Du 10 au 20 octobre : la Biennale d’Architecture et d’Urbanisme de Caen

Du 10 au 20 octobre : la Biennale d’Architecture et d’Urbanisme de Caen

« Faire battre le coeur des villes », c’est le pari fou de la 5ème édition de la Biennale d’Architecture et d’Urbanisme de Caen. 

Renouveler la pensée urbaine et encourager à la réflexion sur la mutation des villes, voila l’ambition de la biennale. Articulée autour de l’exposition « Inventer la ville…dont vous êtes le héros », cette 5ème édition est consacrée aux centres-villes. Un thème qui interpelle tout un chacun !

Au programme, rencontres, films, débats, expositions ou encore ateliers, le tout avec pour seul objectif de « faire battre le coeur des villes ».

Près d’une vingtaine d’architectes, d’urbanistes et de spécialistes sont ainsi attendus pour exposer leur travaux et débattre avec le public. Parmi eux Jean Paul Viguier, Alexandre Chemetoff ou encore Corinne Vezzoni, qu’on ne vous présente plus ! 

La bibliothèque d’OMA, le Dôme de Bruther Architectes et bien d’autres lieux de l’agglomération se transformeront à cette occasion en espaces d’échange et de partage entre visiteurs et professionnels. Une manière d’appréhender les lieux autrement et de redonner, tout simplement, l’envi de ville.  

Soirée d’ouverture et inauguration de l’exposition « Inventer la ville…dont vous êtes le héros » le mercredi 10 octobre 2018 au Pavillon à Caen. 

Pour plus d’informations :

www.insitu-caen.com

PARI Biennale 2018 – appel à projets

PARI Biennale 2018 – appel à projets

Dans le cadre du commissariat de l’exposition, le Réseau des maisons de l’architecture lance un appel à projets sur le thème du PARI. Son objectif : collecter des propositions qui abordent autrement l’architecture, des projets d’espace réels ou imaginaires, matériels ou immatériels qui relèvent les défis du 21e siècle — nouveaux usages, nouvelles urbanités, nouveaux médias, nouvelles cultures, nouveaux futurs, nouvelles transversalités, nouveaux modes, etc. Appel à projet ouvert jusqu’au 15 septembre 2018 à télécharger avec les gabarits de candidature sur PARI biennale.

https://www.facebook.com/christopher.dessus/videos/10216491228250897/?t=30Après Strasbourg, Marseille et Nantes, la Biennale du Réseau des maisons de l’architecture se tiendra en novembre prochain à Paris. Cette 4e édition entend explorer les grands défis du 21e siècle et témoigner d’une « nouvelle architecture » qui fait le PARI de la transversalité, de la collaboration, de la sensibilisation, de la résidence, ou encore de la co-construction. Durant cinq jours, curieux, amateurs, étudiants, professionnels, scolaires et familles pourront expérimenter la culture architecturale sous toutes ses formes. Grande exposition, conférence inaugurale, tables rondes, forum des Maisons de l’architecture, films, débats, restitutions de résidences, actions et ateliers pédagogiques, balades d’architecture, performances et soirées festives : avec du IN et du OFF égrenés dans les différents lieux partenaires, cette programmation affiche l’hybridité pour attirer des publics diversifiés autour d’une vision augmentée de l’architecture.

Le Réseau

Les 32 Maisons de l’architecture constituées en Réseau organisent tous les deux ans un événement national qui prolonge et amplifie leur mobilisation sur tous les territoires et met en lumière la transversalité de l’architecture. Après le succès rencontré par les trois premières éditions, à la Manufacture des Tabacs de Strasbourg en 2012, à la Friche la Belle de Mai de Marseille en 2014 et à l’École d’architecture de Nantes en 2016, et au vu des 25 000 visiteurs accueillis, la Biennale du Réseau des maisons de l’architecture fait cap en 2018 sur la capitale.

Les Lieux

La Biennale PARI se déroulera du 15 au 19 novembre 2018 dans quatre lieux-phares : la Maison de l’Architecture Île‑de‑France, l’École nationale supérieure d’architecture Paris–Belleville, le DOC et l’Espace Niemeyer — ainsi que dans de nombreux lieux OFF. Une déambulation urbaine tour à tour réflexive, créative, pédagogique et festive invitera les visiteurs à la découverte de ces hauts lieux de l’architecture à Paris mais aussi de lieux culturels émergeants contribuant au renouveau des pratiques artistiques et culturelles dans le nord-est parisien.

Appel à projets

L’appel à candidatures est ouvert à toutes et à tous, avec pour seule condition : la présence dans l’équipe d’un(e) architecte ou d’un(e) étudiant(e) en architecture. Vous pouvez travailler précisément ou globalement, à l’échelle du micro ou du macro, et en croisant des disciplines connexes : la sociologie, l’anthropologie, l’ethnologie, la pédagogie, l’enseignement, la science, l’art, la performance, le graphisme, la littérature, etc.

