UNStudio conçoit le téléphérique d’IJbaan: une connexion de transport public rapide, écologique et évolutive à Amsterdam

UNStudio conçoit le téléphérique d’IJbaan: une connexion de transport public rapide, écologique et évolutive à Amsterdam

UNStudio a achevé la conception de l’IJbaan: le futur téléphérique d’Amsterdam, commandé par la Fondation IJbaan (Stichting IJbaan). L’IJbaan est une initiative citoyenne «Amsterdammer» populaire, lancée en 2015 par une campagne de crowdfunding menée par Bas Dekker et Willem Wessels et maintenant soutenue par la municipalité d’Amsterdam. Son objectif est de créer une nouvelle connexion à travers l’IJ à l’occasion du 750e anniversaire d’Amsterdam en 2025.

La ligne de tramway d’un kilomètre et demi est une liaison de transport public propre et rapide entre deux zones résidentielles en pleine expansion: Amsterdam-Ouest et Amsterdam-Noord / NDSM. La conception se compose de trois pylônes élancés et deux stations: NDSM Marina sur la rive nord et Minervahaven au sud. Le téléphérique est conçu de manière flexible, de sorte qu’à l’avenir, l’itinéraire peut être élargi pour inclure une troisième station, créant ainsi une connexion avec Hemknoop, Sloterdijk Station ou même Westergasfabriek et Westerpark, en fonction de la croissance et des besoins.

Mobilité unique

La voie du téléphérique s’étend sur un kilomètre et demi et prendra 4,6 minutes pour effectuer un trajet complet à une vitesse moyenne de 21,6 kilomètres par heure. Les cabines de passagers ont une capacité de 32 à 37 passagers, avec des cabines de bicyclettes supplémentaires pouvant accueillir de 4 à 6 vélos.

« Un téléphérique est un système de transport public extrêmement durable. C’est un moyen de transport très rapide et écologique, qui attire les cyclistes, les navetteurs, les étudiants, les résidents et les visiteurs. A Amsterdam, vous constatez un besoin croissant de connexions à travers le JI, avec le nouveau métro et les nouveaux ponts. La ville se développe énormément et un tel «pont aérien» contribue au développement de toute la région. Le transport aérien réduit également la pression croissante sur la circulation et le réseau de transport existant au sol. Ce n’est pas seulement efficace mais aussi amusant. Les gens vont voir et vivre leur ville d’une toute nouvelle manière « , déclare  Ben van Berkel.

Mâts sculpturaux

Pour permettre aux grands navires de passer le long de la voie navigable IJ, les tours varient en hauteur, atteignant 46 mètres à 105 mètres de chaque côté de l’eau, et jusqu’à 136 mètres au milieu. Cependant, les tours sont entièrement conformes aux exigences du patrimoine mondial de l’UNESCO de la capitale néerlandaise. Tout en enrichissant la ligne d’horizon d’Amsterdam, les mâts ne sont pas visibles depuis le célèbre canal du centre-ville d’Amsterdam.

Les trois tours élancées du téléphérique permettront à la zone urbaine dense d’Amsterdam de se développer, tout en respectant le passé de la ville. La forme des tours elles-mêmes fait directement référence au passé industriel robuste d’Amsterdam des ports et des grues de navire. Leur forme sculpturale pataugeant dans l’eau s’efforce d’équilibrer le jeu avec élégance.

Les carrefours sociaux
Les gares de téléphérique ne sont pas seulement conçues comme des carrefours de transport pour les piétons, les cyclistes et les transports en commun, mais aussi comme une destionation en soi. Le Minervastation est conçu comme un nouveau lieu de rencontre pour le quartier occidental en pleine croissance, créant une place urbaine dynamique sur l’eau avec des installations de restauration et de bar. La station marine de NDSM sur la rive opposée fournit un hub de transport pour le hotspot culturel naissant dans le nord, avec un arrêt d’autobus, un stationnement de bicyclette et un point de vue.

Le téléphérique, en tant que moyen de transport, s’inscrit dans la mission d’UNStudio de développer des concepts d’architecture et de design urbain à l’épreuve du futur, rendant le cadre de vie plus sain. La piste s’inscrit également dans l’ambition d’Amsterdam d’être l’exemple européen de l’innovation urbaine, avec un système de transport public «tout électrique» durable, parfaitement lié aux modalités de transport public existantes.

« On s’attend à ce que cette liaison rapide et fréquente entre l’Ouest et le Nord n’ait pas un trafic régulier, mais aura également un effet positif sur le trafic cycliste car elle relie les réseaux existants des deux côtés de l’IJ. ajout intéressant à la ville et la vue du port, contribuant à la propagation du tourisme dans la ville.  » 
Bas Dekker,

Göteborg Cable Car

En tant que concepteur du pont Erasmus à Rotterdam, UNStudio a pour tradition de construire des ponts et de relier les communautés à l’eau. Plus tôt cette année, notre design pour le téléphérique de Göteborg a été choisi comme design gagnant pour célébrer le 400ème anniversaire de la ville. Le nouveau concept de téléphérique comprend une connexion de trois kilomètres entre le centre historique de Göteborg et les nouveaux quartiers de la ville situés de l’autre côté de la rivière. L’achèvement du projet avec six tours et quatre stations est prévu pour 2021. 

Le prix Mies van der Rohe récompense l’opération de rénovation du Kleiburg

Le prix de l’Union européenne pour l’architecture contemporaine Mies van der Rohe 2017 a été attribué à l’opération d’habitat collectif DeFlat Kleiburg, réalisée par les agences NL architects et XVW architectuur à Amsterdam ; c’est la première fois que le prix est décerné à un projet de rénovation.  

Succédant à la Philarmonie de Szczecin (Pologne) de l’espagnol Barozzi Veiga, c’est une opération de réhabilitation de l’un des plus grands immeubles de logement au Pays-Bas qui a cette année été récompensé par le très prestigieux prix Mies Van der Rohe. Les promoteurs néerlandais DeFlat ont confié le projet aux agences NL architects et XVW architectuur.

Kleiburg, une barre pliée de 400 mètres de long et d’une dizaine d’étages hébergeant 500 appartements, est le dernier témoignage bâti dans son état originel du grand ensemble qui structurait le quartier populaire de Bijlmer à Amsterdam. Si le bâtiment semblait voué à la démolition par la Housing Corporation Rochdale, estimant la rénovation à 70 millions d’euros, les architectes ont su proposer une solution économique débouchant sur de nouvelles typologies et générant un nouveau modèle commercial. L’idée : rénover la structure principale, les parties communes et circulations, ainsi que les réseaux, tandis que les appartements sont livrés aux futurs résidents en tant que coquilles vides, non équipés afin de minimiser les investissements initiaux (sans cuisine, sans salle-de-bain, ni chauffage, ni cloisonnement). L’objectif étant que les résidents s’approprient le logement et l’individualisent. Il est possible de combiner des appartements en effectuant des connexions verticales ou horizontales, de choisir ses modules de façades sur catalogue … Après plusieurs décennies de standardisation, de répétition et d’uniformité, l’individualisation et la variation sont de mise. «Kleiburg nous aide à imaginer un nouveau type de projet architectural, qui répond à l’évolution des habitudes des ménages et des modes de vie au XXIe siècle. Une revitalisation des typologies du passé est aussi pertinente que l’expérimentation de nouveaux modèles non testés, dans cette quête, comme la transformation radicale de bâtiments existants.» a souligné le président du jury, Stephen Bates.

L’ambiance de ce prix semble tout de même à la frugalité, et n’est pas sans rappeler le Pritzker qui récompensait Alejandro Aravena notamment pour son modèle de lotissements sociaux. Réponse à la crise, aux changements des ménages, à la co-production, valorisation du DIY (Do It Yourself) ou du FFY (Fend For Yourself). Dans tous les cas on peut souligner un prix remis plutôt pour l’audace du modèle économique du projet que pour sa qualité plastique et spatiale comme ça avait pu être le cas pour la banque Borges e Irmão d’Alvaro Siza, premier prix Mies van der Rohe remis en 1988.

 

Amélie Luquain

 

 

 

 

L’opération DeFlat Kleiburg est lauréate parmi 356 projets issus de 36 pays européens, dont les 4 autres finalistes étaient l’Ely Court à Londres par Alison Brooks Architects, le Kannikegården de Ribe au Danemark par Lundgaard&Tranberg Architects, le Katyn Museum de Varsovie par BBGK Architekci et le Mémorial de Rivesaltes par Rudy Ricciotti.

La Commission européenne et la Fondation Mies van der Rohe ont également remis le prix de l’Architecte émergent 2017 aux studios MSA/V+, pour un immeuble de cinq logements sociaux construit à Bruxelles.

[masterslider id= »156″]

Les résultats seront annoncés à Bruxelles, le 16 mai. La cérémonie de remise de prix aura lieu le 26 mai au pavillon Mies van der Rohe (Barcelone). Elle sera émaillée de lectures et de débats. Le travail des finalistes et des lauréats sera présenté au public du 20 au 28 mai.

 

DeFlat Kleiburg, NL architects et XVW architectuur, Amsterdam – © Marcel van der Burg

5 logements sociaux, MSA/V+, Bruxelles – © MSA/V+