Les designers Rainville-Sangaré et Studio Beau se sont associés pour concevoir le design intérieur et l’identité visuelle du nouveau restaurant Maneki comptoir asiat’ situé dans le quartier montréalais Hochelaga-Maisonneuve.

© Sarah Babineau

Confiée aux mains de Studio Beau, l’identité visuelle fait écho aux classiques asiatiques avec un clin d’œil humoristique. C’est la raison pour laquelle son logo fait référence au maneki-neko, cette statue de chat porte-bonheur. Dans le même esprit, les lieux ont été travaillés pour dégager une ambiance moderne et ludique. L’équipe de Rainville-Sangaré a ainsi misé sur du mobilier sobre, mais solide, des tons de bleu électrique et des formes géométriques pour créer un rythme tout en laissant le plus de place possible à l’interaction.

«Nous avions une carte blanche avec un très petit budget», explique l’équipe de Rainville-Sangaré, qui a géré l’ensemble du design intérieur, y compris l’éclairage et le mobilier. « Ils voulaient quelque chose de jeune et décontracté. »

© Sarah Babineau
© Sarah Babineau

L’entreprise n’a conservé aucun des éléments existants de l’unité, en commençant par l’espace de 57 mètres carrés. Avec Studio Beau, les designers se sont tournés vers la culture pop asiatique pour s’inspirer de l’imagerie et de ses motifs .

© Sarah Babineau

Un luminaire en zigzag bleu fait sur mesure au centre du restaurant, rappelle l’aspect général du mobilier et du décor. Un carrelage métro blanc recouvre partiellement les murs, tandis que des cadres de grille en métal bleu avec des illustrations graphiques, ajoutent au décor une touche d’originalité qui peut être facilement changée.

Bleu électrique est la teinte primaire à l’intérieur de Maneki.  « [La couleur] a été inspirée par les veilleuses des rues asiatiques« , explique Rainville-Sangaré.

© Sarah Babineau

Studio Beau a appliqué la même teinte néon aux contenants à emporter, aux cartes de visite et aux estampes graphiques qu’ils ont créées. Ce dernier présente des personnages célèbres, des plats, des chansons pop et maneki-neko, le félin populaire de la félicité. «Nous avons partagé le même espace de travail tout en travaillant sur le projet, il était donc facile d’avoir des idées de l’autre côté de la table», explique Rainville-Sangaré. « Une partie difficile était le travail de correspondance des couleurs – le bleu devait être en néon, métal, peinture murale et impression. »

© Sarah Babineau

Il y a un an, le duo montréalais Rainville-Sangaré recevait la bourse Phyllis-Lambert avec le projet Compléments de l’architecture, une recherche axée sur la conception de détails architecturaux intégrés au cadre bâti et ayant comme sujet d’étude la ville d’Helsinki. Avec Compléments de l’architecture, l’objectif de Nicholas Sangaré et Lambert Rainville, était de donner vie à une démarche créative inspirée d’une approche de l’architecture intégrée finlandaise mettant en lumière l’importance de la présence de l’apport humain dans la caractérisation de nos villes.