Oscar Niemeyer, l’architecte moderne du Brésil

Oscar Niemeyer est un architecte et designer brésilien né en décembre 1907 à Rio de Janeiro. Il décède 104 ans plus tard, en décembre 2012. Figure du mouvement moderne en Amérique du Sud, son travail est récompensé par l’obtention du Pritzker Price en 1988.

 

oscar_niemeyer_réalisations_brasilia_bresil_creation_urbanisme_architecture_portrait_archicree_
Portrait de l’architecte Oscar Niemeyer

En 1929, il intègre l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Rio de Janeiro. Il obtiendra son diplôme en architecture 5 ans plus tard, en 1934. Il grandit à l’époque où le mouvement moderne est en pleine croissance en Europe et en Amérique du Nord. Malgré un enseignement très classique, son admiration se porte sur le travail de Le Corbusier, de Mies Van de Rohe, ou encore celui de l’architecte américain Franck Lloyd Wright. Il travaille ensuite pour le cabinet de Lucio Costa, architecte brésilien inspiré par le mouvement moderne. Cette architecture n’a que très peu dépassée les frontières du Brésil à ce moment-là. Oscar Niemeyer décide donc de l’adapter aux conditions tropicale de son pays. En 1900, il réalise l’église Saint-François-d’Assise, dont les coques de béton font sensation. Durant toute sa carrière, il explorera les caractéristiques et les possibilités qu’offre le béton armé.

 

oscar_niemeyer_réalisations_brasilia_bresil_creation_urbanisme_architecture_portrait_archicree_eglise_saint_françois_d_assise
Eglise Saint François d’Assise – Belo Horizonte, Brésil
Oscar Niemeyer

Quelques années plus tard, il travaille en binôme avec Monsieur Costes pour la création de la ville de Brasilia, inaugurée en 1960. Ce projet de taille gigantesque permettre à l’architecte de gagner une reconnaissance internationale. Il y réalisera de nombreux bâtiments emblématiques de la ville, comme la Cathédrale de Brasilia en 1970, le Musée de Brasilia ou encore le Palais de l’Aurore.

 

oscar_niemeyer_réalisations_brasilia_bresil_creation_urbanisme_architecture_portrait_archicree
Palais de l’Aurore, Brasilia
Oscar Niemeyer

Bien qu’inspiré par le mouvement moderne, dont la figure de prou reste Le Corbusier, Oscar Niemeyer s’en détachent en favorisant les lignes courbes et sensuelles, qu’il préfère aux angles droits « qui divisent ». Le béton reste pourtant son matériaux de prédilection. Il le travaille, le sculpte, lui donne des formes audacieuses. En 1960, il s’exile en France où il réalisera entre 1978 et 1982 l’Espace Niemeyer, composé du célèbre « Volcan » et de la « Maison de la Culture » ! Il retourne par la suite au Brésil, mais son travail marquera de nombreuses ville, comme à Royan où l’architecture de bord de mer s’inspire de ses réalisations. Il travaillera jusqu’à son dernier souffle : à l’âge de 101 ans, il réfléchissait encore à l’aménagement des quais du Havre…

 

oscar_niemeyer_réalisations_brasilia_bresil_creation_urbanisme_architecture_portrait_archicree_le_havre_volcan_maison_de_la_culture_espace_niemeyer
Le Volcan, le Havre
Oscar Niemeyer

 

 

Anne Vanrapenbusch

Quand Oscar Niemeyer créait Brasilia de toutes pièces…

Quand Oscar Niemeyer créait Brasilia de toutes pièces…

 

Le 21 avril 1960, le gouvernement brésilien annonce son souhait de créer une nouvelle capitale. En effet, deux villes se disputaient ce statut : Rio de Janeiro en tant que capitale politique et culturelle, et São Paulo, capitale économique. Au lieu de trancher pour l’une ou l’autre, Juscelino Kubitschek, président du Brésil à l’époque, propose de créer Brasilia. Son emplacement géographique est stratégique, et a pour but de décentrer l’activité du pays, qui se tenait majoritairement sur les côtes. En quatre ans seulement, l’architecte et urbanisme Oscar Niemeyer, épaulé par l’urbaniste Lucio Costa, va concevoir et faire naître une ville fonctionnaliste, sous l’influence du mouvement moderne des années 1930.

