Pari(s) 2072 : Naud & Poux applique sa théorie « durable » boulevard Davout

Pari(s) 2072 : Naud & Poux applique sa théorie « durable » boulevard Davout

Alors que labels et normes sont en crises, l’agence Naud & Poux propose une autre vision de la durabilité, interprétée sous la notion de pérennité. Pari(s) 2072, appliqué aux 68 logements du boulevard Davout, propose des solutions de résilience allant à l’encontre de l’obsolescence programmée, déjà constatée dans les produits de consommation courante, mais pas encore assumée dans les « produits » bâti.

Pour être durable, soyons pérenne

Dans le cadre du concours EDF Bas Carbone 2012, l’agence Naud & Poux s’est interrogée sur la ville durable : « Labels, certifications et autres normes et réglementations ont fait leur apparition conjointement, en même temps que naissait la conscience d’une démarche environnementale. C’était il y a une dizaine d’années et c’était important pour contraindre et mettre l’ensemble des décideurs sur la voie de la raison. Pourtant la raison ne s’accommode pas bien de la pensée normative. HQE, BBC, RT et autres se côtoient, s’ignorent, se choquent et s’entrechoquent dans une jungle réglementaire assez cocasse, jusqu’à devenir parfois contre-productive ». Normes et réglementations montrent là leurs limites. Il devient nécessaire de dépasser l’énergie « normée » pour penser l’énergie « grise » ou « globale », soit celle du cycle de vie d’un bâtiment : construction, modification, démolition. Ainsi, pour construire durable, il faut déjà prendre en compte la notion de « durer ».

« Pari(s) 2072 se projette dans un monde où un bâtiment construit en 2012 continuera à rendre de bons et loyaux services en 2072 » introduisent les architectes, Elizabeth Naud et Luc Poux. Ils proposent un travail sur la résilience, prenant le contrepied de l’obsolescence programmée des constructions depuis les années 1950. Alors que pendant des siècles, selon eux, la ville s’est reconstruite sur elle-même par superposition, stratification, adjonction, greffe, empilement, etc, ces constructions auraient manqué de vues prospectives. La ville durable s’assimile à une ville qui se renouvelle. « Pour demeurer, les constructions doivent être capables d’accepter les évolutions, les transformations, les mutations pour remplir de nouvelles fonctions, de nouveaux usages », précisent les architectes. Une pensée durable qui s’associe à la notion de densité, pour les architectes qui citent Aristote (-384 -322) : « les hommes se rassemblent dans les villes pour vivre. Ils y restent ensemble pour jouir de la vie. »

[masterslider id= »162″]

 

 

Application à un ensemble de logements

« La démolition d’un bâtiment moderne pour en construire un autre nous donne l’occasion d’une nouvelle interrogation sur l’obsolescence des bâtiments et leur incapacité à s’engager dans une deuxième vie (…) Le projet Davout – du nom de son boulevard – s’est imposé naturellement comme site expérimental de notre réflexion », expliquent Naud et Poux. Dans le cadre d’une requalification territoriale, et plus précisément d’une opération de re-logement, le projet consiste à construire 68 nouveaux logements, ainsi qu’une crèche et des locaux associatifs, avant de démolir les barres vétustes, énergivores et les plus exposées au bruit du périphérique, du secteur Python Duvernois. A savoir, selon les architectes, le coût en énergie grise de l’opération de démolition équivaut à 18 ans de consommation dans le nouveau bâtiment. De quoi motiver un travail sur la résilience.

Depuis la porte de Bagnolet jusqu’à celle de Montreuil, entre le périphérique et le boulevard des Maréchaux, le site s’inscrit dans la bande historique des HBM qui ceinture la capitale. La composition architecturale du projet est dense (COS 4), sur une parcelle épaisse de 29 m. Elle se découpe en un épannelage des toitures allant du R+4 au R+8, mixant l’image du collectif et l’archétype de la maison individuelle en attique. Le plan en Svastika se développe autour d’un patio, reprise de la cour haussmannienne, désenclavée par des circulations pénétrantes. Celles-ci vont chercher la lumière en façade, avant de longer le patio et de rejoindre les noyaux de circulations verticales. Elles desservent des appartements traversants ou d’angles. Ce système de plan permet d’orienter les pièces principales vers l’extérieur, et de disposer les pièces d’eau autour du patio, de façon à ce qu’elles bénéficient elles aussi de lumière naturelle. Aux extrémités des quatre ailes, les cuisines traversantes jouent d’un décalage en façade que souligne le bardage en verre émaillé, libérant des terrasses en bout, tantôt une, tantôt deux. Sur leurs longueurs, elles sont bordées de balcons filants. Ils dégagent des vues et des orientations. L’ensemble, posé sur un socle homogène recouvert d’une peau de métal déployée, composent ainsi 4 façades qui ne laissent aucun pignons aveugles, hormis celui en façade nord près à recevoir une futur construction de logements privés, afin de constituer un front bâti sur le boulevard. Quand à la végétalisation des terrasses, si elle est fortement incitée par l’agencement d’une serre partagée au dernier étage (qui offre, qui plus est, une vue imprenable sur les alentours) et par des supports de végétalisation déjà en place, elle est laissée à la libre appréciation des usagers.

