La plus haute tour d’Australie sera signée UNStudio

La plus haute tour d’Australie sera signée UNStudio

Beulah International a annoncé hier que « Green Spine », la proposition soumise par UNStudio avec Cox Architecture, a été désignée comme projet lauréat de son concours pour concevoir Southbank by Beulah, une tour à usage mixte de plus de 2 milliards de dollars située au coeur de Melbourne en Australie.

Dans le cadre de la refonte de Southbank, six des plus célèbres studios d’architecture au monde se sont affrontés pour proposer une vision novatrice de ce quartier de Melbourne : BIG , OMA, UNStudio, MAD ArchitectsMVRDV et Coop Himmelb(l)au.

Ben van Berkel de l‘agence UNStudio a déclaré :  » Nous sommes ravis que notre conception ait été retenue comme proposition gagnante pour ce projet très excitant! Pour que notre proposition soit sélectionnée par Beulah – un développeur aussi tourné vers l’avenir – et des candidatures d’un groupe aussi exceptionnel nos pairs sont un véritable honneur. Dès le départ, nous avons travaillé avec une équipe fantastique de placemakers culturels, de consultants en développement durable , de paysagistes, d’artistes et d’ingénieurs pour réaliser un design totalement intégré. 

La directrice exécutive de Beulah International, Adelene Teh, a quant-à elle ajouté que « Le Green Spine a montré le travail d’une équipe de collaborateurs forte et multidisciplinaire qui constitue une approche audacieuse mais approfondie pour créer un point de repère axé sur le contexte en complément de l’horizon de Melbourne. Dans ses détails, le projet affiche une forte intention d’aménagements publics et privés bien pensés et, au niveau de la rue, la proposition présente des qualités qui transformeront véritablement le domaine public en érodant les limites qui prévalent à Southbank .  »

Caroline Bos:  » Je ne pouvais pas me sentir plus heureux en ce moment. La compétition était incroyablement inspirante. Je voudrais féliciter tous les architectes pour leurs designs fantastiques et Beulah et toutes les parties impliquées dans la course et le jugement de la compétition. Je tiens à vous remercier de tout cœur pour la confiance qui nous a été accordée. Nous attendons avec impatience les prochaines étapes et contribuerons à une meilleure Southbank et plus largement à Melbourne avec notre Green Spine. »

Green Spine – Une ville dans une ville

La proposition conçue par UNStudio pour cette nouvelle tour australienne vise à établir une nouvelle destination pour le quartier de Southbank et la ville de Melbourne. Le projet est intégralement organisé autour d’un Big Detail: une «colonne vertébrale» constituée de plates-formes, de terrasses et de vérandas en réseau vertical. Offrant une vue poreuse sur la ville,  il entretient des liens contextuels avec son environnement urbain, tandis que les résidences, les bureaux et l’hôtel bénéficient d’une lumière naturelle accrue et d’un accès aux espaces extérieurs.

L’orientation de la colonne vertébrale permet en outre une extension du domaine public sur le podium, la continuation des espaces verts sur les tours et facilite l’orientation vers la CDB et le jardin botanique au sommet des tours.

La plus grande des deux tours sera entièrement résidentielle et atteindra une hauteur de 356,2 mètres. Cette tour abritera un jardin accessible au public à son sommet. La tour inférieure s’élevant à 252,2 mètres du sol accueillera un espace hôtelier et commercial.En plus d’être pleinement intégré au réseau existant composé de sites culturels, de divertissement, de loisirs et commerciaux, le design du projet propose un bâtiment à usage mixte avec une variété de programmes et de connectivités, devenant ainsi une ville en soi.

L’épine verte

Ben van Berkel:  » En plus de fournir aux tours une silhouette sculpturale et torsadée, la colonne vertébrale est un élément architectural qui intègre une multitude de fonctions dans un geste fluide . »


La colonne vertébrale prolonge le boulevard Southbank et agit comme un élément fédérateur du bâtiment en ce qui concerne le programme, la culture, le paysage et la durabilité. En plus de divers équipements, tous les programmes sont liés à la colonne vertébrale.