Une dizaine de projets seront sélectionnés par un comité scientifique et artistique, puis produits avec les moyens de la Biennale et exposés au DOC durant la Biennale. Cette exposition fera l’objet d’une itinérance.

  • 15 septembre 2018 : date limite d’envoi des dossiers (à télécharger ci-dessus), comprenant :
    1. Un texte de présentation de votre projet de 1000 mots maximum.
    2. Une expression libre de votre PARI : dessin, collage, peinture, maquettes, photo, film, vidéo, son, expression corporelle…
    3. Une illustration de la spatialisation de votre projet dans le cadre de l’exposition : axonométrie, plans, coupes, élévations, représentation filaire…
  • 1er octobre 2018 : Annonce des sélectionnés
  • Du 2 octobre au 15 novembre : Tous les candidats dont le travail est sélectionné pour la Biennale 2018 seront amenés à collaborer avec le comité de production et le commissaire de la Biennale pour la réalisation de leur projet.

Le Vatican fera son entrée à la Biennale de Venise avec dix chapelles imaginées par dix architectes

C’est une année très spéciale pour la Biennale d’architecture de Venise. Pour la première fois la cité du Vatican présentera sa propre soumission. Situé sur l’île de San Giorgio Maggiore, le pavillon du Saint-Siège emmènera les visiteurs dans un voyage à travers dix chapelles conçues par dix architectes internationaux sélectionnés par l’historien de l’architecture Francesco Dal Co. Ces chapelles seront démontables car le Vatican souhaite les reconstruire dans des localités qui n’ont pas de lieu de culte.

« Une visite aux dix chapelles du Vatican est une sorte de pèlerinage non seulement religieux mais aussi laïc. C’est un chemin pour tous ceux qui souhaitent redécouvrir la beauté, le silence, la voix intérieure et transcendante, la fraternité humaine d’être ensemble dans l’assemblée des hommes, et la solitude de la forêt où l’on peut expérimenter le bruissement de la nature temple cosmique. » explique le Cardinal Gianfranco Ravasi, Président du Conseil Pontifical pour la Culture.

© Javier Corvalán

Les architectes qui construiront des chapelles à la Biennale d’Architecture de Venise 2018 :

  • Smiljan Radic , Chili
  • Carla Juaçaba , Brésil
  • Javier Corvalán, Paraguay
  • Sean Godsell , Australie
  • Eva Prats & Ricardo Flores , Espagne
  • Eduardo Souto de Moura , Portugal
  • Francesco Cellini , Italie
  • Norman Foster , Royaume-Uni
  • Andrew Berman , États-Unis
  • Teronobu Fujimori, Japon

« Des architectes d’horizons divers et d’expériences diverses sont venus à l’île de San Giorgio pour représenter cette incarnation du temple dans l’histoire, le dialogue avec la pluralité des cultures et de la société, et pour confirmer la catholicité qu’est l’universalité de l’Église. »

Asplund Pavilion © Map studio
Asplund Pavilion © Map studio

Le début du parcours sera marqué par une chapelle utilisant le bois comme matériau principal : le Pavillon Asplund de Map Studio. Conçue par les architectes Francesco Magnani et Traudy Pelzel, comme le prélude à un itinéraire d’exposition, cette architecture sera placée en début de circuit et incarnera l’essence de l’ensemble du projet. Cette chapelle s’inspire de la « Woodland Chapel » construite en 1920 par le célèbre architecte Gunnar Asplund au Cimetière Woodland de Stockholm. Pour ce projet, le fabricant designer italien ALPI a développé un matériau : le Xilo 2.0 utilisé pour couvrir toutes les surfaces de l’édifice. Les extérieurs seront couverts de 9000 bardeaux avec le motif en bois Xilo 2.0 « Planked Grey ». Véritable lieu d’orientation et de rencontre, à l’intérieur, la chapelle accueillera une exposition de dessins de Gunnar Asplund, accompagnée de documents et de maquettes illustrant le concept et la construction de la chapelle d’origine. Elle sera le seul artefact non religieux à exposer les dessins d’Asplund. 

© Foster + Partners

© Foster + Partners

La chapelle de Foster + Partners, réalisée en collaboration avec Tecno, prendra la forme de trois croix symboliques et d’une terrasse en bois. La phase de conception a symboliquement commencé avec la fusion de trois croix enveloppées par des lattes de bois formant un voile attaché à la structure. 

© Foster + Partners
© Foster + Partners

Située à proximité d’un lagon, la chapelle sera un lieu de contemplation et de méditation. Le revêtement en lattes de bois offrira un jeu d’ombres et de cadrage permettant d’apprécier la beauté naturelle de Venise.

