Zaha Hadid Architects conçoit des chaises imprimées en 3D pour Nagami

Du 17 au 22 avril se tiendra la Design Week de Milan et on sait déjà qu’on y verra des créations de l’agence Zaha Hadid Architects. Après son décès aux Etats-Unis il y a deux ans, la femme architecte urbaniste, d’origine irakienne, maintes fois primée a laissé son nom à l’entreprise Zaha Hadid Architects. Lors du prochain salon du meuble milanais, ses successeurs présenteront des  chaises avant-gardistes réalisées en impression 3D et lancées par Nagami.

Bow par Zaha Hadid Architects

Nagami est une nouvelle société espagnole spécialisée dans la conception informatique et l’impression 3D à grande échelle. Pour l’occasion, elle s’est associée à des vétérans du design pour donner vie à des chaises imaginatives avec pour mot d’ordre « Brave New World ». Les fauteuils imaginés par Zaha Hadid Architects se démarquent tout particulièrement et s’inscrivent dans une nouvelle ère de la technologie.

Bow par Zaha Hadid Architects

«Nous créons des produits, qui jusqu’à présent, étaient en attente de la bonne technologie pour pouvoir être réalisés : non seulement ces objets que vous pouvez toucher, vous procurent aussi un sentiment et une expérience dans le cadre de leur environnement», affirme Manuel Jimenez Garcia, fondateur de Nagami.

Bow par Zaha Hadid Architects
Bow par Zaha Hadid Architects

Les pièces sont le résultat d’une recherche approfondie de la firme d’architecture sur l’impression 3D et le matériel d’expérimentation. 

Bow par Zaha Hadid Architects
Bow par Zaha Hadid Architects

Fruits de cette recherche, «Bow»  et «Rise» seront les vraies stars de l’exposition. Entièrement confectionnées à partir de ce procédé révolutionnaire, ces deux chaises aux formes complexes et organiques, ont été imprimées sur des particules plastiques PLA, biodégradables et compostables.

Rise par Zaha Hadid Architects
Rise par Zaha Hadid Architects
Rise par Zaha Hadid Architects
Rise par Zaha Hadid Architects
Rise par Zaha Hadid Architects
Rise par Zaha Hadid Architects
Rise par Zaha Hadid Architects

Imprimées avec une extrudeuse de pellets (ce qui signifie que des particules de plastique sont utilisées plutôt que des filaments) et colorées de manière adaptative, ces chaises ont des allures de sculptures du future.

Robotica TM de Ross Lovegrove
Robotica TM de Ross Lovegrove
Robotica TM de Ross Lovegrove
Robotica TM de Ross Lovegrove

Une autre pièce hautement adaptable de la collection est l«Robotica TM» de Ross Lovegrove. Combinant la botanique à la robotique, le siège inspiré de la nature, à 360 degrés, peut servir de table résistant à la chaleur et remplir d’autres fonctions auxiliaires à la maison.

L’éplucheur par Daniel Widrig
L’éplucheur par Daniel Widrig

Imprimé en 3D en une seule coquille de 7 mm d’épaisseur en quelques heures, « L’éplucheur » noir et ondulé de Daniel Widrig est une prouesse de la fabrication additive. Beaucoup moins de temps de réalisation, moins de gaspillage de matériaux, « L’éplucheur » ne considère pas seulement la forme de l’homme qui va s’asseoir dans la chaise, mais aussi le bras robotique qui va l’imprimer.

Nagami aura une salle d’exposition dans le quartier de Brera, où les chaises de Zaha Hadid Architects, Ross Lovegrove et Daniel Widrig donneront aux spectateurs un avant-goût de la fusion inédite entre le  design et l’expérimentation robotique. A la suite d’un discours de Patrik Schumacher, directeur de Zaha Hadid Architects, le showroom deviendra un terreau fertile pour de nouvelles idées. Tout au long de la semaine de design à Milan, Ross Lovegrove, Daniel Widrig, Isaie Bloch, Claudia Pasquero, Arturo Tedeschi, et bien d’autres donneront des conférences au showroom Nagami. 

Gallotti & Radice à Milan

Gallotti & Radice à Milan

Né en 1955 d’une passion commune – le verre – Gallotti & Radice explore aujourd’hui de nouvelles combinaisons. La société a présenté au Salon du Meuble 2015 à Milan un logement recevant une succession de meubles intrigants. Canapés et fauteuils revêtus de velours ou de daim, bibliothèques murales structurées de cuivre, tables basses rehaussées de grands bols de laiton poli, et luminaires aux sphères en verre soufflé confèrent un caractère insolite au lieu. Cette collection allie expérimentation et artisanat grâce à des collaborations avec des designers de différents horizons. Parmi eux, Gabriele et Oscar Buratti, Carlo Colombo, Luca Nichetto …

HaumeaNotamment, on découvre au premier plan une table basse de Massimo Castagna. Le plateau circulaire en verre trempé de 10 mm est en porte à faux sur un piétement tubulaire décentré qui semble transpercer la table. Composé de différentes strates de matériau ou d’un matériau unique – laiton brillant, brossé ou bruni, cuivre ou métal chromé noir – le socle se termine en formant un récipient creux dont la base en miroir reflète le métal doré. Jumelés ensemble, les matériaux réinterprètent le thème du luxe tout en conférant à la table basse une forte présence graphique. Légère et élégante, la table se décline dans différentes hauteurs, de 33 à 56 cm, et dans différents diamètres allant de 50 à 120 cm offrant de fait une variabilité d’utilisations. Très séduisantes seules, elles auront encore plus d’allure à deux.

Ainsi, la nouvelle proposition Gallotti & Radice suggère une harmonie inédite grâce à un choix de matériaux astucieux.

Courtesy Gallotti & Radice