce qui en fait son extrême originalité, c’est sa capacité à rafraichir. Il renferme de l’eau. Actionné par une pompe manuelle intégrée reliée à une citerne de 300 L, l’eau jaillit à la surface au centre du bloc qui est légèrement creusé. La porosité et l’inertie du béton retienne la fraicheur de l’eau. Le designer Jean Couvreur expliquait sur ce projet : « Comme un bloc taillé dans la masse, Banc Frais est l’expression pure des capacités du matériau : un volume de béton en suspension, délicatement creusé au centre, comme si l’eau l’avait érodé. Au-delà de la démonstration technique, le projet valorise des principes et techniques ancestraux, souvent oubliés ou trop peu exploités. » La source rafraichit l’atmosphère des personnes assises autour. Il revisite la traditionnelle fontaine du village, par ses aptitudes au rafraîchissement et au rassemblement. Dimensions : 3 x 1,70 m. Poids : 3,5 T.

©Matthieu Gauchet

Mobilier urbain : les rocs de FRANCK MAGNÉ

Mobilier urbain : les rocs de FRANCK MAGNÉ

Marcher, jouer, s’asseoir… Partager l’espace urbain ou habité, autant de postures qui renforcent et créent des liens et ce, sous toutes les latitudes. Le mobilier et l’éclairage participent de cette appropriation de l’espace qui en devient hospitalier, convivial, confortable et rassurant. Polyvalent, le mobilier incite au partage et génère de nouveaux habitus urbains.

Retrouvez notre dossier mobilier outdoor – S’approprier l’extérieur – dans le numéro 383 d’Architectures CREE

Les assises Rocs de chez OBJETS PUBLICS conçues par le designer FRANCK MAGNÉ

Objets Publics participait à l’opération Banc d’Essai qui consistait à tester en situation réelle des mobiliers urbains innovants dans l’espace public de Saint-Etienne le temps de la Biennale. Les jeux d’assises Rocs dessinés par Franck Magné ont proposé leurs jeux de moirages place Jean Jaurès dans un camaïeux de gris plus minéral que jamais !

La famille ROCS est constituée de trois éléments à composer librement comme des rochers dans un paysage. D’inspiration minérale, ils cherchent à établir un lien visuel avec leur environnement. Ces assises d’acier présentées en version microperforée peuvent se décliner en version pleine et polymiroir, leurs jeux de trames de découpe générant une vibration visuelle. « S’extrayant des typologies domestiques archétypales » (pied, assise, dossier), selon les mots de leur designer Franck Magné, ces rochers invitent à l’appropriation et permettent une grande liberté d’usage. Un moirage qui fait de ces rochers échoués des dentelles de métal.

Assise basse L 55 x l 55 x H 35 cm ; assise haute L 55 x l 55 x H 40 cm ; banc L 130 x l 155 x H 40 cm.