[masterslider id= »163″]

Référence à la Villa Tugendhat de Mies Van der Rohe avec ce T2 en toiture terrasse, qui prend la forme archétypale d’une maison individuelle sous sa toiture à deux pans. L’entrée se fait par la terrasse, qui ceinture l’habitation, dont les pièces principales dotées de parois vitrées toute hauteur se développe autour d’un bloc humide.

 

Contre l’obsolescence programmée, des propositions de résilience

Si déjà la construction est forte d’une composition extrêmement cohérente et d’un souci du détail, se posent encore les enjeux de durabilité et de mutabilité. « Comment dote-t-on le bâtiment pour assurer sa mutation dans 60 ans ? » posent les architectes. Ce à quoi ils répondent par des propositions de résilience, toutes chiffrées ; une donnée qui permet de les choisir les unes par rapport aux autres et de révéler l’ampleur de l’engagement et de l’anticipation. On notera que dans le plan du bâtiment, les typologies d’appartements sont strictement superposées, ce qui permet une économie budgétaire et constructive dans les descentes de charges et de fluides. Budget que la maîtrise d’ouvrage pourra placer dans les propositions de résilience.

La plus importante d’entre elle est la proposition d’une surélévation potentielle (101€/m2) comme réserve foncière. La structure globale, fondations et descentes de charges, est renforcée, autorisant la construction d’étages supplémentaires en structure légère sur 3 à 5 niveaux. Deuxième point, l’évolutivité des logements à 58€/m2. Une structure poteaux-poutres et façades porteuses à été préférée à des voiles de refends, libérant les cellules de logements de toute structure porteuse. De plus, la charge d’exploitation des planchers courants est augmentée, permettant l’installation de programmes divers. Pour les mêmes raison de mutabilité dans les usages, les architectes ont proposé de rehausser de 1,5 m la première hauteur de parking en sous-sol, la rapportant à 4 m, pour potentiellement installer une superette, une laverie, une salle de sport ou tout autre programme qui n’a pas nécessité à avoir un éclairage naturel ; une proposition à 17€/m2 qui n’a pas été retenue. Quand à la production d’énergie (chauffage et ECS – 2€/m2), elle comprend le raccordement au CPCU (réseau de chaleur urbain), l’installation de panneaux solaires et la récupération de chaleur sur eaux usées. Enfin, l’enveloppe pourra être améliorée (108€/m2), aussi bien en terme d’usage que de thermique, notamment par l’ajout de jardin d’hiver sur les balcons, qui permettent une pièce en plus tout en servant de tampons bioclimatiques.

Des propositions de résilience dont le coût total d’investissement de l’anticipation en 2012 était de 286€/m2. Voici donc un bel exemple de projet « durable » où la pensée théorique a été savamment appliquée.

 

Amélie Luquain

 

 

 

Fiche technique :

Lieu : 138-140 boulevard Davout, Paris 20Maîtrise d’ouvrage : RIVP Maîtrise d’œuvre : Elizabeth Naud & Luc Poux, architectes associés BET TCE Structure, MEP and economist engineering, SAS Mizrahi Consultant environnement : Franck Boutté Programme : construction d’un immeuble de 68 logements sociaux, un local associatif et une crèche Labels BBC Effinergien Certification cerqual H&E profil A, option performance, Plan Climat de la Ville de Paris Surface SHON : 5600 m2 Montant : 12 M€ Livraison : 2017

Lauréat concours EDF Bas Carbone 2012 (Habiter la Ville Durable), mention spéciale prospective urbaine

 

Courtesy Naud&Poux / Schnepp-Renou

La France vue de Venise, épisode 4/8 : le logement collectif

La France vue de Venise, épisode 4/8 : le logement collectif

Un Terreau français exposé à la 15e biennale d’architecture de Venise foisonnant, y compris pour le logement collectif. Aux antipodes des mégalopoles qui prônent la verticalité et la densité, le logement collectif en périphérie s’étale. Profitant d’un vaste territoire à disposition, les bâtiments de logements soulignent l’horizon, leur morphologie s’adaptant aux villages ou quartiers dans lesquels ils s’insèrent. Alternative possible aux doux rêves populaires de maison individuelle avec jardinet, répondant aux attentes d’individualisation des habitants, tout en limitant à minima l’étalement urbain, l’habitat intermédiaire ou semi-collectif, comprenant accès individualisés et espaces extérieurs privatifs, est privilégié. AL

 