Podium à usage mixte

La proposition de l’agence était motivée par les concepts de convivialité, de propriété conjointe et de libre accès pour les résidents locaux et la communauté au sens large. L’équipe a donc pensé cet espace non seulement pour être accessible et adapté aux utilisateurs du bâtiment, mais également pour les personnes – et les visiteurs – de Melbourne. À cette fin, le podium et son parc public sur le toit sont réservés au public. Sur le podium se trouvent une place de marché, des espaces de vente au détail et de divertissement et un centre d’expérience @BMW.

L’entrée du marché est un espace ouvert perméable invitant les visiteurs et les résidents. Les espaces de vente au détail ont leur propre accès unique aux balcons et aux terrasses, ce qui permet aux acheteurs de s’impliquer dans un environnement différent de celui des centres commerciaux ou des rues typiques.

La connexion entre le niveau du sol se fait par des escaliers et des plates-formes, conduisant les visiteurs le long du programme de vente au détail et de divertissement et se fondant finalement dans le jardin public au sommet du podium.

Six géants de l’architecture en compétition pour redessiner la skyline de Melbourne

Six géants de l’architecture en compétition pour redessiner la skyline de Melbourne

Dans le cadre de la refonte de Southbank, six des plus célèbres studios d’architecture au monde ont été sélectionnés pour proposer une vision novatrice de ce quartier de Melbourne : BIG , OMA, UNStudio, MAD Architects, MVRDV et Coop Himmelb(l)au. Avec l’ambition d’être conçu comme «un environnement à la fine pointe de la technologie et à vocation mixte» axé sur l’innovation en architecture et en design, le projet de 2 milliards de dollars sera le plus important projet en une phase de l’histoire de Victoria, en Australie.

Tours en torsion, blocs entrelacés, quartiers empilés … les six projets présélectionnés et révélés lors d’un symposium public  qui s’est déroulé le 27 juillet dernier se positionnent tous sur le site BMW Southbank de 6 000 mètres carrés.

Le projet lauréat s’inscrira comme un mélange de fonctions commerciales, hôtelières, résidentielles, commerciales, culturelles et publiques, qui seront développées par les spécialistes immobiliers de Melbourne. Après avoir été choisies en Avril, les six agence n’ont eu que quelques mois pour développer le concept de ce projet. Les dessins seront exposés au Pavillon Beulah à Melbourne jusqu’au 1er août, avec l’annonce du  gagnant attendu au cours de ce même mois.

« The Lanescraper » de  BIG – Groupe Bjarke Ingels /  Fender Katsalidis Architects

Le « Lanescraper » comporte deux blocs, qui s’emboîtent créant une connexion rigide entre les espaces et formant ainsi une séries de ruelles. Atteignant une hauteur de près de 360 ​​mètres, le projet propose une gamme de commodités résidentielles, commerciales et culturelles, y compris des bureaux, des appartements avec services et une bibliothèque. Un « auditorium concentrique à deux niveaux » est également proposé pour accueillir plus de 3000 personnes, ainsi qu’un « centre d’expérience BMW » occupant quatre niveaux, reliés par un vide central et un ascenseur de voiture.

« The Beulah Propeller City » de Coop Himmelb (l) au  /  Architectus

« The Beulah Propeller City » est une ville verticale de 335 mètres de haut divisée en quatre fonctions: podium public, bureau, hôtel et tour d’appartements. Le programme comprend 18 étages d’espaces commerciaux et publics à usage mixte, y compris des espaces d’exposition, des cinémas et des studios d’enregistrement. Cet hôtel de 15 étages dispose d’une terrasse avec jardin d’hiver, d’une piscine et d’une forêt tropicale humide.

« Urban Tree » par  MAD Architects /  Elenberg Fraser

« Urban Tree » dispose de petits contreforts verts menant à un « village de montagne » comprenant une aire de jeux pour enfants, des œuvres d’art publiques et une fontaine d’eau.  43 étages résidentiels et 24 étages d’hôtels cohabitent dans cette tour de 360 ​​mètres de haut. Le programme comprend également un auditorium de 1 200 places, une salle de concert de 800 places, une bibliothèque, un cinéma et des bureaux. L’originalité du projet réside dans « The Cloud », un espace public d’agrément de 317 mètres de haut dans le ciel, offrant des panoramas à 360 degrés de Melbourne . « The Cloud » change d’aspect en transitions diurnes, illuminées par un spectacle de LED.

« Stack » par  MVRDV /  Woods Bagot

« Stack » est un gratte-ciel de 359 mètres de haut comprenant « des quartiers empilés reliés de bas en haut et vice versa par des ascenseurs, des escaliers et des escaliers mécaniques pour créer une ville verticale interconnectée. » Chacune des barres verticales du système contient une fonction unique. Au centre du bâtiment, une piscine entourée d’un amphithéâtre, de terrasses et d’escaliers, tandis qu’un jardin tropical sur le dessus de l’hôtel offre des vues sur la ville.

OMA  /  Conrad Gargett

Le projet imaginé par OMA et Conrad Gargett met l’accent sur la base du bâtiment, plutôt que sur sa couronne, en s’inspirant des arcades historiques de Melbourne et des marchés voûtés. La base se compose d’une ville verticale à usage mixte, ouverte 24h / 24 et 7j / 7, dominée par des éléments culturels, commerciaux, éducatifs et sociaux, et traversée par de grands escaliers mécaniques et des ruelles. Au-dessus de la ville verticale, le programme comprend des espaces de bureaux commerciaux, un hôtel, des résidences et des équipements de soutien. La fonction résidentielle est située au sommet de la tour, maximisant les vues sur la ville et la lumière du jour.

« Green Spine » par  UNStudio /  Cox Architecture

« Green Spine » se compose de deux tours de verre en torsion. La première tour, destinée à un programme résidentiel et couronnée par un futur jardin botanique accessible au public s’élève à 356 mètres, tandis que la seconde, accueillant un hôtel et des bureaux atteint 252 mètres. Envisagé comme une prolongation conceptuelle du boulevard Southbank, le projet prévoit une liaison piétonnière au niveau de la rue jusqu’à un quartier commercial et de divertissement.

UNStudio Asia dévoile son plus récent projet achevé en Chine: le Keppel Cove Marina & le Clubhouse à Zhongshan

UNStudio Asia dévoile son plus récent projet achevé en Chine: le Keppel Cove Marina & le Clubhouse à Zhongshan

Le projet Keppel Cove Marina & Clubhouse a récemment été présenté par UNStudio Asia, une filiale de la célèbre agence néerlandaise. Dirigée par le partenaire responsable Hannes Pfau, UNStudio Asia se compose d’un bureau à Shanghai et d’un autre à Hong Kong. Le nouveau port de plaisance de Keppel Cove est situé à Zhongshan, dans la province de Guandong en Chine sur les rives de la rivière Xi. Le plan directeur de 50 000 m² du projet comprend une marina avec un accès direct à la rivière Xi, un bâtiment de service, des villas résidentielles haut de gamme et des infrastructures de soutien telles que le bâtiment CIQP, un pont, des routes et des digues externes environnantes. Keppel Cove Marina est la première et la seule marina avec un port d’immigration privé dans toute la Chine.

Le clubhouse Marina a été conçu pour vivre une expérience ressemblant à celle d’être sur un yacht, ou une croisière de luxe. Il permet, d’une part, aux usagers de s’offrir une retraite paisible permettant de se déconnecter de la vie quotidienne et d’autre part, il offre des activités d’évasion et d’exploration.

Le concept spatial et architectural du clubhouse se caractérise par la mise en avant d’une identité forte au cœur de ce nouveau développement urbain. Ainsi, le trajet entre l’entrée principale et le pont desservant l’édifice se traduit comme un parcours ponctué de surprises laissant entrevoir tantôt l’eau ou les bateaux.

Une approche dichotomique a été adoptée pour la conception du pont terrestre et maritime. En effet, un contraste visuel a été mis en oeuvre avec du côté de la terre, un paysage sculptural se dévoilant au fur et à mesure que l’on se rapproche du clubhouse, du côté de l’eau une façade distincte et ouverte accueillant les marins tout en jetant un reflet chatoyant sur l’eau.

La forme du bâtiment, tout comme le paysage environnant, a été pensée sur la base des voies d’accès principales menant au clubhouse, en combinant les points de vue les plus attrayants. Dans une transition douce, les espaces rayonnent vers l’extérieur, loin du nœud d’infrastructure principal à la base de la «tige» (le pont). Le fruit de cette conception en forme d’éventail comprend une large façade permettant de profiter au maximum de la vue de la marina, tout en guidant les usagers à leurs diverses destinations.

De grands espaces en forme d’entonnoirs ouverts traversent le bâtiment et génèrent des connexions verticales au moyen d’escaliers destinés à circuler et flâner entre les niveaux.

Ces espaces entonnoirs créent une forte relation intérieur-extérieur grâce aux vues qu’ils offrent sur le paysages. De plus, ils permettent, durant les périodes plus chaudes, de rafraîchir le lieu grâce à une ventilation transversale naturelle.

Ben van Berkel: « La façon dont le vent est guidé à travers le bâtiment afin de refroidir l’intérieur est également métaphoriquement articulée dans la conception. Dans les entonnoirs de vent internes, c’est presque comme si vous pouviez voir le vent tourbillonner dans l’architecture qui vous entoure. « 

Une grande lucarne ainsi que des ouvertures situées à l’Est et l’Ouest du bâtiment permettent à la lumière naturelle de pénétrer à l’intérieur des espaces, créant une atmosphère confortable et offrant un jeu constant d’ombre et de lumière. Par ailleurs, dans ces espaces, les finitions en panneaux de bois font référence aux yachts de luxe qui sont amarrés à proximité.

Les façades de l’édifice se composent, pour la plupart, de panneaux d’aluminium de couleur bronze, souvent utilisé dans l’architecture navale, cette teinte bronze souligne la douceur et la fluidité de la géométrie du bâtiment.

La façade donnant sur le front de mer est majoritairement vitrée et comprend plusieurs balcons. Les sous faces du toit et les balcons sont recouverts de miroirs ressemblant à des reflets scintillants sur la surface de l’eau.

En tant que centre d’activités maritimes, le port de plaisance offre diverses possibilités d’interactions sociales, d’affaires, de loisirs et de bien-être. C’est pourquoi le programme se compose entre autres de nombreux restaurants, d’un espace réservé aux membres, d’un spa, d’une salle de sport et de plusieurs chambres.

Le pont constitue la principale voie d’accès menant au pavillon. Les itinéraires pour piétons et véhicules sont séparés en mettant l’accent sur l’expérience des piétons. Ainsi, le niveau des piétons est situé en dessous de la voie pour les automobiles afin d’être protégé des fumées et du bruit des voitures. Enfin, le pont dispose de plusieurs plates-formes pour se reposer ou s’attarder au-dessus de la digue. La main courante du pont se transforme en une zone de sièges tandis que la rampe de la voie consacrée aux véhicules devient une canopée.

Photographies et vidéo de Tom Roe.

UNStudio conçoit le téléphérique d’IJbaan: une connexion de transport public rapide, écologique et évolutive à Amsterdam

UNStudio conçoit le téléphérique d’IJbaan: une connexion de transport public rapide, écologique et évolutive à Amsterdam

UNStudio a achevé la conception de l’IJbaan: le futur téléphérique d’Amsterdam, commandé par la Fondation IJbaan (Stichting IJbaan). L’IJbaan est une initiative citoyenne «Amsterdammer» populaire, lancée en 2015 par une campagne de crowdfunding menée par Bas Dekker et Willem Wessels et maintenant soutenue par la municipalité d’Amsterdam. Son objectif est de créer une nouvelle connexion à travers l’IJ à l’occasion du 750e anniversaire d’Amsterdam en 2025.

La ligne de tramway d’un kilomètre et demi est une liaison de transport public propre et rapide entre deux zones résidentielles en pleine expansion: Amsterdam-Ouest et Amsterdam-Noord / NDSM. La conception se compose de trois pylônes élancés et deux stations: NDSM Marina sur la rive nord et Minervahaven au sud. Le téléphérique est conçu de manière flexible, de sorte qu’à l’avenir, l’itinéraire peut être élargi pour inclure une troisième station, créant ainsi une connexion avec Hemknoop, Sloterdijk Station ou même Westergasfabriek et Westerpark, en fonction de la croissance et des besoins.

Mobilité unique

La voie du téléphérique s’étend sur un kilomètre et demi et prendra 4,6 minutes pour effectuer un trajet complet à une vitesse moyenne de 21,6 kilomètres par heure. Les cabines de passagers ont une capacité de 32 à 37 passagers, avec des cabines de bicyclettes supplémentaires pouvant accueillir de 4 à 6 vélos.

« Un téléphérique est un système de transport public extrêmement durable. C’est un moyen de transport très rapide et écologique, qui attire les cyclistes, les navetteurs, les étudiants, les résidents et les visiteurs. A Amsterdam, vous constatez un besoin croissant de connexions à travers le JI, avec le nouveau métro et les nouveaux ponts. La ville se développe énormément et un tel «pont aérien» contribue au développement de toute la région. Le transport aérien réduit également la pression croissante sur la circulation et le réseau de transport existant au sol. Ce n’est pas seulement efficace mais aussi amusant. Les gens vont voir et vivre leur ville d’une toute nouvelle manière « , déclare  Ben van Berkel.

Mâts sculpturaux

Pour permettre aux grands navires de passer le long de la voie navigable IJ, les tours varient en hauteur, atteignant 46 mètres à 105 mètres de chaque côté de l’eau, et jusqu’à 136 mètres au milieu. Cependant, les tours sont entièrement conformes aux exigences du patrimoine mondial de l’UNESCO de la capitale néerlandaise. Tout en enrichissant la ligne d’horizon d’Amsterdam, les mâts ne sont pas visibles depuis le célèbre canal du centre-ville d’Amsterdam.

Les trois tours élancées du téléphérique permettront à la zone urbaine dense d’Amsterdam de se développer, tout en respectant le passé de la ville. La forme des tours elles-mêmes fait directement référence au passé industriel robuste d’Amsterdam des ports et des grues de navire. Leur forme sculpturale pataugeant dans l’eau s’efforce d’équilibrer le jeu avec élégance.

Les carrefours sociaux
Les gares de téléphérique ne sont pas seulement conçues comme des carrefours de transport pour les piétons, les cyclistes et les transports en commun, mais aussi comme une destionation en soi. Le Minervastation est conçu comme un nouveau lieu de rencontre pour le quartier occidental en pleine croissance, créant une place urbaine dynamique sur l’eau avec des installations de restauration et de bar. La station marine de NDSM sur la rive opposée fournit un hub de transport pour le hotspot culturel naissant dans le nord, avec un arrêt d’autobus, un stationnement de bicyclette et un point de vue.

Le téléphérique, en tant que moyen de transport, s’inscrit dans la mission d’UNStudio de développer des concepts d’architecture et de design urbain à l’épreuve du futur, rendant le cadre de vie plus sain. La piste s’inscrit également dans l’ambition d’Amsterdam d’être l’exemple européen de l’innovation urbaine, avec un système de transport public «tout électrique» durable, parfaitement lié aux modalités de transport public existantes.

« On s’attend à ce que cette liaison rapide et fréquente entre l’Ouest et le Nord n’ait pas un trafic régulier, mais aura également un effet positif sur le trafic cycliste car elle relie les réseaux existants des deux côtés de l’IJ. ajout intéressant à la ville et la vue du port, contribuant à la propagation du tourisme dans la ville.  » 
Bas Dekker,

Göteborg Cable Car

En tant que concepteur du pont Erasmus à Rotterdam, UNStudio a pour tradition de construire des ponts et de relier les communautés à l’eau. Plus tôt cette année, notre design pour le téléphérique de Göteborg a été choisi comme design gagnant pour célébrer le 400ème anniversaire de la ville. Le nouveau concept de téléphérique comprend une connexion de trois kilomètres entre le centre historique de Göteborg et les nouveaux quartiers de la ville situés de l’autre côté de la rivière. L’achèvement du projet avec six tours et quatre stations est prévu pour 2021. 

Ellipsicoon de UNStudio

Ellipsicoon de UNStudio

L’Ellipsicoon a été conçu par UNstudio dans le cadre de la série de pavillons transportables REVOLUTION PRECRAFTED. Revolution Precrafted Pavilions sont des structures de collection, dont la grande variété de fonctions est conçue pour compléter les espaces existants. Lieu de repos, de retraite et de pleine conscience, l’Ellipsicoon crée une extension nomade et isolée en immersion totale dans la nature.

Intérieur-extérieur, ombre et lumière, ouvert et fermé, l’Ellipsicoon offre un espace tranquille pour des moments solitaires de repos, de lecture ou de contemplation, ou un théâtre de cocon pour la conversation et la communication. Le pavillon Ellipsicoon est un espace pour l’esprit, pour des moments d’évasion éphémère, de rumination ou de simple retour sur soi .

Conçue et développée numériquement, puis tissée à la main par des artisans hautement qualifiés, la surface sculpturale continue du pavillon est construite à partir de brins de polyéthylène haute densité (PEHD) 100% recyclable.

Les côtés incurvés de la structure se rétrécissent vers l’intérieur à mesure qu’ils montent, permettant aux ouvertures arrondies de faciliter les moments d’être simultanément à l’intérieur et à l’extérieur – physiquement et intimement liés aux environnements et à la nature, enveloppés et entourés par les courbes douces et continues du structure tissée.

En franchissant le seuil, l’utilisateur se tient légèrement au-dessus du niveau du sol, après quoi une zone de sièges creux offre un espace fermé et semi-fermé, avec des sièges intégrés qui suivent les contours fluides de l’espace. Ici les ouvertures elliptiques différemment proportionnées encadrent des vues aux environnements tout en fournissant la lumière du jour à l’intérieur.

Ben van Berkel déclare : « Je m’intéresse depuis longtemps à explorer des espaces qui étendent la fonction pour remplacer la réalité du quotidien avec le potentiel d’expériences plus nuancées et réfléchies. L’Ellipsicoon offre un lieu de désengagement temporaire, où les aspects pratiques, les devoirs et les interruptions de la vie quotidienne peuvent momentanément s’estomper et l’imagination peut prendre le relais. « 

UNStudio remporte la compétition pour le nouveau pont de Budapest

UNStudio remporte la compétition pour le nouveau pont de Budapest

En 2017, le gouvernement municipal de Budapest a annoncé un concours international de conception architecturale pour imaginer le design d’un nouveau pont sur le Danube, dans la zone sud post-industrielle de Budapest. La nouvelle route, tram, piéton et passage à vélo est jugée nécessaire pour réduire la congestion routière et accélérer le développement des anciennes zones industrielles au sud du centre-ville. Le concept proposé par UNStudio avec Buro Happold Engineering a été désigné lauréat de cette compétition.

Le nouveau pont de Budapest: en équilibre

Le nouveau pont de Budapest: en équilibre

Conçu comme une porte d’entrée entre Ujbuda et Csepel, le concept d’UNStudio pour le nouveau pont de Budapest met en place un nouveau pont historique dans le paysage de Budapest qui est à la fois contemporain dans la conception et innovateur dans la forme structurale. Le design relie directement le pont à l’ADN urbain de son emplacement, son développement futur et son paysage naissant.
Grâce à une étude attentive du contexte et des proportions, à l’optimisation structurelle, à l’adaptation aux contraintes existantes et à la vision future de Budapest, le pont est conçu pour une expérience urbaine, qui non seulement permet le transport durable entre Ujbuda et Csepel, mais qui s’inscrit aussi comme une passerelle vers la ville.

Echelle urbaine

Échelle urbaine

L’étude d’UNStudio a inclus le paysage, l’urbanisme et la vision d’avenir de Budapest avec un passage à niveau de 500m accueillant des voitures, des tramways, des piétons et des cyclistes.

«D’un point de vue urbanistique, c’est l’entrée la plus réfléchie: le pont serait à la fois un symbole architectural et un paysage urbain, mais en même temps une structure de pont traditionnelle et fonctionnelle qui n’empiète pas sur son environnement. L’éclairage des portails et des jetées permet une vue élégante du soir, digne d’un pont de Budapest. Avec sa structure de pont […], ce pont est statiquement l’une des propositions les mieux conçues […] Aucune structure de passage supérieur n’est utilisée -rampe, ce qui lui permet de se connecter au réseau routier au niveau de la rue Budafoki, ce qui rend la zone autour de l’échangeur de Budafoki beaucoup plus humaine, utilisable et urbaine […] Ceci est exactement le type de solution nécessaire pour soutenir le développement du sous-centre de la ville, et d’étendre le centre de Budapest vers le sud. « , explique le jury.

La proposition vise à amplifier le développement futur de Budapest sur le côté sud de la ville. Des typologies structurelles multiples ont été testées dans le paysage et une configuration appropriée a finalement été sélectionnée, soulignant le caractère de l’emplacement et ses développements futurs.

Selon Ben van Berkel,  « Il était essentiel que le pont soit en harmonie avec Budapest – qui doit beaucoup de sa configuration au paysage environnant – et sa vision future.Il était également important que le pont permette une vue dégagée sous et au-dessus du pont Nous voulions qu’il fonctionne comme une passerelle claire vers la ville, comme un geste de main invitant. »

Un pont à haubans avec une travée principale de 220m offre des vues dégagées à plusieurs niveaux depuis et vers le pont créant un nouveau repère urbain qui souligne le développement du sud de Budapest.

Les pylônes sont fabriqués à partir d’acier et recouverts de peinture blanche à reflet conférant au pont une apparence en constante évolution, grâce à sa capacité à capter les teintes et les tons de l’environnement. Les dernières technologies et matériaux ont été utilisés afin d’améliorer le processus de conception, le coût en capital et le coût total du pont.

Architecte: UNStudio (Ben van Berkel avec Kristoph Nowak et Leon Hansmann, Jay Tsai)
Ingénierie: Buro Happold (Davood Liaghat, Edmund Matters, Anthony Holder, Laura Phillips)
Client: KKBK Kiemelt Kormányzati Beruházások Központja Non lucratif Zrt.
(KKBK Centre des investissements clés du gouvernement à but non lucratif Plc.)
Rendus 3D : VA Render

UNSense, la nouvelle start-up technologique d’UNStudio, pour la création de villes intelligentes axées sur l’humain

UNSense, la nouvelle start-up technologique d’UNStudio, pour la création de villes intelligentes axées sur l’humain

UNSense, une nouvelle start-up technologique basée à Amsterdam, vient d’être lancée par l’agence d’architecture néerlandaise UNStudio. Fonctionnant comme une société soeur indépendante à UNStudio. La firme explorera et développera de nouvelles solutions technologiques pour rendre les bâtiments plus sains et les villes plus intelligentes.

©UNSense / UNStudio

Ces dernière années, une abondance d’innovations technologiques ont vu le jour menant ainsi à la théorisation et à la mise en œuvre de « villes intelligentes » matérialisées par le développement d’environnements urbains basés sur les données et conçus pour être efficaces. Bien que la plupart des technologies intelligentes soient axées sur l’infrastructure, l’approche d’UNSense semble différente puisqu’elle sera centrée sur l’humain, la santé et le bien – être .

