Felice Varini : S’amuser avec la rigueur corbuséenne

Felice Varini : S’amuser avec la rigueur corbuséenne

Après Xavier Veilhan, dans le but de prendre la mesure du lieu, Daniel Buren afin de le maîtriser, Dan Graham dans l’optique de le démultiplier, le designer propriétaire du MaMo (pour Marseille Modulor) Ora Ito a invité Felice Varini à s’emparer du toit corbuséen.

Connu pour son travail sur l’utilisation de la perspective italienne, son œuvre interroge le génie du lieu dans lequel il intervient. Le toit de l’unité d’habitation de Marseille relève du défi pour l’artiste tessinois. Même si c’était une première pour lui de monter sur le toit de « la maison du fada », le Parisien d’adoption, a mis en place son protocole habituel. D’abord il déambule dans les différentes espaces du lieu, repère tel ou tel matériau, se documente sur son histoire. Ensuite il utilise son corps et la hauteur de ses yeux comme étalon pour déterminer le (ou les) points de vue. A Marseille, trois points de vue ont été choisis. Tels des meubles, plusieurs volumes architectoniques peuplent le toit. Pensées à l’échelle de la vue panoramique sur la métropole, les microarchitectures ne rendent pas la tâche facile. Avec discernement Felice Varini a opté pour trois « points de lecture ». Celui aux bandes jaunes se place sur la terrasse devant la façade principale du gymnase. L’autre aux aplats rouges est à l’opposé, côté école et bassin. Le troisième se situe à l’intérieur du gymnase et entremêle le jaune et le rouge. Juste après avoir fermé la porte qui donne sur le toit-terrasse et avoir effectué un 360° degré, aspiré par la lumière qui l’entoure, le visiteur essaie immédiatement de trouver l’emplacement idéal pour comprendre et lire la peinture murale « parfaite ». Cette quête de compréhension et de pureté absolue du point de vue est certainement à mettre sur le compte de notre aliénation volontaire à la perspective albertienne. Tout le travail de Varini aspire à détruire cette convention. Il souhaite nous emmener ailleurs, dans la multitude, la fragmentation, pas dans l’unique ni la pureté.

Christophe Le Gac

 

Retrouvez ce reportage dans CREE 377 Habiter / Intérieurs, en kiosque le 29 juillet 2016

 

Felice Varini, A ciel ouvert, MaMo, Centre d’art de la Cité Radieuse, 280 Boulevard Michelet, 13008 Marseille

Agenda : A ciel ouvert, Felice Varini au MaMo

Via Intramuros : Les jeux graphiques de Felice Varini au MaMo à Marseille

https://mamo.fr

 

Ora Ito signe le design d’un tramway à Nice

Ora Ito signe le design d’un tramway à Nice

En lien étroit avec l’équipementier Alstom, Ora Ito a dessiné les rames qui équiperont la ligne 2 du tramway de Nice. Sans câble ni caténaire, elle reliera le port à l’aéroport en une vingtaine de minutes d’ici fin 2018-début 2019.

Issu d’une famille niçoise, Ora Ito a grandi entre Marseille, Nice et le Var. Il a réalisé trois propositions de tramway, soumises au vote des Niçois. 44% des 15 000 participants ont choisi la version Ocre, dévoilée le 22 février par le maire de la ville, Christian Estrosi. C’est une déclinaison du projet “La vie en bleu” (non retenu), qui rendait hommage à l’artiste Yves Klein, natif de Nice, où s’est tenu en 1961 le premier Festival du Nouveau Réalisme, mouvement qu’il a créé avec Pierre Restany en 1960 et qu’ont rejoint Arman, César, Niki de Saint-Phalle… Ora Ito avait utilisé deux des trois couleurs principales de Klein : l’or et le bleu.

Projet La vie en bleu. Ora Ito
Projet La vie en bleu (non retenu). Ora Ito

Le projet Ocre possède la même forme, mais fait écho à la chaux colorée des façades niçoises, à l’italienne, comme les emblématiques place Massena et villa Matisse, datant du 17e siècle. Le rouge ocre est rehaussé de bandes noires. Elles encadrent les larges surfaces vitrées (40% de plus que pour les modèles précédents), et cadencent chaque rame d’un rythme graphique et signalétique. Le laquage métallisé permet de refléter les façades dans le mouvement du tram. Ora Ito a dessiné l’intérieur, le capotage et l’avant du tramway. Sa spécificité porte sur l’absence de ligne aérienne de contact, excepté dans la partie en tunnel. Le tramway bénéficiera en effet d’une solution innovante de recharge statique par le sol.

Tramway Ocre d'Ora Ito pour Nice
Tramway Ocre d’Ora Ito pour Nice

Dernier né de la gamme Alstom, le tramway Citadis X05 bénéficie d’éclairages à LED pour une lumière douce et homogène, de larges sièges individuels adaptés par Ora Ito pour le tramway niçois et d’écrans extra-larges. Chaque rame de 44 mètres peut accueillir 300 voyageurs. Leur accessibilité est renforcée grâce à un système de double-portes.
La livraison des premières rames est prévue à l’été 2017 pour une mise en service fin 2018-début 2019 sur la ligne 2 qui reliera en 23 minutes le port à l’aéroport. Le marché global des 19 rames commandées et des installations de recharges en énergie s’élève à 91 millions d’euros.

Avant du tramway Ocre. Ora Ito
Avant du tramway Ocre. Ora Ito
Avant du tramway Ocre. Ora Ito
Vue latérale du tramway. Ora Ito

Astrid Avédissian