© Foster + Partners

« Notre projet a commencé avec la sélection du site. Lors d’une visite à San Giorgio Maggiore, près de la magnifique église de Palladio et du Teatro Verde, nous avons trouvé un espace vert avec deux arbres matures encadrant magnifiquement la vue sur le lagon. C’était comme une petite oasis dans le grand jardin, parfait pour la contemplation. Notre but est de créer un petit espace sanctuaire à l’ombre et retiré de la normalité des passants, focalisé plutôt sur l’eau et le ciel.» affirme Norman Foster, fondateur de Foster + Partners.

© Foster + Partners

La Biennale d’architecture de Venise 2018 ouvrira ses portes le 25 mai prochain jusqu’au 25 novembre.

Biennale de Venise : Olivier Leclercq, initiateur d’Archi Debout

Biennale de Venise : Olivier Leclercq, initiateur d’Archi Debout

Olivier Leclercq énonce les fondements du mouvement Archi Debout qu’il anime. Face aux crises économiques et sociales, aux mal-logements et aux migrations, l’architecte doit retrouver sa place dans la conception avec les habitants.

 

A voir aussi :

Biennale de Venise : Luc Le Chatelier partage ses impressions

Biennale de Venise : Frédéric Bonnet détaille le pavillon français

Biennale de Venise : Jean-Christophe Quinton revisite l’archétype

Biennale de Venise : Olivier Leclercq présente Actes et Cités

 

Biennale de Venise : Frédéric Bonnet détaille le pavillon français

Biennale de Venise : Frédéric Bonnet détaille le pavillon français

Frédéric Bonnet, Grand Prix de l’Urbanisme 2014, commissaire avec le collectif AJAP14, explique les principes qui ont guidé la conception de la représentation française de la biennale de Venise 2016. Avec pour thème Nouvelles richesses, l’équipe répond aux Nouvelles du front, en partant d’une double hypothèse : l’architecture créatrice de richesses dans des lieux où on ne l’attend pas – le périurbain – et la création de richesses non monétaire par la valorisation du collectif. 

 

A voir aussi :

Biennale de Venise : Luc Le Chatelier partage ses impressions

Biennale de Venise : Jean-Christophe Quinton revisite l’archétype

Biennale de Venise : Olivier Leclercq présente Actes et Cités

Biennale de Venise : Olivier Leclercq initiateur d’archi debout

Biennale de Venise : Luc Le Chatelier partage ses impressions

Biennale de Venise : Luc Le Chatelier partage ses impressions

Luc Le Chatelier, journaliste d’architecture pour Telerama, nous donne ses impressions sur le pavillon français et sur la Corderie d’Alejandro Aravena, commissaire de la Biennale d’architecture de Venise 2016. Son pavillon « fait le boulot », tandis que les français « font ce qu’ils peuvent ».

A voir aussi :

Biennale de Venise : Frédéric Bonnet détaille le pavillon français

Biennale de Venise : Jean-Christophe Quinton revisite l’archétype

Biennale de Venise : Olivier Leclercq présente Actes et Cités

Biennale de Venise : Olivier Leclercq initiateur d’archi debout

 

Biennale de Venise : Jean-Christophe Quinton revisite l’archétype

Biennale de Venise : Jean-Christophe Quinton revisite l’archétype

Jean-Christophe Quinton, architecte et directeur de l’ENSA de Versailles, expose un projet réalisé en 2005 : une maison dénommée P3 située au beau milieu de la plaine de Caen. L’architecte revisite l’archétype de la grange.

A voir aussi :

Biennale de Venise : Luc Le Chatelier partage ses impressions

Biennale de Venise : Frédéric Bonnet détaille le pavillon français

Biennale de Venise : Olivier Leclercq présente Actes et Cités

Biennale de Venise : Olivier Leclercq initiateur d’archi debout

Biennale de Venise : Olivier Leclercq présente Actes et Cités

Biennale de Venise : Olivier Leclercq présente Actes et Cités

Persuadé que l’architecte doit prendre part à la politique, Olivier Leclercq, architecte associé à Cyrille Hanappe de l’agence AIR architectures (publiée dans le numéro collector de CREE) présente leur association Actes et Cités. Actuellement, ils travaillent au relogement de familles en grande précarité résidents dans les bidonvilles de la petite ceinture, en proposant des habitats auto-construits et des chantiers écoles.

A voir aussi :

Biennale de Venise : Luc Le Chatelier partage ses impressions

Biennale de Venise : Frédéric Bonnet détaille le pavillon français

Biennale de Venise : Jean-Christophe Quinton revisite l’archétype

Biennale de Venise : Olivier Leclercq initiateur d’archi debout