Best of 2017 : Enseignement

Best of 2017 : Enseignement

La revue Architectures CREE revient sur les constructions qui ont marqué l’année. Programme par programme, elle a sélectionné pour vous des réalisations qui ont émergé du paysage français, et vous en propose la relecture. Ci-dessous, notre best of 2017 de bâtiments dédiés à l’enseignement. 

AAVP conçoit un groupe scolaire à Montévrain : s’ancrer sans ancrage

Le site à Montévrain, choisi pour la construction de l’école était encore, au moment du concours, une parcelle vide bordée de vastes emprises agricoles. Aucun des immeubles de logements n’étaient construit lorsque débutèrent les études. Difficile de s’implanter dans un territoire alors sans accroche. « Dans ce contexte encore flou, le bâtiment prend position, s’organise jusqu’à former une ville miniature, un hameau scolaire », précise l’architecte Vincent Parreira, agence AAVP. Un apprentissage de la curiosité par l’architecture, où lumière, aspérités et couleurs constituent une série d’évènements qui incitent l’enfant à se raconter ses propres histoires.

 

Richter architectes : de la frange au centre

Sous l’apparence unicité, une ville en réduction se dévoile. Des jeux de pleins et de vides, d’avancées et de retraits, rythment la façade de leurs décrochés. Ce profil se transpose en coupe, faisant varier les hauteurs. Prolifère un enchainement de pièces, de patios plantés et de préau, dont les transparences et porosités visuelles invitent à la découverte. Les architectes Jean et Pascale Richter, et leur associé Anne-Laure Better, révèlent l’épaisseur du terrain, par des distributions transversales qui, depuis l’allée principale, emmènent vers l’arrière de ville jusqu’à cadrer sur l’infrastructure ferroviaire. Si le projet se protège des nuisances du chemin de fer, le bâtiment se réconcilie avec le paysage, mi technique, mi naturel, auquel il se raccroche visuellement, par une multitude de percées visuelles.

 

https://archicree.com/realisations/lensae-de-saclay-cab-trame-unite-de-conception/

Le plateau de Saclay à Gif-sur-Yvette (91) est surtout remarquable pour la planéité de sa topographie, voire sa platitude. Sur ce grand plan horizontal, le site alloué à l’ENSAE Paris Tech confine à la tabula rasa, sans constructions avoisinantes, sans aspérités auxquelles raccorder le projet. Un contexte libre à l’excès auquel ont répondu Jean-Patrice Calori, Bita Azimi et Marc Botineaux, architectes associés de l’agence CAB, par la définition de règles strictes. En employant un système générique et des règles de constructions strictes, les architectes ont su faire la démonstration d’une synthèse spatiale. Ici, d’aucuns estimeront que cet univers sans concession est aussi aride que le monastère auquel il se réfère, d’autres penseront que la rationalisation s’impose comme économie, que l’assemblage ne cherche pas le raffinement, mais affirme son brutalisme, et que la matière brute donne la couleur.

 

L’Ecole Centrale-Supélec à Paris-Saclay : un monde en soi

Une grille régule la complexité du programme et rationalise son organisation. Une grande halle est divisée en quatre entités, résultantes des quatre champs d’apprentissage majeurs définis dans le programme.  Orientées sur l’extérieur, elles sont réparties selon un plan urbain, desservies par des rues secondaires, tandis qu’une rue principale diagonale fend le volume sur toute sa hauteur. La toiture de conception légère, avec ses coussins translucides en ETFE, se dématérialise pour laisser passer une lumière naturelle, créant une sensation d’extérieur. Car c’est bien une « ville intériorisée » que propose l’agence OMA, « une école urbaine ouverte, avec le désordre créatif encadré par un squelette structurel ». Un monde en soi d’une clarté et d’une cohérence intense, tandis que le bardage noir peu engageant semble affirmer un désintérêt pour l’extérieur, provocation ultime.

 

https://archicree.com/realisations/pole-scientifique-evry-val-de-seine-block-architectes/

Les nantais de BLOCK architectes livraient un bâtiment situé sur le Campus de l’Institut Mines-Télécom, à Évry-sur-Seine. Cette architecture répond à l’évolution des nouveaux métiers numériques et absorbe l’augmentation des effectifs (étudiants et personnels). À l’intérieur du complexe, les nombreux programmes dans le programme ont engendré un véritable cadavre exquis de matériaux et de collages d’espaces. À l’extérieur, un volume-socle vient se lover sous un autre plus aérien, véritable billboard urbain.

