Classée in extremis au titre des monuments historiques en 1990, les Halles Centrales du Boulingrin, conçue en 1929 à proximité du centre ville de Reims, ont ré-ouvert au public en septembre 2012. Cette restauration vient de valoir à François Chatillon, architecte en Chef des Monuments Historiques, d’être lauréat du Prix du patrimoine Culturel de l’Union Européenne 2015 / Concours Europa Nostra, qui récompense et soutien les meilleurs pratiques en matière de conservation du patrimoine culturel.

C’est en 2006 que la municipalité de Reims décide de réimplanter un marché couvert dans les Halles. Souhaitant en faire aussi un lieu de rassemblement, d’expositions et de manifestations, elle en a confié la restauration à François Chatillon. Pour lui, il s’agit de rendre vivant l’héritage du XXème siècle et de le transmettre de manière décomplexé, comme il le souligne dans son manifeste « Conserver, c’est moderne »1. Ainsi, l’architecte a engagé la réparation des minces voûtes en béton armé de l’ingénieur Eugène Freyssinet, qui témoignent d’un très haut degré de technicité. Il a également restauré les aménagements « Art-Déco » de l’architecte Emile Maigrot dont il a conservé les étals fixes originels. Dans un troisième temps, il a remis aux normes ce lieu, dont la pureté des formes géométriques révélées par la lumière en fait une architecture intemporelle et universelle, actuellement réadaptée à la vie contemporaine. C’est donc pour la mise en exergue de l’énergie première de la construction et pour la réhabilitation des fonctions originelles que l’architecte a été sélectionné parmi 263 dossiers. Une cérémonie se tiendra le 11 juin à Oslo décernant six prix Europa Nostra et un prix Choix du Public aux premiers lauréats des quatre différentes catégories.

 

  1. Son manifeste, disponible en intégralité via ce lien, est cité dans le dossier de fond du numéro 371 p42.

 

Courtesy Chatillon / Cyrille Weiner