Global Award 4/6 : Terre à terre

Global Award 4/6 : Terre à terre

GASA_Patrice-Doat_Grenoble
ENSAG, semaine intensive. Etudiants de première année et leur projet de chapeaux @ ENSAG

Patrice Doat, Grenoble, France

Patrice Doat, dont le nom est associé au laboratoire de recherche CRAterre, fait son show. Il nous arrive tout droit de l’école de Grenoble accompagné d’une foule d’étudiant en délire. Il revendique une pédagogie ouverte, innovante et même libératoire où les savoirs se décloisonnent. Postulant que l’acte de construire est plus important que son résultat, il enseigne par le faire. L’architecte développe une pédagogie active où la créativité se fait par l’expérimentation. Les élèves sont « malmenés, déstabilisés » dès la première semaine de rentrée, selon les mots de l’enseignant. Une série d’exercices inattendus et très rapide les attend. Il leur faut dessiner le plan, la coupe, la façade de la Cathédrale Notre-Dame en 5 minutes, de même pour les 7 Merveilles du monde. Peut-être trouverez-vous la forme à la fois tangente à un cercle, un triangle et un carré ; simple exercice de géométrie descriptive. Mais essayez donc de retourner un œuf ? Une pédagogie de l’impossible où tout devient possible !

GASA_Patrice-Doat_Grenoble_ENSA
La maison de Mari (Mésopotamie, -3000 av. J.C.). Réalisation par les étudiants d’un habitat et d’une architecture qui met en espace le plan du cercle, du carré et du triangle @ DR

Les élèves redoubleront d’ingéniosité pour fabriquer une machine à lancer un œuf sans le casser – ce bien-aimé œuf – ou pour produire une brique sans terre. Leurs couvre-chefs seront fait d’architecture en carton, tandis que leurs corps appréhenderont l’espace dans les ateliers de l’Isle d’Abeau. Si Patrice Doat est connu pour avoir co-fonder CRAterre en 1979, lieu de recherche et de transmission sur la construction et l’architecture de terre, il a aussi le mérite d’avoir ouvert en 2001 les Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau, dédiés aux étudiants, lieu où les idées constructives peuvent prendre taille réelle. Encore une manière pour l’enseignant de développer sa théorie architecturale du processus, où le temps continu du « penser » et du « faire » est plus constituant que la livraison du produit.

GASA_Patrice-Doat_ENSA_Grenoble
La maison de Mari (Mésopotamie, -3000 av. J.C.). Réalisation par les étudiants d’un habitat et d’une architecture qui met en espace le plan du cercle, du carré et du triangle @ DR

Théorie qu’il développera prochainement dans un Traité de la pédagogie et de la créativité architecturale par l’expérimentation. Patrice Doat a su renouveler une discipline à partir de son matériau le plus archaïque, la terre. En éprouvant la matière, il a su faire de l’écologie le ressort d’un renouvellement des paradigmes de l’architecture et de son environnement.

Amélie Luquain

 

Courtesy Cité de l’Architecture et du Patrimoine

 

Global Award for Sustainable Architecture : 1/6

Global Award for Sustainable Architecture : 1/6

Lundi 09 mai 2016, s’est tenu à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine le symposium des Global Award for Sustainable Architecture 10th, lors duquel ont été remis les prix aux 5 lauréats : l’agence thaïlandaise Case Studio, fondée par Patama Roonrakwit, pour son approche des milieux défavorisés ; les architectes d’East Coast, Derek Van Heerden & Steve Kinsler, en Afrique du Sud, pour leurs microcosmes formateurs ; le français Patrice Doat, co-fondateur de CRAterre, pour sa pédagogie de l’impossible ; Gion Antoni Caminada, de Suisse, pour sa réflexion critique sur la matière habitée ; et enfin le japonais Kengo Kuma, pour une innovation continue de la culture constructive. Retour sur le déroulement de ce symposium.

GASA_KengoKuma
Kengo Kuma, Memu Meadows, maison expérimentale, Hokkaido, 2011 @ Kengo Kuma & Associates

Fondé en 2006 par le Fonds Locus et son partenaire culturel la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, les Global Award for Sustainable Architecture récompensent chaque année 5 architectes internationaux pour leur démarche innovante, partageant le même souci des enjeux environnementaux. Le prix soutient des architectes ayant décidé de sortir des rangs pour penser leur discipline autrement, des rebelles*, dirait Jana Revedin, présidente-fondatrice de Locus et membre du comité scientifique du prix au coté de Marie-Hélène Contal, également directrice du développement culturel à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine.

GASA_CaseStudio
Rénovation du bidonville du marché de Minburi, Bangkok, Thaïlande, 2009 @ CASE Studio

Cette année, le prix a eu pour thématique le Temps : « Qui va piano va sano », avec un temps considéré comme ressource d’une économie durable, a contrario d’une économie productiviste pour laquelle on pourrait utiliser la maxime « le temps, c’est de l’argent ».

GASA_PatriceDoat
ENSAG, semaine intensive. Etudiants de première année et leurs projets de chapeaux @ ENSAG

Parmi les lauréats, certains exerçant dans des pays émergents quand d’autres font déjà parti de la  « Ligue » des architectes reconnus (selon les termes des organisateurs), émanent plusieurs thématiques. D’une part, l’immersion. Immersion dans un milieu social, dans une communauté, qu’elle soit ethnique ou culturelle, mais aussi dans un territoire géographique donné, circonscrit, un village en Suisse ou une région rurale en Afrique-du-Sud. D’autre part, la transmission, qu’elle soit liée à un enseignement pédagogique ou à l’enseignement par l’architecture. Une transmission qui doit permettre l’auto-développement et la responsabilisation de chacun. Des pratiques qui se font dans le temps. Bien entendu, l’utilisation de matériaux écologique est de rigueur, poussé par une redécouverte du vernaculaire.

GASA_Caminada
Maison forestière à Domat-Ems, Suisse, 2013 @ Emeline Curien

Au-delà de ça, ce que l’on retiendra avant tout est qu’il faut laisser à la précarité sa richesse et s’inspirer de ses innovations. Regain d’optimisme. Mais pris de l’autre coté, au négatif, ces exploits architecturaux ne sont que la dénonciation d’une société lassée des réglementations et des systèmes, où la solitude de l’homme moderne devient pesante et où le désir d’export montre la nécessité de s’en aller, pour aller conquérir d’autres cités. A l’aube de sa dixième édition, il semble que le temps des Global Award s’essouffle…

GASA_EastCoast
Vele Secondary School, Vhembe District, Limpopo, Afrique du Sud, 2005 @ ECA

*in La Ville rebelle, Editions Alternatives, 2015

Amélie Luquain

 

La présentation des lauréats à découvrir tout au long de la semaine

Courtesy Cité de l’Architecture et du Patrimoine