« La révolution numérique entraîne des changements dans toutes les parties de notre vie, sauf dans l’environnement bâti« , peut-on lire dans le communiqué de presse d’UNSense. « Le moment est maintenant venu de rattraper ce retard. »

Fondé par Ben van Berkel, architecte principal de l’agence UNStudio, et basé dans un  centre d’innovation d’Amsterdam, UNSense vise à utiliser des interventions techniques dans le domaine urbain pour améliorer la santé physique, mentale et sociale des personnes. S’attaquant au manque de ressources dans les firmes d’architecture traditionnelles pour développer de nouvelles technologies, UNSense fonctionnera indépendamment d’UNStudio, et bénéficiera d’un large éventail de collaborations avec des analystes de données, des algorithmes, des neuroscientifiques, des décideurs, des étudiants, des municipalités, des sociologues, des économistes, des architectes de données, des modélisateurs économiques, des architectes et plus encore… des domaines spécialisés non disponibles dans la pratique générale. Bien qu’indépendants de UNStudio, les créateurs d’UNSense reconnaissent son potentiel pour « permettre à notre studio d’étendre son potentiel architectural en intégrant l’innovation technologique dans nos conceptions ».

©UNSense / UNStudio

 UNSense se spécialisera dans la technologie axée sur les capteurs pour une architecture centrée sur l’utilisateur.

« Nous vivons à l’ère de l’iPhone, pourtant les industries de l’architecture et de la construction sont encore dans la phase Walkman. Avec UNSense, je veux intégrer pleinement les technologies innovantes dans l’environnement bâti et améliorer la façon dont les gens vivent, travaillent et passent de A à B. Ce n’est pas le matériel ou le logiciel qui m’intéresse, mais comment cela peut être appliqué dans l’architecture et le design urbain pour améliorer notre quotidien. » explique Ben van Berkel.

UNSense explorera les technologies basées sur les capteurs à trois niveaux: la ville, le bâtiment et les environnements intérieurs. Conçues en fonction de la santé humaine, ces technologies peuvent être utilisées pour soulager le stress, créer un sentiment de sécurité et optimiser l’environnement pour le confort humain grâce à l’éclairage et à la ventilation. Les capteurs pourraient donc être utilisés pour mieux réguler le flux d’air dans les bâtiments, en éliminant plus efficacement les bactéries et les polluants. Si ce système était employé dans les bureaux et les écoles, cela pourrait réduire considérablement les absences.
« Si vous regardez la qualité de l’air dans les écoles, je suis très fâché de voir à quel point les conditions environnementales sont mauvaises« , a-t-il dit, ajoutant que les architectes avaient perdu l’intérêt de créer des bâtiments sains. « Les modernistes s’intéressaient à la santé« , a-t-il déclaré. « Aalto avec son sanatorium, mais aussi Le Corbusier, Hertzberger, les Smithson, mais ils n’avaient pas les données: en architecture, il n’y a pas tellement de discussions sur le design adaptatif sensoriel, il n’a pas vraiment été repris par les architectes ces derniers temps. Je veux le faire. »
UNSense sera également un pionnier des technologies pour rendre les villes plus durables. « Nous devons faire beaucoup pour protéger notre planète« , a déclaré Van Berkel. « Nous essayons de rendre nos bâtiments neutres en énergie. »

©UNSense / UNStudio

Les solutions UNSense sont déjà en train de passer du laboratoire à la ville. «CitySense», une infrastructure sensorielle qui recueille des données afin de mettre en œuvre des expériences personnelles positives pour les gens qui vivent et travaillent, mène actuellement des essais à Amsterdam et dans d’autres villes néerlandaises.

©UNSense / UNStudio

Pendant ce temps, «Solar Brick», un  module PV solaire alliant performance et esthétique, pouvant être utilisé sur les toits et sur des façades entières, a le potentiel de transformer l’ensemble du tissu urbain de nos villes en véritables centrales électriques. Permettant l’application de l’énergie solaire à une échelle beaucoup plus grande; non seulement comme une couverture sur le toit, mais comme un matériau de revêtement pour la façade ou l’enveloppe entière des bâtiments.