Axel Schoenert restructure un immeuble Haussmannien de logements en bureaux modernes et haut de gamme, aux performances environnementales excellentes.

Mandaté par Invesco Real Estate, l’architecte Axel Schoenert est en charge de la restructuration d’un immeuble Haussmannien de logements en bureaux. Place de la République Dominicaine, entre la rue Georges Berger et la rue de Thann, l’immeuble fait face au Parc Monceau, jouissant d’une situation extraordinaire. Faisant partie du Quartier Central des Affaires (QCA) de Paris, il se situe dans un contexte urbain historiquement très riche.

 

Bureaux ou logements ?

MONCEAU
L’immeuble Haussmannien de logements est décloisonné pour accueillir des bureaux

Destiné à devenir un immeuble de bureaux haut de gamme, fonctionnel et moderne, le futur Most a nécessité une restructuration complète (comprenant désamiantage et déplombage), et la mise en conformité et accessibilité pour tous. Sur trois niveaux, les plateaux sont décloisonnés afin de créer des grands espaces et de densifier les lieux. Tandis qu’au dernier étage, deux logements de 300 m² sont préservés. Fait marquant, si la réglementation en vigueur pour les immeubles mixtes a dû être respectée, il se trouve qu’au cours du chantier, le programme a changé. Le cinquième niveau va devenir également un espace de bureaux, avec un accès « VIP ». Ce changement inopiné a mis à l’épreuve l’adaptabilité de l’architecte.

Une entrée magnifiée

MONCEAU
La grille d’entrée façonnée à la découpe laser reprend les motifs des garde-corps d’origine

A coté de cet accès, une nouvelle adresse principale rue Georges Berger – l’adresse d’origine – devient l’entrée phare de l’immeuble, asseyant la visibilité et l’identité du lieu. La porte d’entrée est magnifiée : inspirés des codes de la façade d’origine en fer forgé, ses motifs sont découpés au laser. Traversant le hall, une perspective crée un axe entre l’entrée principale et le jardin situé rue de Thann. Cette percée visuelle au cœur du bâtiment apporte transparence et lumière naturelle.

MONCEAU
Le jardin extérieur prolonge le rez-de-chaussée

Au rez-de-chaussée, la dalle est rehaussée, permettant la libre circulation dans le prolongement du nouveau jardin extérieur. Ce dernier se déploie selon un cheminement en carrelage imitation bois, à travers un espace végétal : un lieu idéal pour se détendre.

Le pixel s’atomise

MONCEAU
Le sas d’entrée recouvert de pixels invite l’usager

Également en charge de l’architecture d’intérieur, Axel Schoenert opte pour la déclinaison d’un motif pixélisé. Dès l’entrée, le sas transparent est recouvert de pixels blancs qui « s’atomisent » sur les murs. La répétition de l’élément dématérialisé sur la borne d’accueil et sur les paliers d’ascenseurs permet d’unifier le bâtiment placé sous le signe de la lumière.

MONCEAU
La banque d’accueil reprend le motif pixelisé

Les matériaux aux propriétés réfléchissantes (résine acrylique blanche, métal perforé, rétro éclairé, film sur vitrages, revêtement gris clair et beige, etc.) accentue cet univers de blancheur. De plus, la grande hauteur sous plafond rend l’espace d’autant plus magistral.

Une référence en matière environnementale

MONCEAU
De larges fenêtres illuminent le volume intérieur à la blancheur incandescente

Avec l’ambition d’une performance environnementale maximale, l’architecte a choisi des faux plafonds froids. Certaines fenêtres sont remplacées, offrant un grand confort acoustique grâce à une épaisse lame d’air. D’autres sont préservées, associées à un film transparent thermique. L’éclairage est 100% LED.

MONCEAU
Les circulations sont éclairées naturellement, accompagnées d’un éclairage 100% LED

Les escaliers ont été préservés et les circulations sont éclairées naturellement. Le mobilier de l’espace témoin sera réutilisé pour un autre projet. Le Most obtient la triple certification : HQE Exceptionnel, BREEAM Excellent et BBC.

C’est donc plus de 4000 m² de surface de plancher qui ont été livré en juin 2015, après 12 mois de travaux lourds, tandis que la seconde phase de travaux (partie haute) sera livrée en septembre.

Amélie Luquain

Courtesy Axel Schoenert Architectes / Luc Boegly

Taged In: