La Villa Tugendhat de Ludwig Mies van der Rohe

Brno, deuxième ville de République Tchèque. Elle est pourtant bien éloignée de Prague, la capitale, autant d’un point de vue géographique que de l’intérêt que l’on peut y porter. Et pourtant, cette ville de Moravie du Sud abrite un chef d’oeuvre de l’architecture moderne : la Villa Tugendhat. Conçue par l’architecte Mies van der Rohe pour la riche famille d’industriels textiles des Tugendhat, elle fait aujourd’hui partie de la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

 

La Villa Tugendhat est une réalisation qui relève du mouvement moderne et s’inscrit dans le fonctionnalisme tchèque. Elle répond également à la célèbre phrase de l’architecture : Less is more. La construction se termine en 1930. La Villa s’inscrit sur un terrain en pente, et se place en haut de celle-ci, profitant ainsi d’une vue imprenable sur la ville et sur le jardin. Cependant, celle ci sera finalement gâchée par les réalisations d’autres constructions dans les alentours de la Villa.

 

Villa_thugendhat_brno_republique_tcheque_architecture_moderne_architecte_mies_van_der_rohe_vue_jardin

Villa_thugendhat_brno_republique_tcheque_architecture_moderne_architecte_mies_van_der_rohe
Photo : Alexandra Timpau
Villa_thugendhat_brno_republique_tcheque_architecture_moderne_architecte_mies_van_der_rohe
Photo : Alexandra Timpau
Villa_thugendhat_brno_republique_tcheque_architecture_moderne_architecte_mies_van_der_rohe
Photo : Alexandra Timpau

 

Elle se compose d’un rez de chaussée qui donne sur rue ainsi que d’un rez de jardin. Le premier se compose des espaces de service, et d’un escalier qui permet de rejoindre les pièces de vie au niveau inférieur. Celui-ci est entièrement vitré sur la façade donnant sur le jardin. Mies van der Rohe opte pour un plan libre, afin de laisser place à de vastes espaces non contraints. Les usages ne sont pas délimités par des murs ou des cloisons. L’exemple le plus frappant est bien l’espace de vie collectif, qui regroupe un salon, une salle à manger et un bureau. Ceux-ci sont disposés dans une unique pièce mais constituent des espaces indépendants. La structure en acier se compose de poteaux de forme cruciformes, et permet de ne pas avoir recours à des murs porteurs. La matérialité de l’intérieur a été minutieusement pensée par l’architecte. Ceux ci se révèlent être très coûteux, un luxe que la famille Tugendhat peut se permettre. Le mur courbe en bois précieux englobe la salle à manger alors que qu’un mur d’onyx sépare le bureau du salon.

 

Fervent pratiquant de l’architecture totale, Mies van der Rohe dessine également le mobilier de la Villa, ainsi que les interrupteurs. Ainsi, on retrouve la célèbre chaise Tugendhat, avec sa structure en acier tubaires et son assise matelassée et ses liens de cuir.

 

Villa_thugendhat_brno_republique_tcheque_architecture_moderne_architecte_mies_van_der_rohe
Photo : Alexandra Timpau
Villa_thugendhat_brno_republique_tcheque_architecture_moderne_architecte_mies_van_der_rohe
Photo : Alexandra Timpau
Villa_thugendhat_brno_republique_tcheque_architecture_moderne_architecte_mies_van_der_rohe
Photo : Alexandra Timpau

 

Durant la seconde Guerre Mondiale, la Villa est occupée et pillée par les nazis puis par les russes. Son destin est également entravé par la guerre Froide, qui ne facilitera pas son entretien. Elle devient par la suite un centre de rééducation, avant d’être déclarée « Bâtiment culturel ». A ce titre, elle bénéficiera d’une campagne de restauration entre 2010 et 2012. Aujourd’hui, il est possible de visiter la Villa Tughendhat, uniquement sur réservation.

Le fonctionnalisme organique de l’architecte finlandais Alvar Aalto

 

Jusqu’au 1er juillet 2018, la Cité de l’architecture et du Patrimoine accueille une exposition qui met en scène les plus belles architectures et pièces de design d’Alvar Aalto. L’occasion de se pencher sur l’histoire de cet architecte finlandais, qui marqua sa génération, et continue de faire parler de lui !

 

Alvar_aalto_designer_architecte_finlandais

Entre le fonctionnalisme & les aspirations humanistes.

Influencé par le mouvement moderne qui se propage au milieu du XXe siècle en Europe, sous l’influence du Corbusier entre autre, mais également par le style international et le classicisme nordique, Alva Aalto a tout de même su développer sa propre architecture : le fonctionnalisme organique.  Du mouvement moderne, il conserve l’idée d’une architecture fonctionnelle. Mais il s’éloigne du béton et de l’acier, qu’il considère comme des matières trop froides, et trop éloignées de la réalité de l’Homme. Il leur préfère le bois et la brique. L’architecture se doit avant tout d’être agréable pour l’Homme, qu’il place au cœur de son oeuvre. Comme tout finlandais qui se respecte, l’architecte accorde une très grande importance à la Nature. C’est donc sans surprise qu’il l’intègre dans son travail. Autant dans les formes et les matières que dans l’usage, le lien avec les arbres, les formes organiques, et la proximité avec le paysage sont des témoins de sa culture finlandaise. La lumière naturelle, si chère à ces pays du nord, est une matière à projet qu’il affectionne. La sensibilité dont il fait preuve dans ces réalisations fera de lui un architecte majeur du XXe siècle

 

Une architecture totale

En France, il réalise la Maison Louis Carré, en région parisienne. On lui doit également la réalisation d’églises, de bâtiments hospitaliers ou administratifs, des équipements culturels ou encore des villas. Il produit notamment en Finlande, son pays natal, mais également sur la scène internationale, qu’il côtoie de plus en plus à la fin de ses 50 années de carrière. L’architecte Alvar Aalto se saisit du quotidien pour introduire une architecture fonctionnelle et organique, aux plus proches de besoin de l’Homme.

 

maison-louis-carre-ranska-pihalta-kuva-heikki-havas-alvar-aalto-museo-988x659
Maison Louis Carré Photographie : Heikki Havas, Alvar Aalto Museum
maison-louis-carre-france-entrance-photo-martti-kapanen-alvar-aalto-museum-988x659
Maison Louis Carré Photographie : Martti Kapanen, Alvar Aalto Museum
Maison Louis Carré by Alvar Aalto
Maison Louis Carré Photographie : Heikki Havas, Alvar Aalto Museum

 

Alvar Aalto ne se contente pas de créer une architecture au service de l’Homme. Le bois est son matériau de prédilection. Il l’utilise dans les espaces qu’il crée, mais également dans les pièces de mobilier qu’il dessine. C’est le cas du fauteuil Paimio, pour lequel il met en place un processus nouveau, afin de courber le bois et l’adapter aux formes souhaitées. L’architecte et designer aime concevoir l’intégralité de l’espace, non seulement dans l’architecture, mais également dans les moindres détails. Il conçoit les revêtements (parquets, textiles…), le mobilier (Fauteuil, luminaire, objets de décoration…). Son travail d’architecture totale va de paire avec son envie d’intégrer au mieux l’Homme à son architecture, et son architecture à la Nature.

fauteuil_paimio_desing_finlandais_organique_alvar_aalto fauteuil_paimio_desing_finlandais_organique_alvar_aalto

 

Alvar Aalto à la Cité Chaillot

Ainsi, en 2018, Alvar Aalto attire encore les foules. L’exposition à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine ne désemplie pas. En partenariat avec la fondation Alvar Aalto, et en collaboration avec le Vitra Design Museum et le Musée Alvar Aalto, ce sont 150 de ces oeuvres qui sont présentées. On découvre l’oeuvre de l’architecte et designer à travers de nombreux médiums : des photographies d’époques, des maquettes et dessins. Des pièces de mobiliers ont été apporté pour l’occasion : luminaires, vases et fauteuils.

Exposition « Alvar Aalto – Architecte et designer finlandais »
Visite guidée de la Maison Louis Carré :  Les samedis 7 avril, 19 mai et 16 juin une navette sera mise à disposition au départ de la Cité de l’architecture. Plus d’informations + 

 

alvar_aalto_cite_de_architecture_et_du_patrimoine_expositionn_paris_chaillot
Vue de l’exposition Alvar Aalto. Architecte et design. © Gaston Bergeret
alvar_aalto_cite_de_architecture_et_du_patrimoine_expositionn_paris_chaillot
Vue de l’exposition Alvar Aalto. Architecte et design. © Gaston Bergeret

 

Anne Vanrapenbusch