Ensemble, Lucio Costa et Oscar Niemeyer établissent donc le plano piloto de la ville de Brasilia.  Cette planification urbaine se décompose en plusieurs étapes, qui permettront de structurer les besoins de la ville naissante,  ainsi que les grandes étapes de construction. Dans un premier temps, il s’agit de créer les infrastructures, les routes, ainsi que d’amener l’eau et l’électricité dans une zone inhabitée.

Représentation-de-lidée-de-base-de-Brasilia.-Dessin-dOscar-Niemeyer
Croquis d’intention pour la ville de Brazilia
Dessin d’Oscar Niemeyer

 

La ville se développe ensuite de manière stratégique, autour de deux axes : l’Eixo Rodoviário du Nord au Sud et l’Eixo monumental de l’Est à l’Ouest, limité à l’Est par un lac artificiel, créé pour assainir la ville. Conçue pour 500  000 habitants, Brasilia se développe finalement bien au delà de ses limites, engendrant la création de villes satellites. Celles-ci sont vite débordées et ne respecteront pas forcément les plans urbains prévues. Aujourd’hui, l’agglomération ne compte pas moins de 3,5 millions d’habitants.

Lucio Costa et Oscar Niemeyer définissent précisément l’emplacement des bâtiments et des infrastructures. L’élaboration du Plan Pilote est largement inspirée du mouvement moderne et de la Charte d’Athènes. Ainsi, les secteurs géographiques sont délimités en fonction des activités, et celles ci sont reliées par les axes de transports. Chaque secteur à son lieu dédié dans la ville. L’utopie sociale du mouvement moderne induit une répartition égalitaire en terme de logement : les résidences sociales côtoient celles plus aisées, dans un cadre sécurisé et arboré.

eixo rodoviário_brasilia_axe_planification_urbaine_niemeyer
Vue aérienne de la ville de Brasilia

 

La ville se développe de manière presque symétrique autour de l’axe Est-Ouest. A son extrémité, le plan d’urbanisme prévoit l’emplacement de la Place des Trois Pouvoirs. C’est le lieu de décision du pouvoir exécutif, législatif et judiciaire. Elle dirige la ville, c’est pourquoi elle se trouve symboliquement à la tête de l’avion qui peut être imaginé lorsque l’on regarde la ville depuis les airs.

Malgré un travail en duo, on retient plus facilement le nom d’Oscar Niemeyer car il est à l’origine de nombreux bâtiments construits dans la capitale dans les années qui suivirent sa création. Il s’agit aussi bien d’édifices politiques, religieux, ou encore culturels. Parmi les plus emblématiques, on retrouve la Cathédrale de Brasilia construite en 1970, le Palais de l’Aurore, qui est la résidence principale du Président de la République fédérative du Brésil, ou encore le Musée de Brasilia. Ces trois édifices sont influencés par les codes du mouvement moderne, tout en étant emprunts de la culture brésilienne.

brazilia_monuments_maison_de_l'aurore_bresil_oscan_niemeyer brazilia_monuments_musée_de_brazilia_bresil_oscan_niemeyer brazilia_monuments_cathédrale_de_brazilia_bresil_oscan_niemeyer

 

Brasilia est une ville nouvelle, elle n’a pas un siècle d’âge. Aujourd’hui, le plano piloto de la ville est classé au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, depuis 1987, à peine 30 ans après sa création.  Elle est une ville qui permet d’observer un patrimoine architecturale de renom, mais qui rencontre des problématiques face à une croissance démographique importante et une importante population pauvre. L’utopie moderniste aura-t-elle suffit à ralentir ce phénomène ? Quelles solutions pour un avenir plus radieux pour ces populations ? La question reste entière.

Anne Vanrapenbusch