Quartier Schweitzer, Haut-Rhin

« Le site du projet est celui d’une école des années 1960, inadaptée aux exigences et réglementations actuelles. Loin du centre de la ville dont il est séparé par un canal et une voie ferrée, il se situe dans le quartier nord de Riedisheim qui est en pleine restructuration. (…) Le projet est constitué de quatre bâtiments de deux à trois niveaux, positionnés presque parallèlement sur le site afin d’offrir les décalages nécessaires au bon ensoleillement de chaque logement ainsi que des vues sur le canal voisin. Ces constructions combinent le gabarit traditionnel d’un toit à deux pans et une conception innovante des logements et des matériaux. »

[masterslider id= »56″]

Localisation : Riedisheim. Programme : école maternelle et 36 logements sociaux. Architectes : DeA architectes. Crédit photo : PM Rouxel

 

La Roche-sur-Yon, Vendée

« Ce projet est d’une échelle « modeste ». Il cristallise un désir souvent partagé de nos contemporains : une maison individuelle avec un jardin et un garage, sans mitoyennetés si possible. (…) Une volonté de mener un projet « intègre », « radical » et « curieux ». « Intègre » parce que nous le souhaitons intact à l’idée première du projet : apporter un espace supplémentaire au logement dans le budget imparti. « Radical » parce qu’il manipule les archétypes de la maison ainsi que les codes vernaculaires locaux en les détournant et en les esthétisant, leur donnant ainsi une autre sonorité. « Curieux » parce que cette construction porte un intérêt prospectif à des modes de vie, dans un espace non qualifié. »

[masterslider id= »57″]

Localisation : La Roche-sur-Yon. Programme : 7 logements locatifs sociaux. Architectes : Détroit architectes. Crédit photo : Javier Callejas.

 

Caussade, Tarn-et-Garonne

« Le métier d’architecte nécessite aujourd’hui plus que jamais, à la fois, une acuité à lire, interpréter chaque situation et programme et, à la fois, une force de proposition associée à une forme de résistance dans un contexte aux valeurs souvent imposées. »

[masterslider id= »58″]

Localisation : Caussade. Programme : Maison médicale, logements, aménagements urbains. Architectes : Véronique Joffre. Crédit photo : Véronique Joffre

 

Croix de Montfleury, Isère

« Au cœur de la Tronche (Isère), en limite d’un Espace Boisé Classé qui forme une barrière végétale remarquable pour l’entrée de cette petite agglomération, le projet de douze logements BBC (Bâtiment Basse Consommation) est constitué d’un seul volume. »

venise_logements collectifs_paul seguin

Localisation : La Tronche. Programme : 12 logements. Architectes : Paul & Seguin architectes. Crédit photo : Paul & Seguin architectes

 

Dijon, Côte-d’Or

« Ce projet illustre à sa manière la réconciliation entre production industrielle et petite échelle, préfabrication et qualité du détail, standardisation et caractère. La préfabrication béton est ici un choix pour apporter un surplus de richesse à l’échelle locale par un matériau riche en solutions et aspects. »

[masterslider id= »59″]

Localisation : Dijon. Programme : 20 logements. Architectes: Ateliers O-S architectes. Crédit photo : Ateliers O-S architectes

 

Saint-Germain-sur-île, Ille-et-Vilaine

« La Cie.Rit est le nom d’un collectif d’habitants de 4 foyers réunis autour d’envies « communes » d’habiter en partageant des espaces, des biens et des façons de faire. (…) Dans une trame régulière poteau-poutre bois, l’auto-construction a permis des typologies adaptées aux foyers et à leur budget sans surcoût. L’évolutivité des structures familiales et des modes de vie a été prévue dès la conception. Par exemple, deux logements superposés permettent une cession de chambres d’une famille à l’autre (l’une sans enfant et l’autre avec des jeunes adultes) ; l’atelier commun peut évoluer en lieu de travail ou de commerce ; la salle commune est à la fois une salle de jeux des enfants, une salle de travail et de réunion des parents, ou une salle de projection et de fête la nuit. »

[masterslider id= »60″]

Localisation : Saint-Germain-sur-île. Programme : 4 logements groupés. Architectes : Cécile Gaudoin architecte. Crédit photo : GLG.

 

ZAC Monges-Croix-du-Sud, Haute-Garonne

« La pierre massive permet une construction « à sec », très rapide. Les nuisances de chantier sont très faibles et le temps de montage réduit.Ses propriétés d’inertie, de déphasage, de régulation hygrothermique en font un matériau de construction sain et pérenne. Un éventuel recyclage se limitera à une déconstruction et à une réutilisation des pierres à l’identique de l’initial. »

[masterslider id= »62″]

Localisation : Cornebarrieu. Programme : 20 logements sociaux. Architectes : Perraudin architecte. Crédit photo : Serge Demailly.

 

Citations et iconographie issues du Catalogue du Pavillon français, 15e exposition internationale d’architecture, la biennale de Venise. Nouvelles Richesses, Obras/Collectif AJAP14, Éditions Fourre-Tout, 2016

Mardi prochain 30 août, épisode 5 : les équipements culturels

A voir aussi : Prologue : voir la France à Venise