 

La rédaction d’Architectures CREE

 

 

AAVP conçoit un groupe scolaire à Montévrain : s’ancrer sans ancrage

L’Atelier d’Architecture Vincent Parreira conçoit un groupe scolaire à Montévrain (77), « une ville miniature » aux « métissages inattendus et télescopages surprenants »

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

Le groupe scolaire Louis de Vion a ouvert ses portes Avenue de la Société des Nations, à Montévrain (77), commune rassemblant presque 10 000 habitants dans le secteur 3 de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée. Limitrophe du parc Disneyland Paris, l’avenue est parallèle au cercle parfait que trace la route départementale 344. Le PLU imposait de s’aligner le long de cet arc très tendu. Le site, choisi pour la construction de l’école était encore, au moment du concours, une parcelle vide bordée de vastes emprises agricoles. Aucun des immeubles de logements n’étaient construit lorsque débutèrent les études. Difficile de s’implanter dans un territoire alors sans accroche. « Dans ce contexte encore flou, le bâtiment prend position, s’organise jusqu’à former une ville miniature, un hameau scolaire », précise l’architecte Vincent Parreira, agence AAVP. Il s’implante le long d’une venelle piétonne, constituant sur deux niveaux un front bâti continu, mais fragmenté en plusieurs volumes, soulignant les accès aux différentes parties du programme : logement du gardien, école élémentaire, centre de loisirs et, sur la rue perpendiculaire, école maternelle. Le groupe scolaire Louis de Vion rassemble 500 élèves en maternelle et primaire, et intègre un centre de loisirs qui répond à la logique de partage et d’optimisation de locaux restants inoccupés pendant les longues périodes des vacances, week-ends ou soirées.

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

Donner matière

Sur sa partie école primaire, le bâtiment préserve des transparences et accole sa cour extérieure à l’avenue, ménageant une ouverture sur la ville. A l’inverse, l’école maternelle, s’organise autour d’un patio, se refermant délibérément sur elle-même pour se préserver de l’agitation alentour. Le centre d’activité et les réfectoires de restauration dessinent une large charnière transversale entre ces deux âges. L’écriture architecturale du groupe scolaire s’appuie sur le contraste entre de grandes surfaces lisses de béton blanc teinté dans la masse, préfabriqué, et des volumes en bois prégrisé texturé suivant un motif de losange en relief. Les rares ouvertures vers l’extérieur se résument souvent à des moucharabiehs percés dans les parois béton, reprenant ce même motif géométrique. L’intérieur du bâtiment privilégie, pour les salles, les parois brutes, favorisant l’appropriation des murs par les élèves et enseignants. Identifiables à leurs voutes, les halls d’entrée des deux écoles marquent la transition d’un monde à l’autre. Evocation d’un ailleurs – habitats vernaculaires, troglodytes ou grecques – l’enfant s’extrait du cocon familial pour rejoindre « un univers non standardisé, bruissant de reflets, d’échos, d’étrangetés, de métissages inattendus et télescopages surprenants », souligne l’architecte. Un apprentissage de la curiosité par l’architecture, où lumière, aspérités et couleurs constituent une série d’évènements qui incitent l’enfant à se raconter ses propres histoires.

Amélie Luquain

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira École Montevrain AAVP architectes Vincent Parreira

 

[masterslider id= »183″]

Lire aussi : Richter architectes : de la frange au centre

Fiche technique

Groupe scolaire Louis de Vion à Montévrain Adresse : 31 avenue de la Société des Nations – 77 144 Montévrain Programme : construction d’un groupe scolaire à Montévrain, 10 classes élémentaires, 6 classes maternelles et 4 classes évolutives Maîtrise d’ouvrage : ville de Montévrain Maîtrise d’ouvrage déléguée : Aménagement 77 Assistant maîtrise d’ouvrage HQE : Ingérop Maîtrise d’œuvre : AAVP Architecture – Vincent Parreira (architecte mandataire) Bureaux d’études : BET structure DVVD / BET fluides LBE / BET VRD Ateve / Economie du bâtiment 12 Eco / BET acoustique Altia / Paysagiste Atelier Roberta Entreprises : N.C Coûts travaux bâtiment : 11,3 M € HT Surface : 5187 m2 Calendrier : livraison en 2016

Courtesy AAVP / Luc Boegly

 

 

 

Immeuble LESS par Vincent Parreira

L’Atelier d’Architecture Vincent Parreira a récemment livré un équipement sportif et 69 logements à proximité des quais de Valmy (Paris 10e). Entre densification et diversification programmatique, l’opération se distingue de prime abord par ses boîtes encastrées en façade. Visite en images d’après le reportage photos de Luc Boegly.

 

LESS AAVP Parreira canal saint martin

Prenant position le long du passage Delessert et tenant l’angle de la rue Pierre Dupont –à deux pas du canal Saint-Martin, ancienne desserte industrielle devenue lieu de promenade – s’élève une opération mixte comprenant un équipement sportif et 69 logements sociaux par l’Atelier d’Architecture Vincent Parreira. Celle-ci entend croiser l’échelle industrielle, encore présente au travers de quelques bâtiments d’envergure, à l’image de la cité Clémentel, avec l’échelle intime du logement.

LESS AAVP Parreira canal saint martin

Implanté sur la dernière parcelle libre du quartier, un bucolique terrain vague, l’immeuble vient densifier les lieux tout en diversifiant les activités, la mixité programmatique étant une obligation inscrite au PLU. Les 69 logements, identifiés en façade par le motif des loggias, reposent sur la toiture du gymnase : une série de portiques franchissant plus de 20 m de portée, dont les poutres forment des refends au premier niveau et déterminent la trame des voiles porteurs supérieurs.

LESS AAVP Parreira canal saint martin

Une longue coursive métallique surplombe un jardin conçu par l’atelier Roberta en cœur d’îlot, dessinant un paysage en soi. Écartée de 5 m de la façade arrière, elle autorise des accès individualisés aux logements tous traversant. Chacun est doté d’une loggia encadrée de mélèze, la boite permettant la lecture des logements depuis la rue et les différentes profondeurs assurant l’intimité vis à vis des voisins. A R+1, une terrasse paysagère commune est posée sur le socle du gymnase, face au cœur d’îlot. Sur rue, l’équipement public est habillé d’une résille métallique qui filtre la lumière, pour ne pas gêner la pratique sportive dans le gymnase et la salle de danse et tamiser l’exposition des sportifs du regard des passants. A contrario, l’escalier qui descend au gymnase semi-enterré multiplie les transparences tous azimut. Ainsi, l’opération ménage des zones intimistes tout en multipliant des transparences et des porosités visuelles, au risque que tout un chacun ne soit pas isolé de la vue de l’autre. Rue, ville, passant, cœur d’îlot, voisin, tout se voile et se dévoile tour à tour au gré des déplacements.

Amélie Luquain

 

LESS AAVP Parreira canal saint martin

LESS AAVP Parreira canal saint martin

LESS AAVP Parreira canal saint martin

LESS AAVP Parreira canal saint martin

LESS AAVP Parreira canal saint martinLESS AAVP Parreira canal saint martin  [masterslider id= »55″]

 

Lieu : 4-14 passage Delessert / 10-12 rue Pierre-Dupont 75010 Paris. Programme : construction d’un ensemble de 69 logements sociaux et d’un gymnase (1 442 m2). Maîtrise d’ouvrage : ICF La Sablière. Assistance à maîtrise d’ouvrage sites et sols pollués : Letourneur Conseil. Maîtrise d’oeuvre : AAVP Architecture – Vincent Parreira (architecte mandataire). Bureaux d’études : Économie du bâtiment : Bureau Michel Forgue. Bureau d’ingénierie des structures : EVP. Bet fluides & SSI : Louis Choulet. Bet hqe : Oasiis. Bet acoustique : Altia. Paysagiste : Atelier Roberta. Coûts travaux bâtiment : 14,87 M€ HT. Surface de plancher : 6 445 m2. Superficie terrain : 2 135 m2. Certifications : Cerqual (logements), Certivea (gymnase), Plan Climat Ville de Paris

Calendrier : Concours en janvier 2010. Début de chantier en janvier 2014. Livré en avril 2016

 

Courtesy AAVP / Luc Boegly